Vous êtes ici

RIGOLETTO - Biographies

.

 

Roberto RIZZI-BRIGNOLI, direction musicale

Considéré comme un des plus grands chefs actuels, en particulier pour le répertoire italien, Roberto Rizzi-Brignoli a débuté sa carrière comme assistant de Riccardo Muti lors de nombreuses productions lyriques et symphoniques, avant de lui-même diriger Lucrezia Borgia de Donizetti au Teatro alla Scala de Milan, lors de la saison 1997-1998, production qui lancera sa carrière au niveau international.

Il a depuis lors été invité à diriger dans les plus grandes maisons de part le monde : Metropolitan Opera de New York, Teatro alla Scala de Milan, Opéra de Rome, Fenice de Venise, Festival Puccini de Torre del Lago, Teatro Carlo Felice de Gênes, Rossini Opera Festival de Pesaro, Sferisterio Opera Festival de Macerata, Deutsche Oper Berlin, Opéra de Francfort, Semperoper de Dresde, Staatsoper de Stuttgart, Teatro Real de Madrid, Teatro Municipal de Santiago du Chili, Théâtre Bolchoï de Moscou, Théâtre du Capitole de Toulouse, Chorégies d’Orange, Opéra de Lille, Opéra de Marseille, La Monnaie à Bruxelles, Grand Théâtre de Genève, Festival d’Avenches, Opéra de Lausanne, Concertgebouw d’Amsterdam, Nikikai Tokyo Opera, Florida Grand Oper…

Il a également dirigé un grand nombre d’opéras et d’oeuvres symphoniques à la tête de l’Orchestre des Arènes de Vérone, l’Orchestre symphonique du Teatro dell’Opera de Rome, Orchestre du Teatro Carlo Felice de Gênes, Orchestre des Pomeriggi Musicali à Milan, Cameristi de la Scala, Orchestre Toscanini de Parme, Orchestre de la Deutsche Oper de Berlin, Orchestre philharmonique de Tokyo, Orchestre de la Radio d’Amsterdam, Orchestre national de France, Orchestre national de Bordeaux, Orchestre de l’Opéra de Lyon…

Parmi ses récents et futurs engagements : Nabucco au Deutsche Oper Berlin, à l’Opéra de Lille et à l’Opéra de Dijon ; Il Turco in Italia et La Traviata au Staatsoper Hambourg, Anna Bolena à l’Opéra de Lausanne et Il Trovatore au Nationaltheater Mannheim…

Il enregistre pour Sony Classics et Warner Classics.

Roberto Rizzi-Brignoli a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour diriger Turandot cette saison.

 

 

Charles ROUBAUD, mise en scène

Après des études d’arts graphiques et destiné à une carrière dans la publicité, Charles Roubaud préfère se tourner vers les métiers du spectacle qui le conduiront, en 1986, à réaliser sa première mise en scène avec Don Quichotte de Massenet à l’Opéra de Marseille. Le succès de cette production, présentée dans la plupart des théâtres français ainsi qu’à l’Opéra Royal de Wallonie et à l’Opéra de San Francisco, l’incite à s’investir pleinement dans l’art lyrique. Depuis lors, il met en scène une centaine de spectacles à Marseille, Toulouse, Bordeaux, Avignon, Toulon, Nantes, aux Chorégies d’Orange, Parme, Venise, Vérone, San Francisco, Washington, Saint-Pétersbourg, Londres, Séville, Monte-Carlo…

Sa production de Die Frau ohne Schatten a obtenu le prix de la critique musicale et dramatique (Marseille, 1993) et celle de Turandot, le Golden Sophit (meilleur spectacle de l’année, Saint-Pétersbourg, 2002).

Il signe les mises en scène de La Cenerentola au Festival de Spoleto USA, à Avignon, Il Trovatore à Lausanne, Bordeaux, Massy, Avignon, Toronto, Aïda au Stade de France, aux Chorégies d’Orange, au Festival de Massada, Le Cid à Marseille et à l’Opéra National de Paris, Turandot, Der Fliegende Holländer et Il Trovatore aux Chorégies d’Orange, Cléopâtre et Elektra à l’Opéra de Marseille, Don Carlo à l’Opéra de Bordeaux.

Récents et futurs engagements : Turandot et La Traviata à Saint-Pétersbourg, Aïda à Massy, Rigoletto aux Chorégies d’Orange…

Charles Roubaud a déjà été invité à l’Opéra de Marseille plus récemment pour Turandot cette saison.

 

 

Emmanuel FAVRE, décors

Après des études de scénographie, Emmanuelle Favre obtient, en 1995, un diplôme à l’École Supérieure des Arts et Techniques de Paris. Elle signe son premier décor au côté de Charles Roubaud avec Bérénice à l’Opéra de Marseille. Leur collaboration se poursuit avec les productions

d’Elektra, La Veuve Joyeuse, Samson et Dalila au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg ; Aïda et Der fliegende Holländer aux Chorégies d’Orange ; Nabucco ainsi qu’une nouvelle production d’Aïda au Stade de France ; La Cenerentola au Festival Spoleto ; Aïda au Festival de Massada.

Elle collabore également avec Nadine Duffaut et crée les décors de Tosca, La Vie Parisienne, Le Nègre des Lumières, La Traviata, Les Pêcheurs de perles, Manon, ainsi que Carmen à l’Opéra de Shanghai et aux Chorégies d’Orange ; Le Dernier jour d’un condamné à l’Opéra Grand Avignon ; Tosca, La Bohème et Otello aux Chorégies d’Orange ; La Bohème à Séoul et à Beiteddine ; Il Barbiere di Siviglia au Festival d’Avenches ; Tosca en Israël ; Don Carlo à Bordeaux ; Otello à Massy… Elle travaille également avec Nicolas Joel pour les scénographies du Chapeau de paille d’Italie, Die Zauberflote au Capitole de Toulouse ; La Bohème au Festival de Macerata ; Aïda, Roméo et Juliette, Otello et Faust aux Chorégies d’Orange. À la Scala de Milan, elle signe les décors de Pelléas et Mélisande mis en scène par Pierre Médecin. Elle collabore avec Éric Vigié sur Les Mousquetaires au couvent, Marco Carneti sur Le Directeur de théâtre et La Canterina au Teatro Arriaga de Bilbao, Arnaud Bernard sur Falstaff et Le Triptyque au CNT de Zagreb.

