Vous êtes ici

Le Nozze di Figaro - Biographies

.

 

Mark SHANAHAN, direction musicale

Mark Shanahan étudie la musique à la Chetham’s School of Music, puis à l’Université de Londres avant d’intégrer la Royal Academy of Music à Londres. Il a remporté le Concours de Direction des orchestres de jeunes en Angleterre.

Ses engagements comprennent des émissions et des concerts avec la BBC, le National Symphony Orchestra et le RTÉ Concert Orchestra. Il se produit également avec le BBC Philharmonic Orchestra, le Stavanger Symphony, le Netherlands Symphony, le Royal Philharmonic Orchestra ou l’English Northern Philharmonia.

Il s’est produit notamment à l’Opéra de Dublin, à l’English Touring Opera ainsi qu’au Wexford Festival.

Il a également eu l’occasion de diriger La Traviata, L’Elixir d’amour, Les Capulets et les Montaigus pour Grange Park Opera, La Traviata et Rigoletto pour Opera North, La Dame de Pique et La Rondine pour le Royal Northern College of Music, Mikado au Teatro de la Fenice à Venise, Le Barbier de Séville, La Force du destin, Ernani, La Traviata et Otello ainsi que Tosca pour l’English National Opera de Londres, La Traviata au Nationale Reisopera, Tosca, Mort à Venise de Britten, Simon Boccanegra et Nabucco à l’Opéra de Francfort.

Il s’est également produit en concert, notamment au Royal Festival Hall et au Royal Albert Hall à Londres, dans des ouvrages tels que La Damnation de Faust, le Requiem de Verdi et Une Vie de héros de Strauss.

Dernièrement, il a été nommé Premier Chef invité au Netherlands Symphony Orchestra.

Récents et futurs engagements : la Symphonie n° 5 de Mahler avec le Netherlands Symphony Orchestra, La Bohème à Nantes, Jenůfa de Janáček à Lille, Così fan tutte, L’Affaire Makropoulos, Le Viol de Lucrèce de Britten , Les Deux Veuves de Smetana, Falstaff, Les Pêcheurs de perles, La Flûte Enchantée et Don Giovanni et Les Noces de Figaro à Nantes, Adriana Lecouvreur, Tosca et Carmen à l’Opéra de Francfort, plusieurs productions de Mozart, Janáček et Puccini dans plusieurs théâtres allemands ainsi que des concerts, notamment en Hollande...

Marc Shanahan a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour La Clemenza di Tito en 2013.


 

Vincent BOUSSARD, metteur en scène et costumes

Diplômé de l’Université Paris X, Vincent Boussard a été l’assistant au théâtre et à l’opéra de plusieurs metteurs en scène. Il dirige de 1996 à 2000 le Studio-Théâtre de la Comédie-Française où il signe ses premiers spectacles. Depuis, il se consacre principalement à la mise en scène d’opéra et compte à son actif une cinquantaine de productions.

Ses débuts sont marqués par des collaborations étroites avec William Christie et Les Arts Florissants, Teresa Berganza (L'École Supérieure de Musique Reine-Sophie de Madrid) ainsi que le Théâtre Royal de la Monnaie (Bruxelles).

Il est à l’affiche de nombreux opéras en Europe : Berlin (Staatsoper Unter den Linden), Strasbourg (Opéra National du Rhin), Barcelone (Liceu), Francfort, Toulouse (Théâtre du Capitole), Hambourg (Staatsoper), Bruxelles (Théâtre Royal de la Monnaie), Vienne (Theater an der Wien), Stockholm (Opera Royal), Dresde (Semperoper), Munich (Bayerische Staatsoper), Essen (Aalto Theater), Marseille, Saint Gall, Lausanne, Vilnius (Opéra National de Lituanie) etc. Il est également présent en Asie, à Tokyo (New National Theater), Séoul (Korea National Opera) et aux États-Unis, à San Francisco, New-York (Brooklyn Academy of Music).

Ses spectacles sont notamment placés sous la direction musicale de Christian Thielemann, Daniel Harding, William Christie, René Jacobs, Riccardo Frizza, Yves Abel, Patrick Fournillier, Wayne Marshall, Alessandro de Marchi, Renato Palumbo, Lionel Bringuier, Paolo Carignani, Tito Ceccherini etc.

Il est également invité par de nombreux Festivals : Salzbourg (Osterfestpiele), Aix-en-Provence (Festival International d’Art lyrique), Innsbruck (Festwochen der Alten Musik), Spoletto (Festival dei due Mondi), Manaus (Festival Amazonas) etc.

Plusieurs de ses productions font l’objet de captations, streaming ou sont disponibles en DVD.

Récents et futurs engagements : la nouvelle production de I Puritani (Bellini) à l’Opéra de Francfort, la préparation des Dialogues des Carmélites pour l’Opéra de Riga...

Vincent Boussard a déjà été invité à l’Opéra de Marseille pour Hamlet en 2016.


 

Élisabeth de SAUVERZAC, collaboratrice aux costumes

Élisabeth de Sauverzac, formée à la danse contemporaine et à la conception et la réalisation des costumes, travaille au théâtre aux côtés de Philippe Adrien, Dominique Lurcel, Christophe Thiry, Gil Bourrasseau, Yves Chenevoy, Florence Camoin…

Elle signe les costumes de quatorze productions lyriques pour la compagnie Les Brigands (2001-2016), Barbe Bleue, Geneviève de Brabant, Dr Ox, Ta bouche… Les Brigands, La Cour du Roi Pétaud, Au Temps des croisades, La Grande Duchesse de Gérolstein, Croquefer, Ba-ta-clan.

Elle signe les costumes de Pelléas en 2009 et Rigoletto en 2011 mis en scène par Brontis Jodorowsky à l’Opéra de Besançon.

