Vous êtes ici

Faust - Biographies


 

 

Lawrence FOSTER, direction musicale

De 1998 à 2001, Lawrence Foster occupe le poste de Directeur artistique du Festival Georges Enescu à Bucarest. Il a également été Directeur musical de l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne (pendant plus de sept ans), du Festival d’Aspen, de l’Opéra Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon ; des Orchestres Symphoniques de Jérusalem, Houston, Barcelone ; du Philharmonique de Monte-Carlo et de l’Orchestre de Chambre de Lausanne.

Invité des grandes maisons d’opéra à travers le monde, c’est en 2008 qu’il est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille pour diriger Salammbô du compositeur marseillais Ernest Reyer.

Il assure ensuite la direction de plusieurs ouvrages : Wozzeck, La Chartreuse de Parme, Le Roi d’Ys, Cléopâtre, Les Troyens, Der fliegende Holländer, Falstaff, Così fan tutte, Hamlet, Don Carlo, Ernani. En 2013, il est récompensé par l’Orphée d’Or de l’Académie Nationale du Disque Lyrique pour son enregistrement de L’Étranger de d’Indy avec l’Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon. En 2014-2015, il est invité à diriger l’Orchestre National de Lyon, les Orchestres Philharmoniques de Copenhague, de Monte-Carlo et de Hong Kong, les Orchestres Symphoniques de Dallas et de Montréal, le Danish National Symphony Orchestra…

Dans le cadre des saisons symphoniques de l’Opéra de Marseille, il dirige à nouveau l’Orchestre en de nombreuses occasions (week-end inaugural de MP 2013, cinquantième anniversaire de la disparition de Jean Cocteau et Francis Poulenc, la IXème Symphonie, et l’intégrale des Concertos pour piano de Beethoven...). Il vient d’être nommé au poste de Directeur artistique et Chef principal de l’Orchestre Symphonique National de la Radio Polonaise (Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia) et prendra ses fonctions le 1er septembre 2019.

Récents et futurs engagements : La Chute de la Maison Usher à San Francisco, des concerts aux Festivals de Bad Kissingen, Rheingau, la Roque-d’Anthéron, des enregistrements pour Pentatone avec l’Orchestre Philharmonique de Marseille, Madama Butterfly à Cardiff, Mathis der Maler au Festival Georges Enescu, Le Nozze di Figaro à Francfort…

Lawrence Foster sera de retour à l’Opéra de Marseille pour diriger Faust et Rigoletto ainsi qu’un concert symphonique dédié à Saint-Saëns / Beethoven / Bernstein en mars au Cepac Silo.


 

Nadine DUFFAUT, mise en scène

Nadine Duffaut obtient une Maîtrise de Musicologie à la Sorbonne et suit les cours de Camille Mauranne au CNSM de Paris. Elle est successivement Chef de Chant à l’Opéra de Rennes, Chef des Chœurs à l’Opéra Grand Avignon dont elle dirigera également la Maîtrise, avant de créer sa propre école d’art lyrique « Vocal Académie ». C’est en 2003, qu’elle signe sa première mise en scène, Tosca à Avignon, reprise à l’Opéra de Vichy et à Limoges. Suivront La Traviata à Avignon, Massy, Metz, Vichy, Toulon et Reims ; Carmen à Avignon, Shanghai, en Équateur et dans une nouvelle production à Debrecen, Reims et Massy ; Le Nègre des Lumières à Avignon ; Manon à Avignon, Nice, Reims, Massy et Hong-Kong ; Les Pêcheurs de perles à Avignon, Tours, Metz et Toulon ; Cendrillon à Massy ; Le Dernier jour d’un condamné à l’Opéra de Debrecen et à Avignon, dont la création scénique a été réalisée sous l’égide d’Opera Competition Festival et de la chaîne Mezzo (Grand Prix de la meilleure production et mise en scène de ce Festival de la part des spectateurs et téléspectateurs).