Récents et futurs engagements : Roméo et Juliette et Le Château de Barbe-Bleue à Metz ; Douce et Barbe-Bleue à l’Odéon de Marseille ; La Vie Parisienne, Senza sangue, Le Château de Barbe-Bleue, Kátyá Kabanová, Faust et Vanda à Avignon ; Otello à Savonlinna, Madama Butterfly et Rigoletto aux Chorégies d’Orange ; La Traviata en Roumanie et en Hongrie ; Aïda et Faust à Massy ; Roméo et Juliette à Toulon ; Don Giovanni à Lausanne ; Il Barbiere di Siviglia au Théâtre Mariinsky, Don Giovanni à Vichy, Norma en Hongrie, Là-Haut à l’Odéon de Marseille, Faust à Reims, Metz et Nice ; Carmen à Shaanxi, Werther à Tokyo…

Emmanuelle Favre a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour Faust cette saison.

 

 

Katia DUFLOT, costumes

Katia Duflot entretient depuis 1986 des liens étroits avec l’Opéra de Marseille, Jacques Karpo lui confie, en 1988, les costumes de Macbeth. Cette parisienne, très attachée à Marseille signe sa première création pour l’opéra de sa ville d’adoption, elle imaginera les costumes d’oeuvres aussi diverses que Les Troyens, Les Dialogues des Carmélites, Pelléas et Mélisande, Don Juan de Mañara, I Puritani, Katya Kabanová, Die Frau ohne Schatten, L’incoronazione di Poppea, Salome, I Capuleti e i Montecchi, Der Ring des Nibelungen, Ernani, La Vida breve, Bérénice, Ariadne auf Naxos, Elektra, une nouvelle production d’Il Trovatore, Sampiero Corso (drame lyrique en langue corse), Lucia di Lammermoor, Die Entführung aus dem Sérail et Die Walküre, Il Pirata et Manon Lescaut.

Elle a également réalisé les costumes de nombreuses productions aux Arènes de Vérone, au Grimaldi Forum de Monte-Carlo, au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg (Turandot, La Traviata, Samson et Dalila, Ariadne auf Naxos) ; Lakmé et Ariadne auf Naxos au Festival de Spoleto, Nabucco au Teatro Regio de Parme et à La Fenice de Venise, La Veuve Joyeuse à Marseille et Bordeaux, ainsi que la nouvelle création du Nègre des Lumières à l’Opéra Grand Avignon, Rigoletto à l’Opéra de Lausanne, Nabucco au St.Jakob-Park Stadium de Bâle, à la Color Line Arena de Hambourg et au Stade de France. Pour les Chorégies d’Orange, elle conçoit les costumes de plusieurs productions : Aïda, Turandot, Norma, Don Carlo, Nabucco, Il Trovatore, Carmen, Tosca.

Suivront Carmen à Ljubljana et La Cenerentola au Festival de Charleston-Spoleto, une nouvelle production de Manon à Nice, I Capuleti e i Montecchi à l’Opéra Grand Avignon, Le Cid à l’Opéra de Paris, Hamlet à l’Opéra Grand Avignon, Tosca à Tel Aviv, Don Carlo à Bordeaux, Otello à Marseille, Massy et Savonlinna, La Traviata et Turandot à Saint-Petersbourg, Rigoletto à Vérone.

Ces dernières saisons, elle signe les costumes de nombreuses productions à l’Opéra de Marseille, The Saint of Bleecker Street, Manon Lescaut, Le Cid, La Chartreuse de Parme, Elektra, Lucia di Lammermoor, Colomba, La Traviata, Der Fliegende Holländer, Manon, Madama Butterfly, Hamlet.

Récent et futurs engagements : Lucia di Lammermoor à l’Opéra Grand Avignon et à Tours, Otello à Savonlinna, Aïda à Massy, Hamlet à Lausanne…

Katia Duflot a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille plus récemment pour Turandot cette saison.

 

 

Marc DELAMÉZIÈRE, lumières

Éclairagiste indépendant, Marc Delamézière travaille en Allemagne, au Canada, en Chine, en France, en Grèce, en Italie, en Russie, en Suisse… Au théâtre, il accompagne des metteurs en scène comme Jean-Marie Patte au Festival d’Avignon, Théâtre de la Colline, Théâtre Hebbel de Berlin, et Armand Gatti pour notamment ses spectacles de 72 heures à Marseille, Sarcelles et Strasbourg. Il éclaire également Carnet vénitien au Théâtre Saint-Gervais de Genève, Ecrire I Roma de Marguerite Duras pour l’Odéon Théâtre de l’Europe, Carmen au Grand Théâtre de Shanghai, Gorki, l’exilé de Capri au Théâtre Cosmos de Moscou, des expositions de Roland Barthes et Samuel Beckett au Centre Georges Pompidou.

À l’opéra, il signe les lumières de nombreuses productions : Boris Godounov à l’Opéra National de Lyon, Tosca à Nancy, Les Noces de Figaro à Vichy, Così fan tutte à Avignon, Madama Butterfly à Caen, Pelléas et Mélisande à Rennes, Giovanna d’Arco à Reims, Li zite 'ngalera à Ferrare, Adrienne Lecouvreur à Lausanne, Rodelinda au Festival de Halle, Don Pasquale, La Veuve Joyeuse, Il Barbiere di Siviglia à Tours, Norma en Avignon, Manon à Nice, La Clémence de Titus à Rouen, Le Trouvère à l’Opéra de Tartu-Estonie, Carmen pour les Chorégies d’Orange.

