Vous êtes ici

La Reine de Saba - Biographies

.

 

Victorien VANOOSTEN, direction musicale

Victorien Vanoosten mène une double activité de chef d'orchestre et de pianiste. Il est très remarqué par Daniel Barenboim qui l’invite aussitôt à diriger Les Pêcheurs de perles dans une mise en scène de Wim Wenders et à devenir son assistant au Staatsoper de Berlin. Il prend également cette année la direction musicale et artistique de l’Orchestre de Neuchâtel et de l’Orchestre du Pays Basque.

Auparavant chef associé de Lawrence Foster à l’Opéra de Marseille, il y dirige plusieurs ouvrages lyriques et symphoniques et rencontre un vif succès public et critique en remplaçant plusieurs chefs au pied levé. 

Il a également dirigé une adaptation du Ring de Wagner à l’Opéra de Paris, s’est produit lors de l’ouverture de la Philharmonie de Paris avec le pianiste Lang Lang, à l’Opéra Comique, au Théâtre du Châtelet. Il a dirigé la Staastskapelle de Berlin, le Janáček Philharmonic, le North Hungarian Symphony Orchestra, le Brussels Philharmonic, l’Orchestre de chambre de Paris et d’autres Orchestres nationaux français.

Il partage la scène avec notamment R. Villazon, S. Devieilhe, O. Peretyatko, P. Ciofi, K. Dehayes, A. Massis, F. Demuro, JF. Lapointe, M. Barrard, L. Naouri ou encore le Quatuor Psophos, M. Nordmann, S. Nemtanu, H. Delavault et JF. Zygel.

Pianiste concertiste, il a enregistré son premier disque autour de transcriptions d’orchestre personnelles pour piano. Il a fondé son propre ensemble Les Solistes et s’occupe également de l’Orchestre DEMOS, projet social et artistique pour des enfants en difficulté.

Titulaire de quatre Masters, il a étudié à Paris et à Helsinki avec P. Boulez, EP. Salonen, D. Zinman, P. Eötvös, J. Panula, A. Altinoglu, T. Sokhiev, mais aussi M. Béroff,  R. Lifschitz, D. Pascal ou encore JC. Pennetier.

Lauréat des Fondations Banque Populaire, Meyer et Sylff (Tokyo), il s’est illustré dans plusieurs concours internationaux et a remporté le Prix « Talent chef d’orchestre ADAMI ».

Récents et futurs engagements : Les Pêcheurs de Perles et La Bayadère au Staatsoper de Berlin, La Traviata à l’Opéra de Saint-Étienne, de nombreux concerts symphoniques dans l’Europe entière...

Victorien Vanoosten, chef associé de Lawrence Foster de 2015 à 2017 à l’Opéra de Marseille, a dirigé Le Portrait de Manon en 2015, Madame Chrysanthème en 2016, Hérodiade en 2018, plusieurs concerts symphoniques et Le Sacre du Printemps avec la Compagnie Lestel en 2017 et sera de retour pour Carmen cette saison.
Retrouvez son actualité sur www.victorienvanoosten.com

 

Karine DESHAYES, mezzo-soprano rôle : Balkis

Considérée comme l’une des meilleures mezzo-sopranos de sa génération, sacrée pour la seconde fois en 2016 Artiste Lyrique de l’année, Karine Deshayes débute sa carrière au sein de la troupe de l’Opéra de Lyon avant d’être invitée sur toutes les plus importantes scènes françaises. Elle remporte de grands succès à l’Opéra de Paris dans les rôles mozartiens (Cherubino, Dorabella, Donna Elvira), rossiniens (Angelina, Rosina, Elena) et dans ceux de Roméo (I Capuleti e i Montecchi), Charlotte (Werther) et Carmen (rôle-titre). Elle aborde également les rôles-titres d’Armida à l’Opéra de Montpellier et de Semiramide à l’Opéra de Saint-Étienne, l’Alceste de Gluck à l’Opéra de Lyon, Donna Elvira (I Puritani version Malibran) au Festival Radio France et Montpellier.

Sa carrière s’ouvre également à l’étranger : Festival de Salzbourg (Die Zauberflöte sous la direction de Riccardo Muti), Théâtre de La Monnaie (Marie de l’Incarnation - Dialogues des Carmélites), Teatro Real de Madrid (Adalgisa - Norma), Liceu de Barcelone (rôle-titre de Cendrillon, Massenet), Metropolitan Opera de New York (Siebel, Isolier, Nicklausse - Les Contes d’Hoffmann) et San Francisco Opera (Angelina – La Cenerentola).

Parmi ses récents et futurs projets : Roméo et Juliette (Stéphano) au Metropolitan Opera de New York, La Cenerentola (Angelina) et Roberto Devereux (Sara) au Théâtre des Champs-Élysées, Les Huguenots (Urbain) à l’Opéra de Paris, La Damnation de Faust (Marguerite) à l’Opéra de Nice et à la Philharmonie de Paris, Werther (Charlotte) à Vichy et au Théâtre du Capitole de Toulouse, Don Giovanni (Elvira) aux Chorégies d’Orange, Norma (Adalgisa) au Tchaïkovsky Concert Hall de Moscou et au Capitole de Toulouse, La Cenerentola (Angelina) à l’Opéra de Liège, Ariadne auf Naxos (le Komponist) à l’Opéra de Montpellier...