Elle met également en scène I Capuleti e i Montecchi à Avignon, Tours et Reims ; La Vie Parisienne à Toulouse, Avignon, Toulon, Reims, Saint-Étienne et Nice ; La Fille du Tambour-Major à Nice, Toulon et Avignon ; Les Mousquetaires au Couvent à Avignon et à l’Opéra Royal de Wallonie ; Ciboulette à Avignon, Reims et Toulon ; Die Fledermaus à Avignon ; Manon à Vichy. Elle est invitée aux Chorégies d’Orange pour Carmen, Tosca, La Bohème, Otello et Madama Butterfly. Elle signe la mise en scène de la nouvelle production de Thaïs à Tours et à Avignon ; La Bohème à Debrecen, à Séoul et au Festival de Beiteddine (Liban) ; Tosca (prise de rôle pour Béatrice Uria-Monzon) à Avignon ; Kátya Kabanová à Toulon et Avignon ; La Bohème à Avignon et Reims ; La Traviata à Tours ; Werther en Roumanie ; Otello à Massy, Douce et Barbe-Bleue à l’Odéon de Marseille, La Vie Parisienne et Le Château de Barbe-Bleue à Avignon.

Récents et futurs engagements : Otello à Savonlinna, Madama Butterfly aux Chorégies d’Orange, La Traviata en Roumanie, Vanda à Reims et Avignon, Le Château de Barbe-Bleue à Metz et Londres ; Kátya Kabanová, Faust et Orphée aux enfers à Avignon ; Faust à Massy, Reims, Metz, et Nice ; La Vie Parisienne à l’Odéon de Marseille, Werther en Roumanie, Norma en Hongrie…

Nadine Duffaut a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille plus récemment pour La Vie Parisienne en 2015-2016, I Capuleti e i Montecchi et Le Dernier jour d’un comdamné en 2017.


 

Emmanuelle FAVRE, décors

Après des études de scénographie, Emmanuelle Favre obtient, en 1995, un diplôme à l’École Supérieure des Arts et Techniques de Paris. Elle signe son premier décor au côté de Charles Roubaud avec Bérénice à l’Opéra de Marseille. Leur collaboration se poursuit avec les productions d’Elektra, La Veuve Joyeuse, Samson et Dalila au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg ; Aïda et Der fliegende Holländer aux Chorégies d’Orange ; Nabucco ainsi qu’une nouvelle production d’Aïda au Stade de France ; La Cenerentola au Festival Spoleto ; Aïda au Festival de Massada.

Elle collabore également avec Nadine Duffaut et crée les décors de Tosca, La Vie Parisienne, Le Nègre des Lumières, La Traviata, Les Pêcheurs de perles, Manon, ainsi que Carmen à l’Opéra de Shanghai et aux Chorégies d’Orange ; Le Dernier jour d’un condamné à l’Opéra Grand Avignon ; Tosca, La Bohème et Otello aux Chorégies d’Orange ; La Bohème à Séoul et à Beiteddine ; Il Barbiere di Siviglia au Festival d’Avenches ; Tosca en Israël ; Don Carlo à Bordeaux ; Otello à Massy… Elle travaille également avec Nicolas Joel pour les scénographies du Chapeau de paille d’Italie, Die Zauberflote au Capitole de Toulouse ; La Bohème au Festival de Macerata ; Aïda, Roméo et Juliette, Otello et Faust aux Chorégies d’Orange. À la Scala de Milan, elle signe les décors de Pelléas et Mélisande mis en scène par Pierre Médecin. Elle collabore avec Éric Vigié sur Les Mousquetaires au couvent, Marco Carneti sur Le Directeur de théâtre et La Canterina au Teatro Arriaga de Bilbao, Arnaud Bernard sur Falstaff et Le Triptyque au CNT de Zagreb.

Récents et futurs engagements : Roméo et Juliette et Le Château de Barbe-Bleue à Metz ; Douce et Barbe-Bleue à l’Odéon de Marseille ; La Vie Parisienne, Senza sangue, Le Château de Barbe-Bleue, Kátyá Kabanová, Faust et Vanda à Avignon ; Otello à Savonlinna, Madama Butterfly et Rigoletto aux Chorégies d’Orange ; La Traviata en Roumanie et en Hongrie ; Aïda et Faust à Massy ; Roméo et Juliette à Toulon ; Don Giovanni à Lausanne ; Il Barbiere di Siviglia au Théâtre Mariinsky, Don Giovanni à Vichy, Norma en Hongrie, Là-Haut à l’Odéon de Marseille, Faust à Reims, Metz et Nice ; Carmen à Shaanxi, Werther à Tokyo…

Emmanuelle Favre a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour Der fliegende Holländer et La Vie Parisienne en 2015/2016, I Capuleti e i Montecchi, Don Carlo et Le Dernier jour d’un condamné en 2017 et sera de retour pour Rigoletto cette saison.