Deux de ses productions ont reçu le prix Claude Rostand décerné par le Syndicat de la critique : Le Pays en 2008 et Bérénice en 2014.

Récents et futurs engagements : Eugène Onéguine à l’Opéra de Nice et Saint-Étienne, Otello au Festival de Savonlinna, Urfaust au Théâtre d’Angoulême et au Théâtre de la Tempête, La Bohème à l’Opéra de Massy, Trouble in Tahiti au Théâtre Athénée Louis-Jouvet…

Marc Delamézière a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour Faust cette saison et sera de retour pour Eugène Onéguine la saison prochaine.

 

 

Jessica NUCCIO, soprano Gilda

Née à Palerme en 1985, Jessica Nuccio est lauréate de nombreux prix internationaux et concours d'opéra, dont le 1er Prix du 1er Concours international de Chant « Simone Alaimo e le sue opere » en 2010, le 1er Prix du Concours international de Chant « Voci del Mediterraneo » à Syracuse et en 2011 le 1er Prix ainsi que le 1er Prix de la critique lors de la 1ère édition du Concours international de Chant « Marcello Giordani ».

En 2011, elle fait ses débuts au Teatro La Fenice à Venise en tant que Violetta dans La Traviata, et remporte un grand succès auprès du public et de la critique. Elle a également chanté dans Le Convenienze Ed Inconvenienze Teatrali au Teatro Bellini de Catane et à Zurich, La Bohème (Mimi) à Lucques, Pise, Ravenne, L’Enfant Prodigue de Debussy au Teatro Lirico à Cagliari.

Elle a récemment chanté Adina (L'Elisir d'amore) à Messine, Palerme, Modène, Parme, Turin ; Violetta (La Traviata) au Teatro La Fenice à Venise, Palau de les Arts à Valence, à Trieste, Naples, Vérone, Florence, Munich ; Musetta (La Bohème) au Teatro Carlo Felice à Gênes ainsi que Liu (Turandot) à Valence ; Rigoletto à Macerata, Séoul, Parme, Vérone, Liège ; Il Corsaro à Parme, Carmen à Naples, La Cena delle Beffe au Teatro alla Scala de Milan, Otello à Macerata.

Récents et futurs engagements : La Bohème à Florence et à l’Opéra Royal de Wallonie, Lucia di Lammermoor à Munich, Rigoletto à Naples, La Sonnambula à Rome, La Bohème (Musetta) à Bilbao, Palerme et Venise, La Traviata (Violetta) à l’Opéra d’Australie…

Jessica Nuccio est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Annunziata VESTRI, mezzo Maddalena

Diplômée très jeune de chant puis de musique de chambre vocale, la mezzosoprano italienne Annunziata Vestri se perfectionne auprès d’artistes tels que Renata Scotto, Regina Resnik ou encore Mirella Freni. Victorieuse de nombreux concours internationaux prestigieux comme le Battistini, Fedora Barbieri, Zandonai, Maria Caniglia, entre autres, et finaliste de Operalia et Viñas, elle fera ses débuts en 2003 au Théâtre Flavio Vespasiano de Rieti dans le rôle de Suzuky (Madame Butterfly), et la Grande Prêtresse (Aida) au Théâtre Regio de Parme.

Dès l’année suivante, elle interprète la Maddalena (Rigoletto), Lola (Cavalleria Rusticana) et Ulrica (Ballo in Maschera), de nouveau à Rieti. Puis, consécutivement, Suzuky, la 3ème Dame (La flûte enchantée) et Mercedes (Carmen) au Colisée de Porto, au Théâtre Massimo de Palerme et au San Carlo de Naples sous la direction de Zubin Mehta, et Fenena (Nabucco) mis en scène par Ivan Stefanutti, Miss Quickly (Falstaff) à Trévise dirigé par Corrado Rovaris, et à Naples dirigé par Pinchas Steinberg, Maddalena et Il Musico à l’Opéra de Rome sous la direction de Donato Renzetti, Zita (Gianni Schicchi) et Zia Principessa (Soeur Angélique) dirigé par Gianluigi Gelmetti à Sienne, Neris (Medea) au Théâtre Regio de Turin et mis en scène par Ugo De Ana, Carmen (Carmen) à Pise, Lucques et Livourne dirigé par Carlo Goldstein, Suzuky à Macerata sous la direction de Daniele Callegari et mis en scène par Pierluigi Pizzi, puis au Théâtre Petruzzelli de Bari, à Côme, Bergame, Sassari, Florence, Festival Puccini de Torre del Lago et au Kiel Opera House en Allemagne, Isaura (Tancredi) à Turin, Preziosilla (La force du destin) au Regio de Parme, Maddalena à Naples, Berta (Le Barbier de Séville) à la salle Garnier de Monte-Carlo et Meg Page (Falstaff) mis en scène par Jean-Louis Grinda et dirigé par Maurizio Benini, la Vecchia Madelon (Andrea Chenier) sous la direction de Nello Santi à Naples, Rosa Mamai (L’Arlésienne) et Margherita (Guglielmo Ratcliff) au Wexford Opera Festival en Irlande et au Théâtre Pergolesi de Jesi, Annio (La Clémence de Titus) au Théâtre Verdi à Trieste, Azucena (Le Trouvère) au Festival de Schenkenberg en Suisse, Amnéris (Aida) au St. Margarethen Festival en Autriche et au Théâtre National de Kazan en Russie. En concert, elle se produit dans le Stabat Mater de Rossini à San Remo, le Requiem de Mozart à Sulmone, Gloria de Vivaldi avec l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, le Stabat Mater de Dvorák ou encore l’Amor Brujo de Manuel De Falla au Théâtre Carlo Felice de Gênes.