Au Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence et à l’Opéra Bastille, elle collabore avec Dmitri Tcherniakov (Don Giovanni, Carmen), Vincent Boussard (La Finta Giardiniera), Ultz et Richard Jones (Ariodante, Parsifal), Krystof Warlikowski (Il Trionfo del tempo), Peter Sellars (Œdipus rex).

Elle est associée à l’activité scénique du Festival Musica Nigella, signe les costumes de Madama Butterfly, Journal d’un disparu, Voyage d’hiver mis en scène par Yoshi Oïda, Carmen.

Elle collabore avec Vincent Boussard pour les costumes de La Traviata (créée à Tokyo), Manon (créée à Vilnius), Le Prophète (créé à Essen)...

Pour l’Opéra de Tours, elle signe les costumes de La Voix humaine, L’Heure espagnole, la S.A.D.M.P., Trouble in Tahiti, plus tard pour l’Opéra de Compiègne et le Théâtre de L’Athénée, ceux de Manga Café et Trouble in Tahiti, toutes mises en scène par Catherine Dune.

Pour la Co(opéra)tive, elle signe les costumes de Rinaldo, mise en scène de Claire Danscoine, création à Quimper, Nantes, Dunkerque…

Elle enseigne au Lycée Paul Poiret pour le Greta CDMA la réalisation de costumes historiques adaptés à la scène.

Depuis 2010, est membre du Conseil d’orientation scientifique et culturel du Centre National du Costume de Scène et de son Conseil d’administration.

Futur engagement : collaboration aux costumes du Requiem de Mozart mis en scène par Romeo Castelucci pour le Festival d’Aix-en-Provence...

Élisabeth de Sauverzac est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Vincent LEMAIRE, décors

Vincent Lemaire est scénographe pour le théâtre, la danse et l’opéra. Pour l’opéra, il a conçu des décors pour des maisons telles que le Théâtre Royal de La Monnaie, l’Opéra Royal de Wallonie, le Théâtre du Capitole, l’Opéra National de Lyon, l’Opéra National du Rhin, le Festival d’Aix-en-Provence, le Royal Opera House à Stockholm, le Theater an der Wien, le Festival de Musique Ancienne à Innsbruck, l’Opéra de Zurich, l’Opéra de Saint-Gall, le Staatsoper de Berlin, le Bayerische Staatsoper et le Staatsoper de Hambourg. Il réalise notamment les scénographies de Un Ballo in maschera au Théâtre du Capitole et au Staatstheater Nürnberg, L’Amico Fritz à l’Opéra National du Rhin, La Fanciulla del West au Staatsoper de Hambourg, La Traviata au New National Theater de Tokyo et Manon au Théâtre National de l’Opéra et du Ballet ; avec Vincent Boussard il collabore à Die tote Stadt à l’Opéra de Saint-Gall avec Jan Schmidt-Garre. En 1999 et 2001, il est lauréat du Prix du Théâtre décerné par la Communauté française de Belgique.

Récents et futurs engagements : I Capuleti e i Montecchi au Liceu de Barcelone et au Théâtre National de Lituanie à Vilnius, et Manon au Théâtre National de Lituanie avec Vincent Lemaire, Lohengrin à Saint- Gall, Hamlet à l’Opéra de Lausanne, Otello à Dresde, Madama Butterfly à Hambourg, Un Ballo in maschera à Barcelone, Manon à San Francisco, à Vilnuis et Séoul, La Fanciulla del West à Hambourg, Les Dialogues des Carmélites à Riga…

Vincent Lemaire a déjà été invité à l’Opéra de Marseille pour Maria Golovin en 2006 et Hamlet en 2010 et 2016.

 

 

Bertrand COUDERC, lumières

Bertrand Couderc crée les lumières de nombreux spectacles, autant au théâtre qu’à l’opéra. Dans ce domaine, il collabore avec les plus grandes scènes du monde, telles que le Staastoper de Berlin, le Metropolitan Opera de New York, le Teatro Real de Madrid ou encore le Staatsoper de Vienne, les Festivals de Salzbourg et d’Aix-en-Provence.

En 2005, Patrice Chéreau lui demande d’éclairer Così fan tutte à l’Opéra national de Paris. Suivront Tristan und Isolde à la Scala de Milan sous la direction musicale de Daniel Barenboim. Citons également De la maison des morts sous la direction de Pierre Boulez crée au Theater an der Wien, repris à l'Opéra de Paris en 2017.

Bertrand Couderc a éclairé les deux derniers spectacles de Luc Bondy, Charlotte Salomon au Festival de Salzbourg 2014 et Ivanov au Théâtre de l’Odéon à Paris en 2015.

Depuis 2015, il travaille avec Bartabas et l'Académie Équestre de Versailles pour les chorégraphies de Davide Penitente et du Requiem au Felsenreitschule de Salzbourg et à la Seine Musicale, sous la baguette de Marc Minkowski. Dernièrement, il vient de créer la lumière pour Le Sacre du printemps (direction musicale Mikko Franck).

Avec l’Ensemble Pygmalion et Raphaël Pichon, il a crée les éclairages des Funérailles de Louis XIV (Chapelle Royale de Versailles) puis il a mis en lumière la troisième partie du cycle Bach L’Appel ainsi que la Passion selon Saint Jean à la Philharmonie de Paris.