 

 

Gérard AUDIER, costumes

Gérard Audier se forme en haute couture à l’École Saint Roch à Paris, puis il occupe le poste de toiliste chez Dior et Cardin. De 1969 a 1979, il sort premier d’atelier aux ateliers de costume, puis est appelé par Jean-Albert Cartier pour diriger les ateliers du Grand Théâtre de Nancy jusqu’en 1983. Il ouvre alors son propre atelier à Paris ou il réalise, entre autres, les costumes du Mariage de Figaro (Jean-Pierre Vincent), La Tempête (Alfredo Arias), Hamlet (Patrice Chéreau) et plusieurs costumes pour Isabelle Adjani dans Camille Claudel. Depuis 1984, il signe des créations de costumes pour diverses scènes lyriques et théâtrales (Paris, Toulouse, Marseille, Bruxelles, Liege, Bilbao, Tallinn…) à la demande de metteurs en scène tels que Nicolas Joel, Jacques Rosner, Albert-André Lheureux, Nadine Duffaut…Parallèlement, il assure la direction des ateliers de costumes du Capitole de Toulouse de 1989 à 2003, et ceux de l'Opéra National de Paris de 2003 à 2005. Il signe de nombreuses créations telles que Mignon, Die Meistersinger von Nurnberg, Die Zauberflöte pour Nicolas Joel ; Tosca, La Traviata et La Vie Parisienne pour Nadine Duffaut.

Récents et futurs engagements : La Traviata à Tours, en Hongrie et en Roumanie, La Vie Parisienne à l'Opéra Grand Avignon, Faust à Avignon, Massy, Reims, Metz et Nice…

Gérard Audier a déjà été invité à l'Opéra de Marseille plus récemment pour La Vie Parisienne en 2015-2016.


 

Philippe GROSPERRIN, lumières

Depuis quelques années, Philippe Grosperrin se spécialise dans la mise en lumière de spectacles. Il débute sa carrière dans différents théâtres, en particulier avec Philippe Avron. Il aborde également la mise en lumière de ballets avec la Compagnie Anne Dreyfus qui fait à plusieurs reprises appel à ses services.

Pour l’opéra, il fait ses débuts avec Robert Fortune dans Hänsel und Gretel d’Humperdinck et Cendrillon de Massenet. Avec Jean-Claude Auvray, il éclaire La Traviata et La Dame Blanche à Angers Nantes Opéra, La Forza del Destino pour les Chorégies d’Orange en 1996 et ceux de Der Prinz Von Homburg en 1997 au Théâtre du Capitole de Toulouse. Il éclaire également pour le Théâtre de l’Eldorado à Paris La Surprise de l’Amour. En 1998, il assure les éclairages de Cendrillon (Massenet) au Grand Théâtre de Genève, dans une mise en scène de Robert Fortune.

Après avoir éclairé Marouf à Marseille, il est réinvité pour Die Schweigsame Frau de Richard Strauss et Don Pasquale de Donizetti. Il crée en 2002, au Théâtre National de Taïwan, les éclairages de La Neige en Août, un opéra contemporain écrit et mis en scène par Gao Xinjang (Prix Nobel de Littérature). En 2004-2005, il réalise pour le Théâtre du Capitole de Toulouse les lumières de La Vie Parisienne (mise en scène par Nadine Duffaut) et celles de La Traviata à l’Opéra de Marseille.

Les Chorégies d’Orange l’invitent en 2006 pour Madama Butterfly et en 2014 pour Otello.

Après avoir éclairé Salammbô de Reyer (mise en scène Yves Coudray) à l’Opéra de Marseille, il éclaire Attila de Verdi en 2010, mais aussi Pas sur la bouche (Maurice Yvain), ce qui lui permet de retrouver Jacques Duparc à l’Opéra de Tours.

