Vous êtes ici

Les Puritains - Biographies

.

 

Giuliano CARELLA, direction musicale

Giuliano Carella a obtenu son diplôme de direction d’orchestre au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan, en composition au Conservatoire Cesare Pollini à Padoue, ainsi qu’un diplôme honorifique de l'Académie musicale Chigiana de Sienne, où il s'est spécialisé auprès de Franco Ferrara.

Il dirige notamment Stiffelio à l’Opéra de Francfort, Tosca à Toulon et Essen ; Il Tabarro, Gianni Schicchi. et Suor Angelica au Théâtre royal danois ; Carmen au Semperoper de Dresde, Gianni Schicchi avec Plácido Domingo dans le rôle-titre au Teatro Real de Madrid ; Madama Butterfly et La Traviata à Stuttgart ; The Finder, Simon Boccanegra, Lakmé à Toulon ; Il Barbiere di Siviglia à l’Opéra de Dallas...

Il est régulièrement invité au Bayerische Staatsoper de Munich, Staatsoper de Berlin, Hambourg et Vienne ; à l’Opéra Comique de Paris ; Opéras national du Rhin, de Monte-Carlo, North à Leeds, Royal de Wallonie, de Toulon ; Teatro de la Zarzuela, Real de Madrid, São Carlos de Lisbonne, Comunale de Bologne, Massimo de Palerme, Carlo Felice de Gênes, Verdi de Trieste, Colón de Buenos Aires ; Liceu de Barcelone, Nouvel Opéra israélien de Tel Aviv, Michigan Opéra Théâtre de Détroit, Nouveau Théâtre national de Tokyo ; Festivals Rossini de Pesaro, Martina Franca, Puccini de Torre del Lago, Belcanto de Dordrecht...

Parmi ses récents et futurs engagements : Le Comte Ory au Teatro São Carlos, Manon Lescaut au Théâtre du Capitole de Toulouse ; Tancredi et Giovanna d'Arco au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles ; Rigoletto, Tosca, Don Pasquale, Ariodante, Les Puritains au Staatstheater de Stuttgart ; Le Prophète de Meyerbeer à Essen, Roméo et Juliette à l'Opéra de Toulon et à Montréal ; Francesca da Rimini à Strasbourg, La Bohème à l'Opéra de Dallas...

Il est président des Solistes de Venise, depuis 1990.

Giuliano Carella a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour Tancredi en 2017.

 

 

Jessica PRATT, soprano
rôle : Elvire (Elvira)

Jessica Pratt est considérée comme l’un des interprètes les plus en vue d’un des répertoires les plus difficile qu’est le belcanto.

Depuis ses débuts européens en 2007 dans Lucia di Lammermoor, elle est invitée notamment au Metropolitan Opera, Teatro alla Scala, Gran Teatre del Liceu, Opéra de Zurich, Deutsche Oper Berlin, Vienna State Opera, Royal Opera House... et collabore entre autres avec Daniel Oren, Nello Santi, Kent Nagano, Sir Colin Davis, Giacomo Sagripanti, Gianandrea Noseda, Carlo Rizzi, Roberto Abbado, Wayne Marshall, Christian Thielemann...

À son répertoire plus de trente rôles différents dont le plus populaire, Lucia Ashton (Lucia di Lammermoor) qu’elle interprète dans plus de vingt-sept productions, suivies par Amina (La Sonnambula) et Elvira (I Puritani). Dans le répertoire rossinien, elle incarne douze rôles notamment les rôles-titres de Semiramide, Armida, Adélaïde di Borgogna, plus récemment Desdemona (Otello) au Gran Teatre del Liceu et Rosina (Il Barbiere di Siviglia) aux Arènes de Vérone ; autre compositeur qu’elle affectionne particulièrement Gaetano Donizetti, elle se produit notamment dans Le Convenienze ed Inconvenienze Teatrali qui marque ses débuts à La Scala avec le rôle de la Prima Donna, plus récemment, elle chante dans La Fille du Régiment à Las Palmas, Don Pasquale à l’Opéra de Bilbao, L'Elisir d'amore au Liceu, le rôle-titre de Rosmonda d'Ingliterra (en version concertante) à l’Opéra de Florence, elle enregistre un DVD au Festival Donizetti à Bergame et interprète le rôle de Elisabetta (Il Castello di Kenilworth).