Récents et futurs engagements : la création des lumières de Pelléas et Mélisande au Théâtre des Champs-Élysées (direction musicale Louis Langrée et mise en scène d’Éric Ruf), Didon et Enée (direction musicale Václav Luks et mise en scène de Vincent Huguet) au Festival d'Aix-en-Provence, La Cenerentola (direction musicale Evelino Pidò, mise en scène de Guillaume Gallienne) à l'Opéra de Paris, la création des éclairages du centenaire de Die Frau Ohne Schatten au Staatsoper de Vienne, Le Nozze di Figaro au Théâtre des Champs-Élysées, Vespro della Beata Vergine à Versailles, La Vie de Galilée à la Comédie-Française, Les Contes d'Hoffmann à Bordeaux, Dido & Æneas au Bolchoï...

Bertrand Couderc est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Patrizia CIOFI, soprano La Comtesse Almaviva

Après des études de chant à l’Accademia Chigiana à Fiesole, Patrizia Ciofi se produit dans La Traviata (Riccardo Muti), L’Elisir d’amore et Lucia di Lammermoor à la Scala de Milan ; Die Entführung Aus Dem Serail et Le Nozze di Figaro (Zubin Mehta) au Mai musical florentin. En 2001, elle fait ses débuts au Festival Rossini à Pesaro avec Le Nozze di Teti e di Peleo, où elle retourne plus tard pour Il Turco in Italia et Tancredi. À l’Opéra Bastille, elle se produit dans Falstaff, au Théâtre du Châtelet dans Mitridate, re di Ponto, au Théâtre des Champs-Élysées dans Le Nozze di Figaro et L’Incoronazione di Poppea. Parmi ses nombreux succès, Don Giovanni au Royal Opera House, I Capuleti e i Montecchi à l’Opéra de Paris, et Giulio Cesare à Bilbao. Elle interprète Gilda (Rigoletto) au Théâtre Royal de Madrid, La Traviata aux Chorégies d’Orange et à La Fenice, Tancredi à Turin, Il Viaggio a Reims et Idomeneo à la Scala. Puis, elle chante dans La Fille du régiment à Barcelone, L’Elisir d’amore à Oviedo, Der Rosenkavalier à l’Opéra de San Diego, La Bohème à Rome, Rigoletto aux Chorégies d’Orange, Roméo et Juliette à Bilbao, La Traviata à Munich, Tokyo, Berlin, Venise, Avignon, Genève, Turin, Madrid et Barcelone, La Fille du régiment et Robert le Diable au Covent Garden, Les Pêcheurs de perles à Las Palmas, Naples et Madrid, Un Ballo in maschera à la Scala, Lucia di Lammermoor à Paris, Les Contes d’Hoffmann et Zelmira à Lyon.

Récents et futurs engagements : La Sonnambula à Barcelone,  Tancredi au Théâtre des Champs-Élysées, Dinorah à Berlin, Luisa Miller, La Bohème et Norma à Liège, Idomeneo à Lille, Don Giovanni à Monte-Carlo et Genève, Maria Stuarda à Avignon et au Théâtre des Champs-Élysées, I Capuleti e i Montecchi à Barcelone, Les Huguenots et La Traviata à Berlin, Le Convenienze ed inconvenienze teatrali à l’Opéra de Lyon et à Genève, La Rondine à Catania, Rigoletto à Naples, La Clemenza di Tito à Liège…

Patrizia Ciofi a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Hamlet (Ophélie) en 2016 et I Capuleti e i Montecchi (Giulietta) en 2017.


 

Anne-Catherine GILLET, soprano Susanna

Très jeune, Anne-Catherine Gillet rejoint la troupe de l’Opéra Royal de Wallonie puis elle débute sa collaboration avec le Théâtre du Capitole à Toulouse à partir de 2003. En 2006, Sir J. E. Gardiner lui confit le rôle de Laoula (L’Étoile de Chabrier) à l’Opéra de Zürich, puis à l’Opéra Comique et elle se produit pour la première fois à l’Opéra National de Paris, en 2009. Elle chante Sophie (Werther) à Liège, à Toulon, à Lyon et à l’Opéra Bastille ; Musetta (La Bohème) à Liège, à Bruxelles, à Genève et à Bordeaux ; Sophie (Der Rosenkavalier) à Toulouse ; Constance (Les Dialogues des Carmélites) et Zdenka (Arabella) à Toulouse et à Liège ; Despina (Così fan tutte) au Théâtre des Champs-Élysées, à Tourcoing, à Toulouse et au Palais Garnier ; Susanna (Le Nozze di Figaro) à Nice, à Toulouse et à Liège ; et Micaëla (Carmen) à l’Opéra Comique et à Pékin.

Pour les grands rôles baroques, elle incarne Poppea (sous la direction de Christophe Rousset et d’Ottavio Dantone) à Toulouse, à Côme et à Brescia et Aricie (sous la direction d’Emmanuelle Haïm) à Toulouse et à Paris.

Pour le répertoire français du XIX ème, Cendrillon et Manon de Massenet à La Monnaie et à Lausanne, Juliette à Tours et Monte-Carlo et Leïla (Les Pêcheurs de perles) à Angers Nantes Opéra et à Liège ; pour le répertoire du XX ème, Mélisande, The Governess (The Turn of the Screw), Blanche (Les Dialogues des Carmélites). Suivront, Gretel (Hänsel und Gretel) à l’Opéra Garnier, Oscar (Un Ballo in Maschera) aux Chorégies d’Orange, Ilia (Idomeneo) à Francfort, Gilda (Rigoletto) à La Monnaie et au Théâtre du Bolshoï, le rôle-titre de L’Aiglon avec l’Orchestre Symphonique de Montréal…

Récents et futurs engagements : Pamina (Die Zauberflöte) à Liège et à Nice, Adina (L’Elisir d’Amore), Hero (Béatrice et Benedict), Blanche (Les Dialogues des Carmélites) et Norina (Don Pasquale) à Bruxelles, Minerva (Il Ritorno d’Ulisse) à Paris, Donna Anna (Don Giovanni) à Lausanne, Mélisande à Oviedo et Strasbourg, Le Domino noir à Liège et Paris, Marguerite (Faust) à Liège, Poppea à Paris, Leila (Les Pêcheurs de perles)… 

Anne-Catherine Gillet a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Carmen (Micaëla) en 2012 et La Chauve-Souris (Caroline) en 2016.