L’Opéra Grand Avignon l’accueille de nombreuses fois, notamment pour La Traviata (2001), La Belle Hélène, Tosca et La Veuve Joyeuse (2003), Un Ballo in Maschera, La Belle au Bois Dormant, Madama Butterfly et Carmen (2004-2005), La Vie Parisienne (pour les fêtes de fin d’année 2005-2006), Cendrillon, Tosca et La Poule Noire et Le Rayon des Soieries (2006), Fidelio (2007), I Capuleti e i Montecchi (2009), La Vie Parisienne, Die Zauberflöte, Thaïs (2010-2011), Tosca et une soirée de ballets (2012), Madama Butterfly et une soirée de ballets (2013), pour le Ballet du Nouvel An, La Belle au Bois Dormant, Le Dernier Jour d’un Condamné, Tremplin Jeunes Chanteurs et La Fille Mal Gardée (2014). En 2014, il éclaire les deux créations Les Biches et Daphnis et Chloé, en 2015 La Bohème et Gymnopédies, Relâche et Les Forains...

Récents et futurs engagements : La Bohème à Avignon ; Otello et Faust à Massy ; Douce et Barbe-Bleue et Cendrillon à l’Odéon de Marseille ; La Vie Parisienne, Le Château de Barbe-Bleue, Le Chanteur de Mexico, Faust, Vanda et Orphée aux enfers à Avignon ; Vanda à Reims ; Le Château de Barbe-Bleue à Metz ; Cendrillon à l’Odéon de Marseille, Otello à Savonlinna, Faust à Massy, Reims, Metz et Nice…

Philippe Grosperrin a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour La Vie Parisienne en 2015, I Capuleti e i Montecchi et Le Dernier jour d’un condamné en 2017.


 

Nicole CAR, soprano Marguerite

La soprano australienne, Nicole Car, se produit régulièrement à l’Opéra de Sydney dans les rôles de Pamina (Die Zauberflöte), Leïla (Les Pêcheurs de perles) et le rôle-titre de Luisa Miller. Elle apparaît aussi dans The Countess à l’Opéra de Dallas, Micaëla (Carmen), Mimi (La Bohème) et Tatiana (Eugène Onéguine) au Royal Opera House et Tatiana au Deutsche Oper de Berlin et à l’Opéra de Paris.

En concert, elle chante dans le Requiem de Mozart, Ein deutsches Requiem de Brahms, Das klagende lied de Mahler, elle participe au Last Night of the Proms et se produit dans des œuvres de Strauss avec les Orchestres symphoniques de Melbourne, Sydney et de Queensland.

Sa discographie comprend son premier album solo The Kiss.

Elle a été lauréate du Concours international de Chant Neue Stimmen en 2013 et de l’Opera Australia Awards en 2012. Elle a été nominée aux International Opera Awards en 2015 dans la catégorie « meilleure jeune chanteuse ». Elle remporte le Prix de la Meilleure Performance féminine dans la catégorie « opéra » aux Helpmann Awards en 2018.

Futurs engagements : ses débuts au Metropolitan Opera dans le rôle de Mimi (La Bohème) et au Bayerische Staatsoper dans le rôle Tatiana ; Micaëla (Carmen) et Donna Elvira (Don Giovanni) à l’Opéra national de Paris ; une tournée australienne (récital) avec Étienne Depuis, son retour au Deutsche Oper de Berlin avec Tatiana ainsi qu’à l’Opéra de Paris et au Royal Opera House...

Nicole Car a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans La Traviata (Violetta) cette saison.


 

Jeanne-Marie LÉVY, mezzo-soprano Marthe

Lauréate du Concours International de Chant de Marmande en 1997, Jeanne-Marie Lévy oriente sa carrière autour des rôles de caractère du répertoire : Concepcion (L’Heure Espagnole), Berta (Il Barbiere di Siviglia), Marcelline (Le Nozze di Figaro), Ermerance de Champ d’Azur (Véronique), Marquita Négri (Yes !), Katisha (Le Mikado) ou la Sorcière (Hansel et Gretel) lui donnent l’occasion jouer à la fois de ses talents de comédienne et de sa voix de soprano aux aigus vaillants et aux graves sonores.

Pour le théâtre, elle est co-fondatrice de L’Équipe Rozet avec le metteur en scène Bernard Rozet et le chef d’orchestre Laurent Pillot, à leur actif, Revue-Ménage, Les 400 Coups de l’Opéra, Monsieur Croche,L’impresario de Smyrne et Les Rustres. Elle collabore depuis des années avec le pianiste Pascal Hild. Ensemble, ils explorent en musique des univers éclectiques allant de la mélodie française (Gounod, Bizet, Fauré, Poulenc, Cras, Satie...) à la chanson française des 19ème et 20ème siècles (Arletty, Yvette Guilbert, Marie Dubas...) et le théâtre musical, avec Station Offenbach, Un Jour mon Prince, Récital coquin, Cabaret Cannibale, Rideau ! d’après le Retour Imprévu d’Hervé, et Cabaret Lautrec.