En 2016, son premier album solo Serenade est publié par Opus Arte.

Jessica Pratt a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans Semiramide (rôle-titre) en 2015.

 

 

Julie PASTURAUD, mezzo-soprano
rôle : La Reine Henriette (Enrichetta di Francia)

Formée à la prestigieuse Guildhall School of Music and Drama de Londres, Julie Pasturaud fait ses débuts dans le rôle de la Suivante de Lady Macbeth au Festival de Glyndebourne.

Sa carrière l’a conduite dans les plus prestigieuses maisons d’opéra en France et outre-Manche, elle a notamment chanté dans Carmen, Hippolyte et Aricie, Cendrillon à Glyndebourne ; Iolanta au Royal Festival Hall, L’Orfeo à l’Opéra de Lyon, The Rape of Lucretia au Barbican Hall de Londres, L’Incoronazione di Poppea, Il Barbiere di Siviglia, La Périchole à l’Opéra national de Bordeaux, Pelléas et Mélisande au Sadler’s Wells de Londres, Falstaff à l’Opéra national de Paris… Elle a en outre participé à la première mondiale de La Métamorphose, composé par Michaël Levinas et mis en scène par Stanislas Nordey à l’Opéra de Lille en 2011.

Elle a notamment chanté dans L’Enfant et les sortilèges à Rome, Glyndebourne, Salle Pleyel avec l’Orchestre national de Lyon, à Stockholm avec le Swedish Radio Symphony Orchestra, à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre de Paris, à Genève et Lausanne avec l’Orchestre de la Suisse Romande, à Cologne et Munich avec le Bayerischer Rundfunk Orchestra, à Stuttgart avec le SWR, avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et avec l’Orchestre Philharmonique de Monte- Carlo.

Elle collabore fréquemment avec de grandes personnalités artistiques, telles que Laurent Campellone, William Christie, Charles Dutoit, Sir Mark Elder, Laurence Equilbey, Mikko Franck, Emmanuelle Haïm, Marc Minkowski, Jérémie Rhorer, François-Xavier Roth, Leonard Slatkin, Kazuki Yamada… et les metteurs en scène tels que Robert Carsen, David McVicar, Laurent Pelly, Marie-Ève Signeyrole…

Parmi ses récents et futurs engagements : La Fille du régiment à Liège et Avignon, Cendrillon de Massenet à Limoges, La Périchole avec Les Musiciens du Louvre à l’Opéra royal de Versailles, Jenůfa à l’Opéra de Paris, Il Barbiere di Siviglia à Rouen, La Traviata à l’Opéra de Bordeaux, Ariadne auf Naxos à Montpellier, The Rape of Lucretia au Capitole de Toulouse…

Julie Pasturaud est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Yijie SHI, ténor
rôle : Lord Arthur Talbot (Arturo)

Né à Shanghai, Yijie Shi intègre le Toho College of Music de Tokyo, puis poursuit ses études musicales en Europe. Il remporte plusieurs prix, notamment le Concours international de Chant Ferruccio Tagliavini à Graz, Toti dal Monte à Trévise (2007), Maria Caniglia à Sulmone et du Festspielstadt à Passau (2007).

Il est régulièrement l’invité des salles de spectacle de renommée internationale telles que le Metropolitan et San Francisco Opera, le Théâtre des Champs-Élysées, Deutsche Oper Berlin, Mai musical florentin, La Fenice, et collabore notamment avec Zubin Mehta, Antonio Pappano, Kent Nagano et Alberto Zedda.

En 2008, il fait ses début au Rossini Opera Festival dans le rôle du Chevalier Belfiore (Il Viaggio a Reims) dans la production de l'Accademia Rossiniana, puis est à nouveau invité à Pesaro pour Le Comte Ory (rôle-titre) en 2009, où il est chaleureusement acclamé, sa carrière international est désormais lancée.