 

 

Antoinette DENNEFELD, mezzo-soprano Cherubino

Après des études de piano, danse, théâtre, Antoinette Dennefeld intègre l’Université de Strasbourg, la Haute École de Musique de Lausanne en 2006 (masterclasses de Christa Ludwig, Dale Duesing et Luisa Castellani) et l’Atelier Lyrique de Lausanne. Elle obtient un Master avec les félicitations du jury, est lauréate de la Bourse de la Fondation Leenaards, remporte un Grand Prix et un Prix de l’Office Franco-Québécois pour la Jeunesse au Concours International de Chant de Marmande, ainsi qu’un 3ème Prix et le Prix du Public au Concours International de Chant de Genève. Elle se produit en concert, dans le Stabat Mater de Rossini, la Passion selon saint Jean de Bach (dirigé par Tom Koopman), la Cantate Alexandre Nevsky, des extraits du Knabenwunderhorn avec le Sinfonietta de Lausanne, Pulcinella avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne (dirigé par Kristjan Järvi) et la 2ème Symphonie de Gustav Mahler au Victoria Hall de Genève. Pour l’opéra, Dorabella (Così fan tutte) avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne dirigé par Jesús López Cobos ainsi qu’à Tenerife, Dido and Æneas, L’Italiana in Algeri, Roméo et Juliette, Orphée aux enfers, L’Aiglon et Les Mousquetaires au Couvent (Louise de Pontcourlay) à Lausanne, L’Enfant et les sortilèges (La Chatte, l’Écureuil) à l’Opéra de Lyon.


Récents et futurs engagements : Le Comte Ory (Isolier), Le Roi Carotte - mis en scène par Laurent Pelly – et Don Giovanni (Donna Elvira) à l’Opéra de Lyon, L’Amour des trois oranges et Il Barbiere di Siviglia (Rosina) au Mai musical florentin, La Belle-Hélène à Avignon, La Clemenza di Tito à Montpellier, Les Mousquetaires au Couvent et Le Domino Noir à l’Opéra-Comique,  La Traviata, Cavalleria Rusticana, Carmen et La Clemenza di Tito à l’Opéra de Paris, Werther à Tenerife, Carmen (rôle-titre) à Dijon, Cendrillon (le Prince) à Nancy, Yvonne, Princesse de Bourgogne à l’Opéra de Paris, L’Heure Espagnole avec Opera Lombardia, Maître Péronilla au Théâtre des Champs-Élysées…

Antoinette Dennefeld a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Manon (Javotte) et Le Portrait de Manon (Jean) en 2015.


 

Marie-Ange TODOROVITCH, mezzo-soprano Marcellina

Marie-Ange Torodovitch est une figure reconnue de la scène lyrique internationale. Sa générosité, la solidité de sa technique vocale et un tempérament scénique exceptionnel en font une artiste accomplie.

Née à Montpellier, elle étudie d'abord le piano, l'orgue, le chant au Conservatoire de Montpellier, sa ville natale. Elle entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’École de l'Opéra de Paris. Elle est l'interprète des rôles principaux d'Eurydice, Diane, Cherubino et Djamileh. Elle est invitée ensuite par le Festival de Glyndebourne pour y chanter Cherubino des Noces de Figaro de Mozart. C’est ainsi que commence sa carrière internationale.

Au fil des années, son répertoire ainsi que sa voix s’affirment et lui permettent de chanter aujourd’hui des rôles tels que Kabanicha (Katya Kabanova), Dame Marthe (Faust), Madame de la Haltière (Cendrillon), Gertrude (Hamlet), Klytemnestre (Elektra), Mary (Le Vaisseau fantôme), Miss Quickly (Falstaff).

En février 2011, elle a obtenu le Grammy Awards du meilleur enregistrement d'Opéra chez Harmonia Mundi pour L'Amour De Loin de Kaija Saariaho.

Elle a récemment chanté à la Scala de Milan dans Wozzeck, Miss Quickly (Falstaff) au Grand Théâtre de Genève, Dame Marthe (Faust) au Festival de Salzbourg, Kabanischa (Katya Kabanova) à l'Opéra Grand Avignon, Mamma Lucia (Cavalleria rusticana) à l'Opéra de Toulon, Magdalena (Rigoletto) aux Chorégies d'Orange, Dame Marthe (Faust) à l'Opéra Grand Avignon, Marcellina (Les Noces de Figaro) à l'Opéra national du Rhin.

En juillet 2016 elle est nommée, par le Ministère de la Culture, Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

Passionnée par l'enseignement, elle est invitée à donner des masterclasses en France et à l'étranger.

Récents et futurs engagements : Madame de Croissy (Les Dialogues des Carmélites) à l'Opéra Grand Avignon, Marta (Mefistofele de Boito) aux Chorégies d'Orange, Geneviève (Pelléas et Mélisande) à l’Opéra national du Rhin, le rôle-titre de La Grande Duchesse de Gerolstein à l’Odéon de Marseille, la Comtesse (La Dame de pique) dans une mise en scène d’Olivier Py à l’Opéra de Nice, l’Opéra d'Avignon et l’Opéra de Toulon, Marta (Mefistofele) au Théâtre du Capitole de Toulouse…

Marie-Ange Torodovitch a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Der fliegende Holländer (Marie) en 2015, Boris Godounov (La Nourrice / L'Hôtesse) en 2017, Le Tricorne de De Falla en 2018.