Pour l’opérette, elle est membre de la troupe du Festival des Châteaux de Bruniquel. Sous la houlette de Frank Thézan et Jean-Christophe Keck, elle y interprète, des rôles d’Offenbach, Madame Boulinard (Mademoiselle Moucheron), Moschetta (Il Signor Fagotto), Boulotte (Barbe-Bleue), Catherine (Le Château à Toto), Théodorine (L’Île de Tulipatan). Attirée par l’écriture contemporaine, elle enregistre D’un Désastre Obscur de Gilbert Amy, Bataille Navale de Denis Chouillet d’après le texte de Jean-Michel Ribes avec La Péniche Opéra et crée le rôle de la Cousine dans Patoussalafoi de Mattéo Franceschini et Philippe Dorin à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne.

Récents et futurs engagements : Trissotin ou les Femmes Savantes en tournée chinoise, Faust (Marthe) pour l’Opéra de Nice, Orphée aux Enfers (Junon) et Le Nozze di Figaro (Marcellina) à l’Opéra Grand Avignon et la création de Ouf ! (spectacle autour de la première guerre mondiale avec l’équipe Rozet), Les Dimanches d’Offenbach - Bagatelle

Jeanne-Marie Lévy a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans Manon (Rosette), La Vie Parisienne (Madame de Quimper Karadek) en 2015 et My Fair Lady (Mrs Pearce) en 2017.


 

Jean-François BORRAS, ténor Faust

Jean-François Borras débute ses études à l'Académie de Musique Rainier III de Monaco avec Marie-Anne Losco, puis se perfectionne avec Michèle Command et Gabriel Bacquier.

Il démarre sa carrière avec les rôles d’Alfredo (La Traviata) à Mannheim, Edgardo (Lucia di Lammermoor) à Graz, le Chevalier des Grieux (Manon) à Rome et au Palau de les Arts Reina Sofia de Valence, le Duc de Mantoue (Rigoletto) à Rouen, Caracalla, Athènes et Gênes. Il fait ses débuts avec Roméo (Roméo et Juliette) à Trieste, Vérone et Gênes, Rodolfo (La Bohème) à Trieste, Aix-la-Chapelle et Graz.

Depuis 2007, il se produit sur les plus grandes scènes du monde.

Il a chanté sous la direction d'Alain Guingal, Evelino Pidò, Daniel Oren, Patrick Fournillier, Daniele Callegari, de Fabrizio Maria Carminati, Michel Plasson, Alain Altinoglu et de Stéphane Denève.

Au cours des dernières années, il interprète le Chevalier des Grieux (Manon) à l'Opéra Bastille et au Wiener Staatsoper, Le Rimbaud (Robert le Diable) au Coven Garden, Alfredo (La Traviata) à Monte-Carlo, le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites) à l'Académie nationale Sainte-Cécile, et fait ses débuts au Metropolitan Opera en remplacement de Jonas Kaufmann dans Werther où il remporte un véritable succès auprès du public et des critiques.

Récents et futurs engagements : La Bohème au Met, Macbeth aux Champs-Élysées, Thaïs à l'Opéra de Sao Paulo, Lucia di Lammermoor à Avignon et Florence ; Manon, La Bohème et La Traviata au Wiener Staasoper, Werther à Palau de les Arts Reina Sofia à Valence, Faust au Staatsoper de Hambourg, Carmen à l’Opéra de Hong Kong, Mefistofele aux Chorégies d’Orange, Les Contes d'Hoffmann à Lausanne, La Bohème à l'Opéra de Dallas.

Jean-François Borras a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Turandot (Pang) en 2006 et plus récemment lors d’un concert consacré à Puccini et Verdi dans le cadre du Festival de Musique Sacrée à l’Église Saint-Michel en 2014.