Parmi les autres moments forts de sa carrière, Armida au MET de New York, Falstaff et Lucia di Lammermoor au Mai musical florentin, La Favorite au Théâtre du Capitole de Toulouse, Il Viaggio a Reims à l’Académie nationale Sainte-Cécile, le Stabat Mater de Rossini à Tokyo, Dream of the Red Chamber à l’Opéra de San Francisco, Otello à l’Opéra de Lausanne et au Liceu.

Parmi ses récents et futurs engagements : Lucia di Lammermoor au Palau des Arts de Valence, Don Pasquale (Ernesto) au Théâtre Bolchoï, ses débuts dans le rôle d’Alfredo (La Traviata) et de Tonio (La Fille du régiment) au NCPA de Beijing, Rigoletto et Il Barbiere di Siviglia au Deutsche Oper Berlin, Lucia di Lammermoor à Tenerife et à Santiago du Chili, Falstaff au Wiener Staatsoper, la Petite messe solennelle à l’Académie nationale Sainte-Cécile sous la direction d'Antonio Pappano...

Yijie Shi a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Tancredi (Argirio) en 2017.

 


 

Jean-François LAPOINTE, baryton
rôle : Sir Richard Forth (Riccardo)

Originaire du Québec, Jean-François Lapointe est considéré comme l’un des meilleurs barytons de sa génération. Depuis ses débuts, il a chanté sur les principales scènes européennes, Paris, Amsterdam, Milan, Bologne, Vienne, Zurich, Barcelone, Madrid, Lisbonne, Glasgow, Hambourg, Francfort, Berlin, Liège… ainsi qu’en Amérique et au Japon. Les critiques sont unanimes pour louer la richesse de sa voix, la finesse de son interprétation ainsi que ses qualités scéniques.

Son répertoire s’étend de Gluck (Alceste, Iphigénie en Tauride…) à la musique du XXe siècle (Pelléas et Mélisande, Les Dialogues des Carmélites), avec une prédilection pour le répertoire français (Hamlet, Faust, Carmen, Werther, Les Pêcheurs de perles, Les Troyens) ; et le répertoire italien, Verdi (La Traviata, Falstaff, Don Carlo), Rossini (Il Barbiere di Siviglia, Guillaume Tell, Le Comte Ory, Moïse et Pharaon) ou Donizetti (Lucia di Lammermoor, La Favorite).

Parmi ses enregistrements, citons Benvenuto Cellini (Virgin Classics), Le Mage de Massenet et Dante de Godard (Palazzetto Bru Zane), L’Enfant prodigue / L’Enfant et les sortilèges (Erato)...

Parmi ses récents et futurs engagements : Iphigénie en Tauride à Zurich, La Traviata à l’Opéra national de Paris, Madama Butterfly à Strasbourg, Les Dialogues des Carmélites au Capitole de Toulouse... en concert, L’Enfant et les sortilèges avec l’Orchestre Symphonique du Québec, les Requiem de Fauré et de Duruflé avec le Los Angeles Philharmonic Orchestra sous la direction de Bernard Labadie…

Fin pédagogue, il conseille régulièrement de jeunes chanteurs, notamment dans le cadre de masterclasses.

Il est Chevalier de l’Ordre national du Québec et vient d’être nommé Directeur artistique de l’Opéra de Quebec et prendra ses fonction en septembre 2020.

Jean-François Lapointe a déjà été invité à l’Opéra de Marseille plus récemment dans Hérodiade (Hérode) en 2018 et sera de retour dans Carmen (Escamillo) cette saison.