 

Jennifer COURCIER, soprano Barbarina

Après des études de danse classique et de harpe au Conservatoire de Suresnes, Jennifer Courcier entre à la Maîtrise des Hauts-de-Seine en 1998. Elle y découvre l’univers de la scène et du chant et se produit alors en tant qu’enfant choriste à l’Opéra Bastille (La Bohème, L’Enfant et les sortilèges, La Damnation de Faust...) puis en tant que soliste dans différentes salles telles le Capitole de Toulouse ou l’Opéra national du Rhin (La Flûte enchantée, Yniold dans Pelléas et Mélissandre, Flora dans Le Tour d’Écrou de Britten, Bastienne dans Le Petit Roi du Temple, une adaptation de Bastien und Bastienne de Mozart). Elle se perfectionne au CNIPAL de Marseille (2013) et depuis 2010 auprès de Daniel Ottevaere au Conservatoire de Valenciennes et dans sa classe à l’École Normale. Elle est également lauréate de divers Concours (Bellan, Marmande) et du Grand Prix du Concours Enesco de 2016.

À partir de 2008-2009, elle aborde les rôles de la Seconde Dame (Didon et Enée), en tournée en Inde et en France ; Lisette (Le Petit Faust d’Hervé diffusé sur Mezzo) ; Abra (Judith triomphante), Constance (Dialogues des Carmélites) et Gabrielle (La Vie parisienne) ; Fiordiligi dans la création du Cosi fanciulli de Nicolas Bacri au Théâtre des Champs-Élysées avec l’Opéra Fuoco ; Papagena (La Flûte enchantée) et Belinda (Dido and Æneas) à Shanghaï ; Papagena à Marseille avec la Fabrique Opéra ; Lucinde (Le Médecin malgré lui) à l’Opéra de Saint-Étienne ; Cupidon (Orphée aux Enfers) à l’Opéra de Nancy, au Domaine d’O de Montpellier et à Angers Nantes Opéra ; Elpina (Damon de Telemann) à l’Opéra du Théâtre de Magdebourg (Opéra Fuoco/David Stem) ; Ellen (Lakmé) à l’Opéra de Tours ; Yniold (Pelléas et Mélissandre) au Théâtre des Champs-Élysées en version scénique et concertante dans la série des Grandes Voix et a participé à l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence pour la création de Pinocchio de Boesmans etc.

En concert, elle interprète des œuvres telles Melodias de la Melancolia de Nicolas Bacri au Festival Notes d’Écumes sous le parrainage du compositeur ; La Messe en si en tournée avec Les Arts Florissants, etc.

Elle forme un duo avec la pianiste Lucia Zarcone avec laquelle elle remporte le Concours Lied et Mélodies de Gordes 2015.

Elle se passionne aussi pour le théâtre. Après trois ans de cours au Conservatoire de Suresnes, elle monte un spectacle en 2006 à Versailles, puis participe à deux spectacles en tant que comédienne : Les Justes de Camus et La Visite de la Vieille Dame de Dürrenmatt à la Comédie de Reims en 2008 et 2009.

Récents et futurs engagements : Le Nain (L’Infante) à l’Opéra de Lille et à l’Opéra de Rennes ; Hänsel und Gretel (Taumännchen & Sandmännchen) à l’Opéra de Nancy ; Nabucco (Anna) à l’Opéra de Lille, Candide (Paquette) avec Les Grandes Voix à Paris, les reprises de Nabucco à l’Opéra de Dijon et du Nain à l’Opéra de Caen, Barbe-Bleue (Fleurette) à l’Opéra national de Lyon…

Jennifer Courcier a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Candide (Paquette) en 2018.


 

Christian FEDERICI, baryton Le Comte Almaviva

Né à Trieste (Italie) en 1987, Christian Federici étudie d’abord le piano aux Conservatoires de Trieste et d’Udine. Parallèlement, il étudie l’orgue et est nommé au poste d’organiste de la Basilique Patriarcale d'Aquilée. En 2013, il est diplômé en informatique de l’Université d'Udine. En tant qu’organiste, il collabore avec plusieurs chœurs dans différents projets pour chœur et orchestre, The Armed Man - A Mass for Peace de Karl Jenkins, le Gloria de Mass of the Children de John Rutter à Mariano del Friuli.

Il amorce ses études de chant lyrique en tant que baryton en 2015, avec la pianiste Sabrina Arru, puis avec le ténor Federico Lepre, son professeur de chant actuel. Il a participé à des masterclasses et stages auprès de pédagogues prestigieux tels que Claudio Desderi, Matelda Cappelletti, Francesca Patanè, Karen Stone, Lucia Mazzaria, Alessandro Svab et Lorenzo Ragazzo.

En octobre 2016, il fait ses débuts au Théâtre de Cesena dans Le Nozze di Figaro (le Comte) dans une mise en scène de Matelda Cappelletti et sous la direction de Claudio Desderi. C’est en suivant des cours avec ce dernier qu'il perfectionne son approche du répertoire lyrique et de la musique de chambre à l’École de Musique de Fiesole.

En 2018, il est lauréat des prestigieux Concours de Chant de Spoleto et de Trévise où il interprète le rôle du Comte dans Le Nozze di Figaro et remporte le 1er Prix.

Récents et futurs engagements : L’Elisir d’amore (Belcore), le rôle-titre de Don Giovanni au Théâtre de Cesena (sous la direction de Claudio Desderi - mise en scène de Matelda Cappelletti), Le Nozze di Figaro (le Comte) aux Opéras de Trevise, Jesi et Ferrara, le cycle Winterreise de Schubert à Fiesole et Kindertotenlieder de Mahler avec le pianiste florentin Eugenio Milazzo...