Récents et futurs engagements : Carmen à Gênes, Suzuky à Taormine, Torre del Lago, Florence et Zagreb, Le Barbier de Séville au Théâtre des Champs-Élysées, au Grand Théâtre de Luxembourg, aux Chorégies d’Orange, Zia Principessa (Suor Angelica) et Frugola (Il Tabarro) au Festival Puccini de Torre del Lago, Fidalma (Il matrimonio segreto) à l'Opéra Royal de Wallonie, le Requiem de Verdi à Tarente, Matera et Gênes. Prochainement, une nouvelle fois dans le rôle titre de Carmen au Théâtre Politeama de Lecce, et dans La Cenerentola du metteur en scène Laurent Pelly au Dutch National Opera d’Amsterdam...

Annunziata Vestri a déjà été invitée à l'Opéra de Marseille, plus récemment dans Il Barbiere di Siviglia (Berta) en 2018.

 

 

Laurence JANOT, soprano La Comtesse Ceprano

Membre du corps de ballet de l’Opéra de Paris, Laurence Janot reste dans cette prestigieuse troupe de 1976 à 1989 sous la direction de Rudolph Noureev. Égérie de Serge Lifar, elle popularisera l’art de ce grand chorégraphe auprès du jeune public notamment à la Sorbonne. Puis sur les précieux conseils de Mikaël Baryschnikov, elle se dirigera vers l’art lyrique sous l’aile bienveillante de Gabriel Dussurget qui la fera débuter dans Lucia di Lammermoor aux côtés de Roberto Alagna, Les Puritains à l’Opéra de Marseille, Sophie de Werther aux côtés d’Alfredo Krau,… interprétera Gilda au Canadien Opéra, L’Elisir d’amore, Barbe-Bleue, Ariane de Martinů l’Opéra de Strasbourg, La Veuve joyeuse, Les 3 Valses, Hello Dolly, Princesse Czardas, les trois rôles des Contes d’Hoffmann, La Chauve-Souris en alternance avec Juan Anderson, Micaëla dans Carmen au Stade de France… Avec sa carrière éclectique, elle collaborera de nombreuses années avec le Cirque du Soleil dans différents shows à Moscou, Milan, Rome, Berlin, Mexico…, ainsi que de grands évènements tel que Les Olympiades de Kazan en 2013. Elle couvrira six rôles dans la comédie musicale CATS au Théâtre de Paris, enregistrera avec Universal Music un album Rock/ Opéra avec Jean-Patrick Capdevielle ATYLANTOS

Récents et futurs engagements : La Belle Hélène à Toulouse, La Fille de Madame Angot (Mademoiselle Lange), Irma la douce (rôle-titre), Le Prince de Madrid (La Princesse d’Albe) et le spectacle musical Opérettes en folie ! à l’Odéon…

Laurence Janot a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Simon Boccanegra (la Servante d’Amélia) et La Traviata (Flora) cette saison et sera de retour dans le concert Fortissimo Saint-Valentin sans Jacques et Nabucco (Anna) la saison prochaine.

 

 

Cécile GALOIS, mezzo Giovanna

Cécile Galois intègre l’École d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris puis est invitée sur les scènes du Palais Garnier et de l’Opéra Comique dans Norma, L’Ange de Feu, Orphée aux Enfers, La Damnation de Faust, Il Trittico, Ariadne auf Naxos… Elle se produit sur les plus grandes scènes françaises telles que le Théâtre du Capitole de Toulouse, les Opéras Nationaux de Bordeaux, de Nancy et de Lille, Angers-Nantes Opéra, l’Opéra-Théâtre Metz Métropole… ainsi qu’en Europe (Belgique, Italie, Espagne…) ; dans des répertoires divers, allant de Mozart à Strauss, en passant par l’opéra français et italien, elle est la Deuxième Dame (Die Zauberflöte), Despina (Così fan tutte), Susanna (Le Nozze di Figaro), Marianne (Der Rosenkavalier), Echo (Ariadne auf Naxos), Barena (Jenůfa), Die Garderobier (Lulu), Flora (La Traviata), Concepción (L’Heure espagnole), la Deuxième Norne (Gotterdammerung)... dans des mises en scène de Jean-Claude Auvray, Pier-Luigi Pizzi, Nicolas Joel, Jean-Louis Martinoty, Peter Busse, Jérôme Savary…, et sous la direction de chefs d’orchestre tels que Pierre Dervaux, Charles Dutoit, Michel Plasson, Myung-Whun Chung, Pinchas Steinberg, Mauricio Arena, Steuart Bedford, Lawrence Foster...

Elle se consacre également à l’opérette avec La Veuve joyeuse, La Belle-Hélène, Les Saltimbanques, La Grande Duchesse de Gérolstein, La Mascotte…

Elle crée, en 2013, le duo ARPEGGIA avec la pianiste Laurence Chiffoleau, leur duo se produit en récital dans la région des Pays de la Loire. Elle se consacre également à l’enseignement à Nantes, où elle réside.

Récents engagements : Le Petit Faust (Marguerite) et Irma la douce (Gigi la loco, la tenancière) à l’Odéon...

Cécile Galois a déjà été invitée à l’Opéra, plus récemment dans Lakmé (Mistress Benson) et My Fair Lady (Mrs Higgins / Mrs Hopkins) en 2017 et sera de retour dans La Reine de Saba (Sarahil), Barbe-Bleue (Reine Clémentine) et Eugène Onéguine (Filipievna) la saison prochaine.

 

 

Caroline GÉA, soprano Le Page

Caroline Géa débute sa formation artistique par la danse classique, le flamenco puis le chant, et participe à La Vie Parisienne, Monsieur Choufleuri, Madame Favart… Son expérience de danseuse de flamenco l’a fait exceller dans le répertoire de Francis Lopez, Andalousie, Le Prince de Madrid,Violettes Impériales…

En opéra, elle est Micaëla et Frasquita (Carmen), Miss Elen et Miss Rose (Lakmé), le Berger (Tosca), Isabelle et la Marquise (L’Aiglon)...

En musique sacrée, elle chante la Messe du Couronnement et le Requiem de Mozart...

Elle crée les rôles-titres de deux opéras contemporains pour enfants, La Belle et La Bête et Le Trésor du Roi Lor.