 

 

Nicolas COURJAL, basse
rôle : Sir George Walton (Giorgio)

Élève de Jane Berbié, Nicolas Courjal débute à l’Opéra Comique, puis à Wiesbaden et au Festival de Wexford. Il se produit à l’Opéra Bastille, au Châtelet, et dans tous les théâtres français, et également à Venise, Macerata, Séville, au Covent Garden, Japon, Chorégies d’Orange, Genève, Monte-Carlo, Lausanne, Moscou… dans tous les grands rôles de basse du répertoire. Il participe à plusieurs créations contemporaines. Parallèlement il se produit aussi en récital avec Antoine Palloc et en concert avec tous les grands orchestres français, et également avec l'Orchestre Symphonique Tchaïkovski de Moscou, RTVE Madrid, l’Académie nationale Sainte-Cécile, l’Orchestre philharmonique de Bruxelles, le London Philharmonic Orchestra, les Orchestres de Varsovie, Malmoe et Aarhus… sous la direction d’Alain Altinoglu, Serge Baudo, James Conlon, Myung-Whun Chung, Christoph von Dohnányi, Christoph Eschenbach, Vladimir Fedosseïev, Lawrence Foster, Jacques Mercier, Michel Plasson, Antonio Pappano, Léonard Slatkin, Daniel Oren, John Eliot Gardiner, Pinchas Steinberg, Marc Soustrot, François-Xavier Roth, Raphaël Pichon, Esa-Pekka Salonen, Marc Minkovski, Mikko Franck, John Nelson, Michael Tilson Thomas, Evelino Pidò…

Il a participé à plusieurs enregistrements, Herculanum de Félicien David avec le Palazetto Bru Zane, Guillaume Tell et Carmen (Covent Garden), L’Enfant et les sortilèges, L’Heure espagnole et Les Troyens avec l’Orchestre de Strasbourg.

Parmi ses grands succès, Philippe II, Koenig Marke, Mephistopheles (Faust et La Damnation de Faust), les Quatre Diables des Contes d'Hoffmann ou encore Fiesco (Simon Boccanegra) dans une mise en scène de Leo Nucci, le Vieillard Hébreu de Samson et Dalila

Parmi ses récents futurs engagements : La Damnation de Faust avec l’Orchestre philharmonique de Strasbourg (enregistré par Warner) ; Faust à Nice, Robert Le Diable de Meyerbeer (prises de rôle) à Nice et La Monnaie de Bruxelles, Guillaume Tel aux Chorégies d’Orange, des prises de rôles de les répertoires de Verdi, Boito, Gounod, Thomas, Bartók, Bellini, en concert avec le London Symphony Orchestra...

Nicolas Courjal a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Simon Boccanegra (Jacopo Fiesco), Faust (Méphistophélès) la saison passée, La Reine de Saba (Soliman) et sera de retour dans Eugène Onéguine (Le Prince Gremine) cette saison.

 

 

Éric MARTIN-BONNET, basse
rôle : Lord Walton

Éric Martin-Bonnet remporte le Concours Les Voix d’Or 90 et quatre prix dont le Prix du public à Marmande tout en poursuivant ses études musicales à Paris. Il débute à Strasbourg dans Parsifal, à Bordeaux dans Rigoletto, à Avignon dans La Forza del Destino et Un Ballo in maschera, à Nancy dans Les Martyres, aux Chorégies d'Orange dans Tosca (le Geôlier).

Avec une voix à l’émission typiquement française, naturellement sombre et une diction parfaite tels Jules Bastin, Xavier Depraz, il est rapidement invité par les Opéras de Bordeaux, Avignon, Metz, Toulon, Marseille, Toulouse... Son répertoire est très varié, en langue française (Faust – Mephisto, Hérodiade – Phanuel, Manon – le Père, Pelléas et Mélisande – Arkel… ) ; en langue allemande ( Die Zaüberflöte – Sarastro et le Sprecher, Entführung aus dem Serail – Osmin, Der fliegende Holländer – Daland…), italienne ( Don Giovanni- Leporello, Don Carlos – le Grand Inquisiteur, Il Trovatore – Ferrando, Aïda – Ramfis et Il Re, Il Barbiere di Siviglia - Bartolo, L’Elisir d’amore – Dulcamara…) ; en russe (Eugène Onegine Le Prince Gremin). Il se produit également dans un répertoire plus moderne, Les Rois (Minos) création de  Philippe Fenelon à l’Opéra Bordeaux en 2004, Berg (Lulu, Wozzeck)… ; pour des ouvrages  plus anciens, il participe à une tournée européenne de Zoroastre avec William Christie et Les Arts Florissants, et chante aussi plusieurs Passions de Bach ainsi que Die Schöpfung de Haydn.