Christian Federici est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Mirco PALAZZI, basse Figaro

Spécialiste du répertoire belcantiste et mozartien, Mirco Palazzi débute au Festival d’opéra de Wexford en 2001, il se produit ensuite dans les plus grands théâtres du monde, et collabore entre autre avec Antonio Pappano et Riccardo Chailly.

Il a prit part à d’importantes productions notamment à la Scala de Milan, au Liceu de Barcelone, à l’Opéra national de Washington, l’Opéra de Dallas, le Teatro Regio de Turin, La Fenice à Venise, l’Académie Nationale Sainte-Cécile, l’Opéra de Rome, la Kölner Philharmonie, le Genwandhaus de Leipzig, le Barbican Center, le Suntory Hall de Tokyo et le Tchaikovsky Concert Hall de Moscou.

Au cours de sa carrière, il collabore avec des chefs d’orchestre tel que Roberto Abbado, Rinaldo Alessandrini, Riccardo Chailly, Myung-Whun Chung, Diego Fasolis, Valery Gergiev, Christopher Hogwood, Antonio Pappano, Gianandrea Noseda, Alberto Zedda et les metteurs en scène tels que Luca Ronconi, Pier Luigi Pizzi, Denis Krief et Robert Carsen.

Lors de la saison 2016 / 2017, il a chanté dans Semiramide (Assur) avec l’Orchestre de l’Âge des Lumières au Royal Albert Hall de Londres, Rosmonda d’inghilterra, La Cenerentola et Semiramide au Mai Musicale Florence, Otello (Elmiro) au Teatro San Carlo de Naples, Il Viaggio a Reims (Lord Sidney) au Théâtre royal danois et le rôle-titre de Maometto II au Festival de Bad Wildbad.

Pour la saison 2017 / 2018, il s’est produit dans Jérusalem (Roger) au Teatro Regio de Parme, Lucia di Lammermoor (Raimondo) sous la direction de Michele Mariotti et Semiramide (Assur) au Royal Opera House de Covent Garden sous la direction d’Antonio Pappano, Pulcinella au Teatro San Carlo de Naples, Il Barbiere di Siviglia (Don Basilio) au Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Anna Bolena (Enrico VIII) au Théâtre philharmonique de Vérone, Don Giovanni (Leporello) au Teatro Regio de Turin dirigé par Daniele Rustioni.

Il a enregistré des albums pour Decca, Euroarts, Naxos, Bongiovanni, Operarara, Arthaus, Unitel, Opus Arte.

Récents et futurs engagements : le rôle du Conte Rodolfo (Sonnambula) dirigé par Daniel Oren au NCPA de Pékin, Aci, Galatea e Polifemo (Polifemo) au Festival Purtimiro, Lucia di Lammermoor (Raimondo) au Théâtre de la Maestranza de Séville, la Petite Messe Solennelle avec le Filarmonica Arturo Toscani, dirigé par Gianluigi Gelmetti, Don Giovanni (Leporello) à l’Opéra de Nice et à Antibes, Gazza Ladra (Il Podestà) au Théâtre national de Lisbonne, Pulcinella au Teatro San Carlo de Naples, La Riconoscenza au Rossini Opera Festival, Il Barbiere di Siviglia (Basilio) à l’Opéra de Rouen, Semiramide (Assur) au Royal Concertgebouw d’Amsterdam dirigé par Michele Mariotti, Lucrezia Borgia (Don Alfonso) à l’Auditorium de Tenerife, Lucia di Lammermoor (Raimondo) au Liceu à Barcelone, Il Viaggio a Reims (Lord Sidney) à l’Opernhaus de Zurich.

Mirco Palazzi a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Il Barbiere di Siviglia (Basilio) en 2018.


 

Marc BARRARD, baryton Bartolo

Après ses études au Conservatoire de Nîmes, Marc Barrard se perfectionne avec Gabriel Bacquier. À partir de 1984 il remporte de nombreux prix dont le Prix Spécial de La Chambre Syndicale des Directeurs de Théâtres en France, à la suite duquel il est immédiatement invité par les Chorégies d’Orange pour interpréter Hérault (Macbeth).

Commence alors une riche carrière qui l’amène à se produire sur toutes les scènes lyriques françaises et internationales telles que le Teatro Comunale de Bologne, La Scala de Milan, le Teatro Regio de Turin, la Fenice de Venise, le Liceu de Barcelone, le Teatro de la Maestranza de Séville, le Palau des les Arts de Valence, l’Opéra de Lausanne, le Grand Théâtre de Genève, le Semperoper de Dresde, le Teatro Colón de Buenos Aires, les Opéras de Tel-Aviv, Helsinski, Oviedo, Houston, Washington et de Los Angeles, Concertgebouw d’Amsterdam... dans les grands rôles des répertoires italien et français, avec une place prépondérante pour ce dernier.