Récents et futurs engagements : La Mascotte (Fiametta) au Théâtre du Casino Barrière de Toulouse, les galas Que Viva La Fiesta à Toulouse et Féerie Viennoise au Théâtre Alexandre Dumas de Saint-Germain-en-Laye, Carmina Burana aux Théâtres Le Préau de Vire Normandie et de Cherbourg, elle pratique le coaching vocal avec Le FAR et le Collège Lechanteur à Caen, le rôle de Diane dans Orphée aux Enfers à l’Opéra Grand Avignon, La Veuve Joyeuse, concert Amuse-Gueule, Orphée aux enfers, Véronique et le spectacle musical Opérettes en folie ! à l’Odéon, La Route fleurie à Mérignac…

Caroline Géa a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans L’Aiglon (Isabelle, le Manteau vénitien) en 2016.

 

 

Nicola ALAIMO, baryton Rigoletto 

Née à Palerme, Nicola Alaimo y étudie le chant auprès de Vittoria Mazzoni et Simone Alaimo et remporte le Concours Di Stefano à Trapani.

Il fait ses débuts, en 1997, dans La Cenerentola (Dandini) ; Le Comte Ory (Raimbaud) sous la direction d'Alberto Zedda au Rossini Opera Festival ; plusieurs invitations aux Festival d’Opéra de Wexford ; Il Trovatore (Le Comte de Luna) pour la première fois au Festival de Ravenne dans une mise en scène de Cristina Mazzavillani-Muti ; Le Convenienze Ed Inconvenienze Teatrali au Teatro Donizetti de Bergame ; Un Ballo in Maschera à Palerme ; Il Dissoluto assolto (Don Giovanni) ous la direction musicale de Kerry-Lynn Wilson à La Scala ; Falstaff (rôle-titre) à Ravenne et en tournée en Italie ; Don Pasquale (rôle-titre) à Palerme ; L'Italiana In Algeri (Taddeo) à l'Opéra de Toulon et à Pise ; La Forza del destino (Fra Melitone) sous la direction de Zubin Mehta au Mai musical florentin.

Il collabore régulièrement avec Riccardo Muti notamment dans Il Matrimonio inaspettato (Tulipano) au Festival de Salzbourg et à Ravenne ; Otello (Iago) à Salzbourg et à Rome ; Moïse et Pharaon (Pharaon) dans une mise en scène de Luca Ronconi à La Scala et à Rome ; Don Pasquale à Vienne, Liège, Cologne, Paris, au Festival de Ravenne, à Malte, Moscou et Saint-Pétersbourg. Il collabore régulièrement avec le Rossini Opéra Festival où il est invité pour la première fois en 2010 dans La Cenerentola puis s’y produit dans les rôles principaux rossiniens. Il se produit à nouveau à Pesaro notamment dans Il Barbiere di Siviglia, Matilde di Shabran, Guillaume Tell (Mariotti/Vick), La Gazzetta, Il Turco in Italia et Torvaldo e Dorliska.

Il est acclamé dans La Traviata (Giorgio Germont) au Festival de Ravenne, à l'Opéra de Rome et au Teatro Regio de Turin ; Falstaff (rôle-titre) à Montpellier, Plaisance, au Metropolitan Opera, Bamberg ; Moïse et Pharaon au Festival de Salzbourg, Caterina Cornano (Lusignano) à Amsterdam ; Il Barbiere di Siviglia (Bartolo) à Ravenne, Liège et Padoue ; ses débuts aux Etats-Unis dans Simon Boccanegra (Paolo) avec the Boston Symphonic Orchestra dirigé par James Levine ; L’Elisir d’amore au Metropolitan Opera ; Lucia di Lammermoor (Lord Enrico Ashton) à Palerme ; I Masnadieri (Francesco) à Montpellier ; La Forza del destino (Fra Melitone) et La Cenerentola à l'Opéra Bastille.

Il fait ses débuts au Staatsoper de Vienne dans L'Elisir d'amore (Belcore), dans les rôles de Dulcamara à Messine et Sancho (Don Quichotte) à Cagliari…

Récents et futurs engagements : Il Barbiere di Siviglia à Paris, La Cena delle Beffe à La Scala, Lieder eines Fahrenden Gesellen de Mahler à Bologne, Simon Boccanegra à Anvers et Paris ; La Cenerentola, Il Trovatore et I Masnadieri à Monte-Carlo ; La Traviata sous la direction musicale d’ Yves Abel à Covent Garden, Don Quichotte (Sancho Panza) à Chicago, L’Italiana in Algeri (Taddeo), La Forza del destino au Metropolitan Opera, Guillaume Tell au Bayerische Staatsoper; Adriana Lecouvreur à Palerme, Il Turco in Italia et La Bohème à Bologne, Falstaff à Budapest et Monte-Carlo ; Il Pirata (Ernesto) et La Cenerentola (Dandini) à La Scala ; Il Barbiere di Siviglia aux Arènes de Vérone, La Traviata à Toulouse, La Traviata à Madrid ; La Cenerentola (Don Magnifico) à Amsterdam et Madrid ; Guillaume Tell aux Chorégies d’Orange et à Lyon ; L'Elisir d'amore et une nouvelle production de Così fan tutte (Don Alfonso) au Staatsoper de Vienne ; Attila et L'Elisir d'amore à Chicago ; L'Italiana in Algeri à Zurich...

Nicola Alaimo a déjà été invité à l'Opéra de Marseille dans Falstaff (rôle-titre) en 2015.