À l'étranger il chante régulièrement à Dublin, Palerme, Bonn, Eindhoven, mais aussi à Berlin où il incarne Mephisto (Faust) au Deutsche Oper, à Séville pour Le Cid aux cotés de Plácido Domingo, au Festival de Slazbourg (Jeanne au Bûcher)...

Il a participé à la première mondiale de Matteo Falcone (Gouvy), a chanté dans Der fliegende Holländer (Daland) à Saint-Étienne, Falstaff à Toulon, La Damnation de Faust à Angers Nantes Opéra et Rennes, Fortunio à l’Opéra Comique, I Capuleti ei Montecchi à Dublin, Carmen (Festival de Lismore).

Il a participé aux enregistrements discographiques de Léonore II (Don Fernando) de Beethoven sous la direction de Marc Soustrot, Zoroastre (Oromasès et Ariman) de Rameau avec Les Arts Florissants dirigés par William Christie (Erato), ainsi que le premier enregistrement mondial en DVD du Roi d’Ys (Opéra royal de Wallonie).

Parmi ses récents et futurs engagements : Le Comte Ory (le Gouverneur) au Theater Winterthur ; Le Comte Ory (Le Gouverneur), Owen Wingrave (Spencer Coyle), La Notte di un nevrastenico (Il Portiere), Gianni Schicchi (Simone) et Les Pécheurs de perles (Nourabad) au Théâtre Orchestre Bienne Soleure ; Philemon et Baucis (Vulcain), A Midsummer Night's Dream (Quince) à l’Opéra de Tours, Sigurd (le Barde) à l’Opéra national de Lorraine…

Éric Martin-Bonnet a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Le Dernier jour d’un condamné (L’Aumonier) en 2017 et La Reine de Saba (Sadoc) cette saison.

 

 

Christophe BERRY, ténor
rôle :
Sir Benno Robertson (Bruno)

Après des études en architecture intérieure à l’École Boulle, Christophe Berry étudie le piano et le chant puis se perfectionne avec Jean-Marie Siougos de l’Opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur scène avec le rôle de Gontran (Les Mousquetaires au Couvent), et de Camille de Rosillon (Die Lustige Witwe).

Depuis, il est régulièrement invité sur les grandes scènes françaises, dont l’Opéra national de Bordeaux (productions d’Anna Bolena, Tristan und Isolde, Turandot, Siebel dans Faust), l’Opéra national de Lorraine (productions de L’Étoile, Wozzeck, A Midsummer Night’s Dream, Lucia di Lammermoor - Arturo, La Vie parisienne – Gardefeu, Ariadne auf Naxos - Brighella), l’Opéra national de Paris (Rigoletto), le Festival des Chorégies d’Orange (Rigoletto et La Traviata) et à l’Opéra de Tours où il chante entre autres les rôles d’il Duca di Mantova (Rigoletto), Nicias (Thaïs) et le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites).

Parmi ses autres rôles, citons Tybalt dans Roméo et Juliette (Opéras de Tours, Lausanne, Monte-Carlo, Mascate à Oman), Camille de Coutançon (Opéras de Tours, Marseille et Lausanne), Gérald dans Lakmé (au Caire, aux Opéras de Saint-Étienne, Lausanne et Santiago du Chili), Cassio dans Otello (Opéra de Massy) et le rôle-titre de Fortunio (à l’Opéra de Limoges et de Rennes).

Parmi ses récents et futurs engagement : I Masnadieri (Rolla) à l’Opéra de Monte-Carlo, La Veuve joyeuse (Camille de Contançon) à l’Odéon de Marseille, la création mondiale de Davel (Crousaz) de Christian Favre à l’Opéra de Lausanne, une version de concert de La Damnation de Faust (Faust) à l’Opéra de Saint-Étienne…

Christophe Berry a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Rigoletto (Matteo Borsa) la saison dernière, La Flûte enchantée (le 2ème Prêtre / 1er Homme armé) cette saison.