Récemment, il a incarné le Bailli (Werther) aux Opéras de Rome et à Nancy ; le rôle-titre de St-François d’Assise et le Flambeau (L’Aiglon) enregistré et paru en CD avec l’Orchestre Symphonique de Montréal) à Montréal ; le rôle-titre d’Ariane et Barbe-Bleue à Strasbourg ; Agamemnon (La Belle Hélène) au Théâtre du Châtelet ; l’Horloge – Le Chat (L’Enfant et les sortilèges) avec le SWR-Orchester à Stuttgart (enregistré en CD) ; Golaud (Pelléas et Mélisande) et le Marquis (Dialogues des Carmélites) au Staatsoper de Hambourg ; le Comte de Nevers (Les Huguenots) à l’Opéra de Nice et au Deutsche Oper de Berlin ; Sharpless (Madama Butterfly) aux Chorégies d’Orange et en concert au Théâtre des Champs-Élysées ; le Comte Des Grieux (Manon) à Monte-Carlo, Golaud à Sydney, le Baron (La Vie Parisienne) à Bordeaux, Dulcamara (L’Elisir d’amore) à Nice et Tours, Athanaël (Thaïs) à Pékin…

Il se produit également sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, John Nelson, Christoph Eschenbach, John Eliot Gardiner, Lorenzo Viotti, Stéphane Denève, Kent Nagano…

Récents et futurs engagements : un enregistrement Offenbach pour la Kölner Akademie, le Baron Douphol (La Traviata), Lord Guglielmo Cecil (Maria Stuarda) et le Comte des Grieux dans Manon (Les Grandes Voix) au Théâtre des Champs-Élysées, Don Quichotte à Saint-Étienne…

Marc Barrard a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Così fan tutte (Don Alfonso) et Hamlet (Claudius) en 2016.

 

 

Raphaël BRÉMARD, ténor Basilio

Amateur et chanteur de rock, Raphaël Brémard se destinait à une carrière de technicien forestier quand il rencontre Marie-Paule Nounou qui l’initie au chant lyrique. Il se forme auprès d’elle et de Gilles Ragon avant d’intégrer le CNIPAL à Marseille de 2004 à 2006 où il reçoit les conseils de Mady Mesplé, Yvonne Minton, Tom Krause et David Syrus.

Sa carrière prend très vite son essor sur les plus grandes scènes françaises et à l’étranger (Bayreuth avec le Forum Franco-Allemand des Jeunes Artistes, le Festival de Spoleto, le Glyndebourne Touring Opera...). Il se produit en tournée mondiale dans une Flûte enchantée de Peter Brook (Molière du Spectacle Musical 2010) et incarne Tibia dans Les Caprices de Marianne en tournée française avec le Centre Français de Promotion Lyrique.

À l’Opéra il interprète les rôles de Pedrillo (L’Enlèvement au sérail) et Tamino (La Flûte enchantée), Bastien (Bastien und Bastienne), Basilio et Don Curzio (Le Nozze di Figaro), le Remendado (Carmen), Goro (Madama Butterfly), Gastone (La Traviata), Normanno (Lucia di Lammermoor) ou encore Le Fou (Wozzeck), Spoleta (Tosca), le Confesseur (Les Dialogues des Carmélites).

Parallèlement, il aborde à l’univers de l’opérette et de la comédie musicale : Camille de Coutançon (La Veuve Joyeuse), Pâris (La Belle Hélène), le Soldat Fritz (La grande Duchesse de Gérolstein), les 4 Valets et Nathanaël (Les Contes d’Hoffman), Carlos de Médina (La Belle de Cadix), Ardimédon (Phi-Phi), Orphée (Orphée aux enfers), le Prince Casimir (La Princesse de Trébizonde), Florès (L’Auberge du Cheval blanc), Léopold (Valses de Viennes), Gustave (Pomme d’Api), Babylas (Monsieur Choufleuri), Le Roi Bobêche (Barbe-Bleue), Anselmo et Sancho Pança (L’Homme de la Mancha), Freddy (My Fair Lady), Le Bourgmestre Vanderprout (Geneviève de Brabant), Loustot (Véronique)...

Les Ensembles Arianna, Les Éléments et La Rêveuse font appel à lui pour des oratorios et récitals qui lui permettent de chanter le répertoire baroque qu’il apprécie : le Magnificat de Bach, le Requiem de Mozart, le Messie de Haendel, The Fairy Queen, Mr de Pourceaugnac...

Récents et futurs engagements : Goro à l’Opéra de Rouen, Achille (La Belle Hélène) à l’Opéra de Lorraine, concerts avec La Rêveuse, la tournée de 2 Bouffes en 1 acte, le Notaire (Maître Peronilla) au Théâtre des Champs-Élysées et Sergent Larose (Madame Favart) à l’Opéra Comique avec le Palazetto Bru Zane ; Guillot de Morfontaine dans Manon (Les Grandes Voix) en concert au Théâtre des Champs-Elysées…

Raphaël Brémard a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans My Fair Lady (Freddy Eynsford-Hill) la saison dernière.

 

 

Carl GHAZAROSSIAN, ténor Don Curzio

Né à Marseille, il est diplômé du CNSM de Paris et de la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Il remporte de nombreux prix et se fait rapidement remarquer dans le répertoire baroque sous la direction de chefs tels que Jean-Claude Malgoire, Marc Minkowski, René Jacobs, Emmanuelle Haïm, Hugo Reyne, Jean-Christophe Spinosi... Il se produit également avec La Chapelle Rhénane en 2015. Il fonde l’ensemble CantOpianto.