 

Jean-Pierre FURLAN Vieux Faust

Jean-Pierre Furlan est découvert par Gabriel Dussurget lors d’un concert, et débute ensuite sa carrière avec Hoffmann (Les Contes d’Hoffmann) à la salle Gaveau, rôle qu’il reprend sur différentes scènes internationales, au Deutsche Oper de Berlin, aux Opéras de Philadelphie et d’Hambourg, au Savonlinna Opera Festival, à Graz, Malmö, Lisbonne…

En opéra français, il chante entre autres dans Faust (rôle-titre) à la Scala de Milan ; Faust (La Damnation de Faust) à Monte-Carlo, Birmingham, Pékin et Tokyo ; Don José (Carmen) à Liège, Pékin, Séoul, l’Opéra du Rhin, Leipzig, Zurich, Hambourg et au Savonlinna Opera Festival ; Le Cid à Zurich, Samson (Samson et Dalila) à Saint-Étienne et Karlsruhe, Polyeucte de Gounod à l’Opéra de Saint-Étienne.

En opéra italien, il se produit dans Don Carlo (rôle-titre) en version italienne à Copenhague, et en version française à Hambourg, Anvers et au Staatsoper de Vienne ; Radames (Aïda) à Boston, Malmö et Liège ; Cavaradossi (Tosca) à Saint-Étienne et Copenhague ; Calaf (Turandot) à Avignon et à Metz ; Pinkerton (Madama Butterfly) à Hambourg et à La Fenice ; Luigi (Il Tabarro) à Lyon ; Pollione (Norma) à Toronto ; Turiddu (Cavalleria Rusticana) et Canio (I Pagliacci) à l’Opéra Grand Avignon ; La Traviata à Massy ; Lucia di Lammermoor à l’Opéra du Rhin et à Toulon ; Rigoletto à l’Opéra du Rhin et à Malmö.

En concert, il se produit notamment dans Das Klagende Lied à Madrid, Das Lied van der Erde à la Salle Pleyel, Le Requiem de Dvořák (dirigé par Myung-Whun Chung) au Théâtre des Champs-Élysées.

Récents et futurs engagements : La Juive (Eleazar) à l’Opéra d’Anvers, Otello (rôle-titre) à Massy et Mexico, Les Contes d’Hoffmann (Hoffmann) et Samson et Dalila (Samson) à Metz, Le Baron Tzigane à Genève, Samson et Dalila et la 9ème Symphonie de Beethoven à l’Opéra de Massy…

Jean-Pierre Furlan a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Madame Chrysanthème (Pierre / Raoul) en 2016 et Boris Godounov (Gregori / Dimitri) en 2017.


 

Nicolas COURJAL, basse Méphistophélès

Élève de Jane Berbié, Nicolas Courjal débute à l'Opéra Comique à Paris puis à Wiesbaden et au Festival de Wexford. Depuis sa carrière l’a mené à la Bastille, au Châtelet, et dans tous les théâtres français, également à la Fenice, au Sferisterio de Macerata, à la Maestranza de Séville, au Covent Garden, au Japon, aux Chorégies d'Orange, au Grand Théâtre de Genève, à Monte-Carlo, Moscou, Lausanne, abordant les grands rôles du répertoire de basse. Il crée aussi des œuvres de Dusapin, Constant, Fénelon, Petitgirard et Koering.

En scène ou en concert il chante notamment sous la direction de Myung-Whun Chung, Christoph von Dohnányi, Christoph Eschenbach, Vladimir Fedosseïev, Lawrence Foster, Jacques Mercier, Michel Plasson, Léonard Slatkin, Serge Baudo, Daniel Oren, John Eliot Gardiner, Marc Minkovski, Bernard Soustrot, Pinchas Steinberg, Antonio Pappano, Esa-Pekka Salonen, Raphaël Pichon, John Nelson, avec l'Orchestre de Mulhouse, l'Orchestre Symphonique Tchaïkovski de Moscou, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Orchestre National de France, l’Orchestre National des Pays de Loire et de Lyon, l'Orchestre de la Malaisie, la Philharmonie de Lorraine, RTVE de Madrid, l’Orchestre de l’Académie nationale Sainte-Cécile, le Philharmonia Orchestra de Londres, le Philharmonic de Varsovie. En récital, il est invité aux Chorégies d 'Orange, à Paris, Venise, avec son pianiste Antoine Palloc…

Il enregistre le Stabat Mater de Dvořák, le Requiem de Lancino, Elefant Man de Petigirard, Carmen (Royal Opera House de Covent Garden), Dimitri de Joncquières et Herculanum de Félicien David, avec le Palazetto Bru Zane, L’Heure espagnole, L’Enfant et les Sortilèges et Les Troyens