 

 

Enea SCALA, ténor Le Duc de Mantoue 

Né a Ragusa, il étudie le chant au Conservatoire de Bologne auprès de Wilma Vernocchi et Fernando Cordeiro Opa. Il fait ses débuts en 2006 dans Il Matto (Paolo e Francesca de Mancinelli). Très actif depuis le début de sa carrière dans le domaine du belcanto, il débute avec les rôles de Lindoro (L’Italiana in Algeri), Almaviva (Il Barbiere di Siviglia), Elvino (La Sonnambula), Alberto (L’Occasione fa il ladro) au Rossini Opera Festival de Pesaro et Ernesto (Don Pasquale) avec le Glyndebourne Tour Opera. Après ses débuts dans Fritz (L’Amico Fritz), il développe davantage le côté lyrique de sa voix avec les rôles dArnoldo (Guillaume Tell) à Turin et Toronto et Roudi dans la

version française à Genève, Palerme, au Staatsoper de Munich et au Covent Garden de Londres ; Gerardo (Caterina Cornaro) à Montpellier, Edgardo (Lucia di Lammermor) à Gènes et à l’Opéra royal de Mascate, Arturo (Puritani) à Turin, ainsi que les rôles de Don Ottavio à Sao Paulo et Muscat avec l’Opéra national de Lyon ; Belfiore (La Finta giardiniera) à Lille et au Glyndebourne Tour Opera, Egeo (Medea in Corinto) au Festival de Martina Franca, Fadinard (Il Cappello di paglia di Firenze) à Florence et Leopold (La Juive) à Lyon.

Il a collabore avec les chefs d’orchestre tels que Bisanti, Carignani, Ettinger, Ferro, Gamba, Haim, Lopez-Cobos, Luisi, Mariotti, Mazzola, Montanari, Noseda, C. Rizzi, Rousset, Runnicles, Rustioni, Sacripanti, Viotti, Zedda ; les metteurs en scène tels que Bauduin, Bernard, Ceresa, Clement, Font, Grinda, Lescot, Michieletto, Pelly, Pountney, Py, Sicca, Vick, Villazon, Vizioli, Wagner, Wake-Walker.

Récents et futurs engagements : plusieurs œuvres de Rossini les rôles de Rinaldo (Armida) à Gand et Montpellier, Pirro (Ermione) à Moscou et Pilade (Ermione) à Lyon et Paris, Argirio (Tancredi) à Bruxelles, Osiride (Mosè in Egitto) à Naples, Idreno (Semiramide) à la Fenice, le rôle-titre d’Otello à Francfort et Belfiore (Il Viaggio a Reims) à Zurich. Parallèlement, il poursuit sa carrière avec les héros romantiques de Bellini et Donizetti tels que Henry de Bruges (Le Duc d'Albe) à Gand, Nemorino (L’Elisir d’amore) au Deutsche Oper de Berlin, Ernesto (Don Pasquale) au Théâtre du Bolchoï et aborde le répertoire verdien avec le rôle de Fenton (Falstaff) à Trieste et Monte-Carlo. Il vient juste de débuter le répertoire allemand avec le rôle d’Alfred (Die Fledermaus) dans une nouvelle production de Berlin et à l’automne 2019 il abordera son premier Hoffmann (Les Contes d'Hoffmann) à Bruxelles…

Enea Scala a déjà été invité à l'Opéra de Marseille, plus récemment dans La Donna del Lago (Rodrigo) en 2018 et La Traviata (Alfredo) cette saison.

 

 

ALEXEY TIKHOMIROV, basse Sparafucile

En tant que membre du Centre Lyrique Galina Vishnevskaya, Alexey Tikhomirov interprète entre autres les rôles de Sobakin (La Fiancée du Tsar), Monterone et Sparafucile (Rigoletto), Méphistophélès (Faust), le Prince Gremine (Eugène Onéguine), Le Roi René (Iolantha), Rouslan (Rouslan et Ludmila), Strafokamil (Vampuka, the African Bride), Boris (Boris Godounov – version de Rimsky-Korsakov). Il reprend certains de ces rôles à l’Opéra Helikon dont il est membre, depuis 2005, et y interprète également Le Roi d’Égypte et Ramphis (Aïda), Maluta (La Fiancée du Tsar) au Tchaikovsky Concert Hall avec le Russian Symphonic Orchestra, sous le direction de Vladimir Fedosseïev ; Dosifey (Khovanchtchina), Farlaf et Sviatozar (Rouslan et Ludmila), le rôle-titre de Don Pasquale, Leporello (Don Giovanni), Sarastro (Die Zauberflöte), Philipe II (Don Carlo), Prince Galitsky et Prince Konchak (Prince Igor), Le Roi de Trèfle (L’Amour des trois oranges)…

Il est Sparafucile (Rigoletto dirigé par Massimiliano Caldi) à Busetto, Don Basilio (Il Barbiere di Siviglia) à Moscou et Chypre ; Boris Godounov (version de Chostakovitch) à Tel Aviv, Miskolc, Sofia, Reggio Emilia et Massy ; Dr Kolenaty, un Avocat (L’Affaire Makropoulos) à Moscou ; Melnik (Rusalka) à Kazan, sa ville natale ; Agamemnon (Iphigénie en Aulide dirigé par Riccardo Muti) à Rome, Moïse et Osiride (Moïse et Pharaon dirigé par Riccardo Muti) au Festival de Salzbourg ; le Commandeur (Don Giovanni) à Amsterdam, Santiago du Chili et Toulouse ; Orlik (Mazeppa), Zaretsky (Eugène Onégine), Sourine (La Reine de Pique), Le Vieux Gitan (Aleko dirigé par Mikhaïl Pletnev) et Wurm (Luisa Miller) à Lyon…

Il se produit en concert dans Le Stabat Mater de Rossini avec le Wiener Philharmoniker, au Musikverein de Vienne et à Graz, La Petite Messe solenelle de Cherubini avec le Wiener Philharmoniker, Die Sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze au Festival d'Osterklang, Das Weihnachtsoratorium au Tchaikovsky Concert Hall, Vesperae solennes de confessore à la Bayerischer Rundfunk...

Récents et futurs engagements : I Masnadieri (Massimiliano) et Boris Godounov (Pimène) à l'Opéra de Monte-Carlo, Il Barbiere di Sivilgia (Don Basilio) et Don Giovanni (le Commandeur) aux Chorégies d'Orange, Boris Godounov (rôle-titre et Varlaam) à Moscou ; Das Rheingold (Fasolt), Die Walküre (Hunding), Turandot (Timur) et Guerre et paix ( le Prince Bolkonsky) au Grand Théâtre de Genève ; ses débuts au New National Theatre Tokyo dans Eugène Oneguine (le Prince Gremine), Halka (Stolnik) au Theater an der Wien, Khovanshchina (Dosifey) à l’Opéra de Berlin...