Depuis, on a pu l’entendre dans un répertoire allant du baroque au contemporain, en passant par l’opéra-comique, l’opérette et la comédie musicale qu’il affectionne également : Achille (La Belle Hélène) en tournée nationale, Babylas (Monsieur Choufleuri restera chez lui) au Festival Off and Back de Venelles, Le Président (Les Femmes vengées de Philidor) au Festival de Musiques en Vendée, Jean (Jean de Paris de Boieldieu) à Compiègne ; Vulcain (Psyché de Lully) à Toulon et Montpellier ; le rôle-titre de LOrfeo de Monteverdi au KunstFestSpiele Herrenhausen de Hanovre, Don Ottavio (Don Giovanni) au Festival des Nuits d’été de Corte ; le Remendado (Carmen) à Caen et Lyon ; les quatre rôles comiques des Contes d’Hoffmann à l’Opéra national de Bergen ; Lurcanio (Ariodante de Haendel) en tournée en Allemagne, Suisse et Luxembourg ; le rôle-titre du Huron de Guétry au Théâtre Adyar à Paris ; Don Basilio et Don Curzio (Le Nozze di Figaro) à Avignon et Massy ; Anfinomo, Giove et un Feacio (Le Retour d’Ulysse) avec l’ARCAL ; Aufidio (Lucio Silla) à Bordeaux, Bardolfo (Falstaff) à Massy ; Spalanzani (Les Contes d’Hoffman) à Lyon et Tokyo ; le Guichetier (Le Dernier jour d’un condamné) à Avignon ; Sir Harvey (Anna Bolena), Spalanzani et Nathanaël (Les Contes d’Hoffman) à Toulon ; Gardefeu (La Vie parisienne) et Dr Erich Siedler, l’Avocat (L’Auberge du Cheval blanc) à Metz ; Lucas (Le Médecin malgré lui), Monsieur Triquet (Eugène Onéguine) et l’Abbé (Adriana Lecouvreur) à Saint-Étienne ; Tibia (Les Caprices de Marianne) en tournée nationale ; Hadji (Lakmé) et Flûte (Le Songe d’une nuit d’été) à Tours ; Histoires Sacrées de Charpentier en tournée avec Angers-Nantes Opéra.

Il est également invité pour des concerts au Palau de la Música de Valencia, Sociedad Filarmonica de Bilbao, au Théâtre de Wiesbaden, Festival de Rheingau, Festival de Musique ancienne d’Innsbruck…

Très attaché à la mélodie française, il donne de nombreux récitals avec le pianiste David Zobel avec lequel il publie chez Hortus un album consacré aux mélodies sur des poèmes de Verlaine en 2016.

Sa discographie comprend Pastor 2 et Spirito 2 (L’Orfeo de Monteverdi) en DVD (direction Jean-Claude Malgoire) ; Oloferne (La Giuditta de Scarlatti) avec l’Ensemble baroque de Nice ; le Motet pour une longue offrande (direction William Christie) et Bob (Toi c’est moi de Moïse Simons) avec la Compagnie Les Brigands.

Récents et futurs engagements : M. Bobbo (Coraline création de Mark-Anthony Turnage) à l’Opéra de Lille, Falstaff à l’Opéra de Monte-Carlo, Le Prince Saphir (Barbe-bleue) à Lyon ; en concert avec le Palazzetto Bru-Zane...

Carl Ghazarossian a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Traviata (Gastone) cette saison.

 

 

Philippe ERMELIER, baryton Antonio

Après une formation tout à la fois éclectique et complète - des cours de Jean-Laurent Cochet à… l’École Boulle ! - Philippe Ermelier travaille sa voix avec Jean-Marie Siougos et Suzy Sach, ce qui le mène au CNIPAL, où il rencontre Rita Streich puis à l’École de Chant de l'Opéra de Paris dans la classe de Michel Sénéchal.

Son vaste répertoire s'étend du baroque (Enée - Didon et Enée de Purcell, Phinée - Jephté de Montéclair...) au grand répertoire d'opéra, qu'il s'agisse du vérisme (le Sacristain - Tosca, Mathieu - André Chénier) ou du répertoire français (Laërte - Mignon, l'Officier espagnol - Cyrano de Bergerac d'Alfano, le Geôlier - Les Dialogues de Carmélites, Johann - Werther...). Rossini est aussi très présent avec des rôles comme Haly - L'Italienne à Alger, Il Barbiere di Siviglia, Tobia Mill - La Cambiale di matrimonio...

Son grand talent de comédien, son imagination et sa liberté en scène le poussent très vite à aborder le répertoire de l'opérette et de la comédie musicale.

Sa mise en scène de Phi-Phi lui vaut une invitation au Théâtre du Tambour Royal à Paris où il est ensuite très régulièrement invité...

Les rôles de son répertoire vont d'Offenbach (Jupiter, le Général Boum, Agamemnon) à Varney (Brissac), Lehár (Popoff, Gustav...), Weill (Tiger Brown de L'Opéra de quat'sous) et jusqu'aux désormais « classiques » que sont Cats (Mathusalem), Les Misérables (Javert), sans oublier les œuvres de son ami Jacques Duparc, Charrette et Clémenceau.

Récemment, il a interprété La Fille de Madame Angot à l'Opéra royal de Wallonie ; La Navarraise de Massenet, L'Homme de la Mancha, Guillaume Tell, Manon et Les Contes d’Hoffmann à Monte-Carlo ; Faust, Jenůfa, Il Barbiere di Siviglia, My Fair Lady, Le Dernier jour d'un condamné, Mireille, La Belle Hélène, Carmen et Faust à Avignon ; Les Dialogues des Carmélites à Toulon ; Béatrice et Bénédict au Festival Berlioz - La Côte Saint-André avec Les Siècles dirigés par François-Xavier Roth ; La Vie Parisienne et le Comte Capulet - Roméo et Juliette à l'Opéra de Nice ; Geneviève de Brabant à Montpellier et Nancy ; La Bohème à Reims, La Périchole aux Folies Lyriques à Montpellier et au Festival de Saint-Céré, La Belle Hélène et Princesse Czardas à l’Odéon de Marseille, L’Homme de la Mancha à Tours, Les Mousquetaires au Couvent à Lille, Faust à Massy…

Récents et futurs engagements : My Fair Lady au Festival d’Opérette de Nice, La Belle Hélène au Casino Barrière de Toulouse, La Fille de Mme Angot à l’Odéon de Marseille ; Faust à l’Opéra de Nice, La Périchole à l’Opéra d’Avignon, La Damnation de Faust à l’Opéra de Saint-Étienne…

Philippe Ermelier a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Faust (Wagner) cette saison.