Récents et futurs engagement : Narbal (Les Troyens) en concert avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, Méphistophélès (La Damnation de Faust) au Festival de  Colmar, Rodolfo (Sonnambula) à Lausanne, ses débuts très remarqués dans les Quatre Diables (Les Contes d'Hoffmann) à Monaco et Don Iñigo Gomez (L’Heure espagnole) à l'Opéra de Paris, le Vieillard Hébreu (Samson et Dalila) et de nouveau les Quatre Diables à Lausanne ainsi que ses débuts dans le rôle de Bertram (Robert Le Diable) à La Monnaie de Bruxelles, Méphistophélès (Faust) à Nice, Hamlet à l’Opéra Royal de Wallonie et deux productions au Festival de Pesaro…

Nicolas Courjal a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Don Carlo (Philippe II) en 2017, Hérodiade (Phanuel) en 2018 et Simon Boccanegra (Jacopo Fiesco) cette saison.


 

Étienne DUPUIS, baryton Germont

Né à Montréal, Étienne Dupuy complète ses études de chant à l’Université McGill et a été membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal.

Il fait ses débuts au Deutsche Oper de Berlin dans le rôle de Zurga (Les Pêcheurs de perles), Posa (Don Carlo), Figaro (Il Barbiere di Siviglia), Marcello (La Bohème), Silvio (I Pagliacci), le rôle-titre d’Eugène Onéguine. Il chante régulièrement à l’Opernhaus de Zurich, au Bayerische Staatsoper, au Royal Opera House, à l’Opéra de Montréal, l’Opéra de Paris et au Festival de Glyndebourne.

Sa discographie comprend un album solo Love Blows as the Wind Blows (paru chez ATMA Classique), L’ Aiglon de Honneger et Ibert avec l’Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Kent Nagano chez Decca, le duo de Thaïs avec Sonya Yoncheva sur son album Paris mon amour chez Sony, Usher House de Gordon Getty avec pour narrateur l’acteur Bernedict Cumberbatch, Thérèse avec le Chœur de l’Opéra et l’Orchestre national de Montpellier dirigé par Alain Altinoglu chez Presto Classical.

Récents et futurs engagements : ses débuts au Metropolitan Opera dans le rôle de Marcello, son retour à l’Opéra national de Paris dans l’Elisir d’amore (Belcore) et pour le rôle-titre de Don Giovanni, au Deutsche Oper de Berlin dans Eugène Onéguine, une tournée australienne (récital) avec Nicole Car, ses débuts avec l’Orchestre symphonique de la BBC dirigé par Edward Gardner dans L’Enfance du Christ…

Étienne Dupuis a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Manon (Lescaut) en 2015 et La Traviata (Germont) cette saison.


 

Philippe ERMELIER, baryton Wagner

Après une formation tout à la fois éclectique et complète - des cours de Jean-Laurent Cochet à… l’École Boulle ! - Philippe Ermelier travaille sa voix avec Jean-Marie Siougos et Suzy Sach, ce qui le mène au CNIPAL, où il rencontre Rita Streich puis à l’École de Chant de l'Opéra de Paris dans la classe de Michel Sénéchal.

Son vaste répertoire s'étend du baroque (Enée / Didon et Enée de Purcell, Phinée / Jephté de Montéclair...) au grand répertoire d'opéra, qu'il s'agisse du vérisme (le Sacristain / Tosca, Mathieu / André Chénier) ou du répertoire français (Laërte / Mignon, l'Officier espagnol / Cyrano de Bergerac d'Alfano, le Geôlier / Les Dialogues de Carmélites, Johann / Werther...). Rossini est aussi très présent avec des rôles comme Haly / L'Italienne à Alger, Il Barbiere di Siviglia, Tobia Mill / La Cambiale di matrimonio...

Son grand talent de comédien, son imagination et sa liberté en scène le poussent très vite à aborder le répertoire de l'opérette et de la comédie musicale.

Sa mise en scène de Phi-Phi lui vaut une invitation au Théâtre du Tambour Royal à Paris où il est ensuite très régulièrement invité...

Les rôles de son répertoire vont d'Offenbach (Jupiter, le Général Boum, Agamemnon) à Varney (Brissac), Lehár (Popoff, Gustav...), Weill (Tiger Brown de L'Opéra de quat'sous) et jusqu'aux désormais «classiques» que sont Cats (Mathusalem), Les Misérables (Javert), sans oublier les œuvres de son ami Jacques Duparc, Charrette et Clémenceau.