Alexey Tikhomirov a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Boris Godounov (rôle-titre) en 2017.

 

 

Julien VÉRONÈSE, basse Le Comte Monterone

Julien Véronèse est pensionnaire du CNIPAL pour la saison 2007-2008 et obtient le 1er Prix catégorie « opéra » au Concours de Chant de Béziers, le 2ème Prix Mélodie et le 2ème Prix Opéra au Concours international de Chant de Marmande 2008. Il entame ensuite une belle carrière qui le mène sur les principales scènes françaises.

Récemment, il incarne Le Baron dans Chérubin de Massenet à l’Opéra de Montpellier puis le Fauteuil / l’Arbre dans L’Enfant et les sortilèges de Ravel et l’Ours dans L’Hirondelle inattendue de Simon Laks en décembre 2015 dans le même théâtre.

On l’a pu entendre ensuite au Festival Reims Scène d’Europe dans la création mondiale de l’opéra Amok de François Cattin et Orianne Moretti en février 2016. Il chante par ailleurs le Sénéchal dans La Jacquerie de Lalo en version concert à l’Auditorium de Radio France et reprend le rôle de Gregorio dans Roméo et Juliette de Gounod avec l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo à Oman.

Il chante notamment Simone (Gianni Schicchi) à l’Opéra de Montpellier, Monterone (Rigoletto) à l’Opéra de Tours, Bartolo (Le Nozze di Figaro) à l’Opéra de Liège.

Récents et futurs engagements : Samson et Dalila (Abimélech) à Monte-Carlo, la reprise de Fantasio d’Offenbach (le Roi de Bavière) à l’Opéra national de Montpellier ; Lucrezia Borgia (Gubetta), Norma (Oroveso), Parsifal (Titurel) et L’Elisir d’amore (Dulcamara) au Capitole de Toulouse, Guillaume Tell (Leuthold) aux Chorégies d’Orange...

Julien Véronèse a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Boris Godounov (Nikitich) en 2017 et Lohengrin (un Noble du Brabant) en 2018.

 

 

ANAS SÉGUIN, baryton Marullo

Anas Séguin obtient son DEM de Chant lyrique mention « Très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury » puis est admis 1er nommé au CNSMDP. Il est lauréat de nombreux concours nationaux ou internationaux (1er Prix au Concours de l’UPMCF dans la catégorie « excellence », Prix « Jeune Espoir » du C.F.P.L, Prix de l’Association Edward Marshall, 1er Prix dans la catégorie « Mélodie » au Concours international de Chant lyrique de Marmande et Révélation Artiste Lyrique de l’ADAMI en 2014). Il chante avec l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Nancy sous la direction de Michael Balke.

En concert, il se produit dans les Requiem de Mozart, Brahms et Faure, la Messa di Gloria de Donizetti. Féru de Lieder et de mélodies, il chante l’intégrale du cycle Die Schöne Müllerin de Schubert au Petit Palais à Paris. Il est également invité dans différents Festivals (Arles, Montperreux) notamment au Festival Européen Jeunes Talents 2014 avec Dame Felicity Lott, il incarne Papageno (Die Zauberflöte) au Festival Lyrique de Marmande et au Théâtre du Pin Galant, Aleko de Rachmaninov à l’Opéra de Clermont- Ferrand.

Il est invité par Raymond Duffaut à l’Opéra Grand Avignon pour le concert Tremplin Jeunes Chanteurs.

Récents et futurs engagements : la Résidence Mélodie et Création pour l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, Orlando Paladino (Rodomonte) aux Opéras de Fribourg et Lausanne, Véronique (Florestan) et Un Barbier (Figaro) à l’Odéon de Marseille, Le Nozze di Figaro (Il Conte Almaviva) à Clermont-Ferrand et au Festival Lyrique de Saint-Céré, Faust (Wagner) au Nuits Lyriques en Marmandais, Il Barbiere di Siviglia (Figaro) à l’Opéra de Rouen et à Bordeaux ; Un Barbier, La Traviata et Roberto Devereux au Théâtre des Champs-Élysées, Carmen (Moralès) à Toulouse, La Belle de Cadix à Mérignac, Kassya (un Sergent recruteur) au Festival Radio France et Montpellier, Les Noces de Figaro à Massy, Un Barbier à Reims, Der Freischütz à Caen, Vienne, au Ludwigburger Schlossfestpiele et au Théâtre des Champs-Élysées, La Périchole à Versailles, Saint François d’Assise à Genève...

Anas Séguin a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Don Carlo (Un Député Flamand) en 2017, le concert des lauréats du Concours Voix Nouvelles en 2018.

 

 

Christophe BERRY, ténor Matteo Borsa

Après des études en architecture intérieure à l’École Boulle, Christophe Berry étudie le piano et le chant puis se perfectionne avec Jean-Marie Siougos de l’Opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur scène avec le rôle de Gontran (Les Mousquetaires au Couvent), et de Camille de Rosillon (Die Lustige Witwe).

Depuis, il est régulièrement invité sur les grandes scènes françaises, dont l’Opéra national de Bordeaux (productions d’Anna Bolena, Tristan und Isolde, Turandot, Siebel dans Faust), l’Opéra national de Lorraine (productions de L’Étoile, Wozzeck, A Midsummer Night’s Dream, Arturo dans Lucia di Lammermoor, Gardefeu dans La Vie Parisienne, Brighella dans Ariadne auf Naxos), l’Opéra national de Paris (Rigoletto), le Festival des Chorégies d’Orange (Rigoletto et La Traviata) et à l’Opéra de Tours où il chante entre autres les rôles d’il Duca di Mantova (Rigoletto), Nicias (Thaïs) et le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites).