Récemment, il a interprété La Fille de Madame Angot à l'Opéra royal de Wallonie ; La Navarraise de Massenet, L'Homme de la Mancha, Guillaume Tell, Manon et Les Contes d’Hoffmann à Monte-Carlo ; Faust, Jenůfa, Il Barbiere di Siviglia, My Fair Lady, Le Dernier jour d'un condamné, Mireille, La Belle Hélène, Carmen et Faust à Avignon ; Les Dialogues des Carmélites à Toulon ; Béatrice et Bénédict au Festival Berlioz - La Côte Saint-André avec Les Siècles dirigé par François-Xavier Roth ; La Vie Parisienne et le Comte Capulet / Roméo et Juliette à l'Opéra de Nice ; Geneviève de Brabant à Montpellier et Nancy ; La Bohème à Reims, La Périchole aux Folies Lyriques à Montpellier et au Festival de Saint-Céré, La Belle Hélène et Princesse Czardas à l’Odéon de Marseille, L’Homme de la Mancha à Tours, Les Mousquetaires au Couvent à Lille, Faust à Massy...

Récents et futurs engagements : My Fair Lady au Festival d’Opérette de Nice, La Belle Hélène au Casino Barrière de Toulouse, La Fille de Mme Angot à l’Odéon de Marseille ; Faust à l’Opéra de Nice, La Périchole à l’Opéra d’Avignon, La Damnation de Faust à l’Opéra de Saint-Étienne...

Philippe Ermelier a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Le Dernier Jour d’un Condamné (le Geôlier) et My Fair Lady (Alfred Doolittle) en 2017-2018 et sera de retour dans Le Nozze di Figaro (Antonio) cette saison.


 

Kévin AMIEL, ténor Siebel

Né à Toulouse, Kévin Amiel a été lauréat des Concours de Chant de Béziers, Marmande, Auxerre, de l’Opéra de Marseille et Voix Nouvelles 2018, révélation classique de l'ADAMI en 2011, et a reçu le Prix de l'AROP en 2013, c’est l'un des ténors les plus talentueux de la jeune génération.

Sa jeune carrière l'a déjà mené à incarner le rôle-titre des Contes d'Hofmann dans une version adaptée de l’œuvre pour l'Opéra de Dijon, le rôle de Rodolphe dans une adaptation française de La Bohème de Puccini par Marc-Olivier Dupin à l'Opéra Comique, Flavio (Norma) à l'Opéra de Rouen, l'Opéra de Mascate (Sultanat d'Oman) et l’Opéra de Saint-Étienne, Malcolm (Macbeth) à l'Opéra Grand Avignon, le Jeune Homme (The Saint of Bleecker Street) et du Fossoyeur (Hamlet) à l'Opéra de Marseille ; les rôles du Reporter (L'Hirondelle inattendue de Simon Laks), la Téière, le Petit Vieillard, la Rainette et l’Arithmétique (L'Enfant et les Sortilèges), Vanderprout le Bourguemestre (Geneviève de Brabant), Gherardo (Gianni Schicchi) et Il Commendatore (La Nuit d'un neurasthénique) à l'Opéra national de Montpellier ; Gastone (La Traviata) à l'Opéra de Toulon, ou encore Pâris (La Belle Hélène) et Griolet (La Fille du tambour-major) au Théâtre de l'Odéon de Marseille.

Récents et futurs engagements : une tournée dans une grande partie des théâtres lyriques français avec les lauréats du prestigieux Concours Voix Nouvelles, ses débuts dans le rôle d’Alfredo (La Traviata) au Théâtre du Capitole de Toulouse, Sir Hervey (Anna Bolena) à l’Opéra national de Bordeaux, le Gouverneur / le Juge / le Grand Inquisiteur (Candide de Bernstein) au Théâtre des Champs-Élysées, Marcellus et le 2ème Fossoyeur (Hamlet de Tomas) à l’Opéra Comique, Malcolm (Macbeth) aux Opéras de Limoges et de Reims, Fritz (La Grande Duchesse de Gérolstein) au Théâtre de l’Odéon de Marseille…

Kévin Amiel a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Candide (le Gouverneur / le Juge / le Grand Inquisiteur) cette saison.