Parmi les autres rôles qu’il a interprétés, citons Tybalt dans Roméo et Juliette (Opéras de Tours, Lausanne, Monte-Carlo, Mascate à Oman), Camille de Coutançon (Opéras de Tours, Marseille et Lausanne), Gérald dans Lakmé (au Caire, aux Opéras de Saint-Étienne, Lausanne et Santiago du Chili), Cassio dans Otello (Opéra de Massy) et le rôle-titre de Fortunio (à l’Opéra de Limoges et de Rennes).

Récents et futurs engagement : I Masnadieri (Rolla) à l’Opéra de Monte-Carlo, La Veuve joyeuse (Camille de Contançon) et Les Cloches de Cornevilles (Grenicheux) à l’Odéon de Marseille, la création mondiale de Davel (Crousaz) de Christian Favre à l’Opéra de Lausanne, une version de concert de La Damnation de Faust (Faust) à l’Opéra de Saint-Étienne...

Christophe Berry a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Hérodiade (La Voix du Temple) et Ernani (Don Riccardo) en 2018, Simon Boccanegra (une Capitaine) cette saison et sera de retour dans Die Zauberflöte (2ème Prêtre / 1er Homme armé) et I Puritani (Sir Benno Robertson) la saison prochaine.

 

 

Jean-Marie DELPAS, baryton Le Comte Ceprano

Après des études de chant à Nimes, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon,

il se perfectionne auprès d’Andrea Guiot, Viorica Cortez et Alain Fondary. Il s’est particulièrement fait remarquer dans des productions mises en scène par Margherita Wallmann, Jacques Karpo, Antoine Selva, Bernard Broca, Jean-Louis Grinda, Nadine Duffaut, Robert Fortune, Paul-Émile Fourny, Charles Roubaud, Frédéric Belier-Garcia, Jean-Claude Auvray, et sous la direction musicale de Paul Ethuin, Alain Guingal, Thomas Fulton, Anton Guadagno, Gianfranco Rivoli, Myung-Whun Chung, Lawrence Foster.

Il s’est distingue sur les scènes du Deutsche Oper am Rhein de Dusseldorf et du Deutsche Oper de

Berlin dans le rôle de Bretigny (Manon de Massenet). Le public a pu aussi l’applaudir au Festival Alfredo Kraus de Las Palmas dans le rôle de Frédéric (Lakmé de Delibes) ainsi que dans celui du Baron Douphol (La Traviata de Verdi) aux côtés de Rolando Villazon.

Il s’est produit sur les scènes des Opéras de Marseille, Toulon, Aix-en-Provence, Avignon, Nîmes, Limoges, Dijon, Rennes, Reims, Lille, Bastia, Metz, Vichy, Massy, Maastricht, au Festival international de Baalbeck et aux Chorégies d’Orange…

Parmi ses récents et futurs engagements : Macbeth, Les Mousquetaires au couvent, La Traviata a Avignon, Hérodiade (Vitellius) à Saint-Étienne…

Jean-Marie Delpas a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Traviata (Baron Douphol) cette saison et sera de retour Eugène Onéguine (Zaretski) la saison prochaine.

 

 

Arnaud DELMOTTE, baryton L'Officier

Arnaud Delmotte étudie au Conservatoire National de Région de Marseille dans la classe de chant de Claude Méloni et celle d’art lyrique de Jean-Marie Sévolker où il obtient un 1er Prix de chant et un 1er Prix d'art lyrique à l'unanimité ainsi que le prix du Lions Club et un diplôme d'or au concours trophées d'or enfants du monde.

Il a été accueilli sur les scènes de l'Opéra de Marseille, l’Opéra de Toulon, l’Opéra de Metz, l’Opéra de Limoges, le Sébastopol de Lille, Le Palais des Beaux-Arts de Charleroi, Le cirque Royal de Bruxelles, le Forum de Liège, et de prestigieux Festivals Français, où lui sont confiés les rôles de barytons lyriques.

Il y côtoie des artistes parmi lesquels Alain Fondary, Françoise Garner, Maurizio Comencini, Marcel Vanaud, Anne-Marguerite Werster, Patrice Berger, Philippe Kahn, Alexise Yerna, Chantal Bastide…

Parmi les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé, on trouve Antoine Selva, Eric Chevalier, Frédéric l’Huillier, G.P. Zennaro… et il a été dirigé par des chefs d’orchestre tels que Giuseppe Graziolli, Guy Condette, Armin Jordan, Jacques Mercier, Bruno Membrey…

Parmi les rôles qu’il a interprété en opéra, on trouve entre autres Bartholo (Le Barbier de Séville), Schaun (L'Opéra d'Aran, G. Bécaud), le Dancaïre (Carmen), Monterone (Rigoletto), le Sacristain (Tosca), Schaunard (La Bohême), Papageno, (Die Zauberflöte), le moine musicien (Le Jongleur de Notre Dame), Alfio (Cavalleria Rusticana), Il Barone Douphol (La Traviata).

En opéra-comique, il a été Calchas (La Belle Hélène), Larivaudière (La Fille de Madame Angot), Tchang (Le Pays du sourire), le Baron Gondremarck (La Vie parisienne), le Général Boum (La Grande Duchesse de Géroldstein).

Dans le répertoire de la comédie musicale, il incarne Javert (Les Misérables - C.M. Shonberg), Horace Van der Guelder (Hello Dolly - J. Hermann) , les rôles de Viktor von Frankenstein, l’Ermite et Inspector Kemp dans Frankenstein Junior au Théâtre Déjazet à Paris, Schultz dans Cabaret (Kander&Ebb) et Maximilien Detweiller (La Mélodie du bonheur - Rodgers & Hammerstein), Paul Tron (La Folle histoire du Petit Chaperon Rouge).

Récents et futurs engagements : Mr Beaucaire (le Capitaine Badger) à l’Odéon de Marseille, Un Violon sur le toit (Lazar Wol)…

Arnaud Delmotte a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans My Fair Lady (Harry / 2nd Cockney) en 2017.