Karine Deshayes a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Donna del Lago (Elena) la saison dernière.

 

 

Marie-Ange TODOROVITCH, mezzo rôle : Bénoni

Née à Montpellier, Marie-Ange Todorovitch étudie d'abord le piano, l'orgue, le chant au Conservatoire de Montpellier, sa ville natale, puis entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et à l’École de l'Opéra de Paris, elle est l'interprète des rôles principaux d’Eurydice, Diane, Cherubino et Djamileh. Elle est invitée ensuite par le Festival de Glyndebourne (Angleterre) pour y chanter Le Nozze di Figaro de Mozart. C’est ainsi que commence sa carrière internationale. Son répertoire s'étend de Rossini, Mozart et Strauss aux opéras français (Carmen, Charlotte, Dulcinée), mais aussi à la musique contemporaine avec des créations Colomba à Marseille, Quai Ouest à l’Opéra du Rhin.

Elle se produit sur les plus grandes scènes françaises, Opéra National de Paris, Opéra-Comique, Théâtre du Châtelet, Opéra de Marseille, Montpellier, Nancy, Strasbourg, Toulouse, Festival d'Aix-en-Provence, Chorégies d'Orange, Nice, et internationales Opéra d'Anvers, Amsterdam, Dresde, Genève, Lausanne, Berlin, Liège, Pise, Düsseldorf, La Fenice de Venise, Covent Garden, Teneriffe, Festival de Salzbourg, La Scala de Milan, Toulon, Avignon, l'Opéra du Rhin...

En Février 2011, elle a obtenu le GRAMMY AWARDS 2011 du meilleur enregistrement d'Opéra chez Harmonia mundi pour L'Amour de loin de Kaija Saariaho. 

Parmi ses récents et futurs projets : Pelléas et Mélisande (Geneviève) à l’Opéra National du Rhin et à l’Opéra de Lille, le rôle-titre dans La Grande Duchesse de Gérolstein à l'Odéon, la 1èreSymphonie de Bernstein à la Roque d'Anthéron, La Dame de pique (la Comtesse) dans une mise en scène d’Olivier Py à l’Opéra de Nice, Avignon et Toulon ; Mefistofele (Marta) au Capitole de Toulouse…

En juillet 2016, elle est nommée par le Ministère de la Culture, Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres.
Passionnée par l’enseignement, elle est invitée à donner des masterclasses sur l'opéra ainsi que sur les Musiques Actuelles Amplifiées qu'elle affectionne particulièrement en France et à l’étranger.

Marie-Ange Todorovitch a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Le Nozze di Figaro (Marcellina) la saison dernière.

 

 

Cécile GALOIS, mezzo rôle : Saharil

Après un 1er Prix au Conservatoire National Supérieur de Paris, Cécile Galois entre à l’École d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris, dans la classe de Denise Dupleix.

Pendant trois ans elle chante sur les scènes du Palais Garnier et de l'Opéra-Comique, dans de nombreux spectacles: Norma, L'Ange de feu, Orphée aux enfers, La Damnation de Faust, Le Triptyque, Ariane auf Naxos...

Elle se produit ensuite sur les plus grandes scènes françaises, Capitole de Toulouse, Grand Théâtre de Bordeaux ; Opéras de Nancy, Lille, Angers Nantes Opéra, Marseille, Metz… ; ainsi qu'à l'étranger, en Belgique, Italie, Espagne… dans des répertoires divers, allant de Mozart à Richard Strauss, en passant par l'Opéra français et italien, dans des mises en scène de Jean-Claude Auvray, Pier-Luigi Pizzi, Nicolas Joel, Jean-Louis Martinoty, Peter Busse, Jérôme Savary,… et sous la direction de chefs d'Orchestre tels que Pierre Dervaux, Charles Dutoit, Michel Plasson, Myung Wung Chung, Pinchas Steinberg, Mauricio Arena, Steuart Bedford, Laurence Foster...

Elle se consacre également à l'Opérette, La Grande Duchesse de Gérolstein, La Mascotte, Les Saltimbanques...

Depuis quelques années elle consacre une partie de son temps à l'enseignement, à Nantes où elle réside, ainsi qu' au Récital dans le cadre du Duo ARPEGGIA qu'elle crée en 2013 avec la pianiste / concertiste Laurence Chiffoleau, et participe à la Folle Journée de Nantes en février 2016.

Parmi ses récents et futurs projets : Le Triptyque de Puccini (la Frugola / la Zia Principessa / Zita), Eugène Onéguine (Madame Larina) à l'Opéra de Tours, Eugène Onéguine (Filipievna) à Metz et Reims, ainsi qu'une tournée de concerts en Chine, la création française de l'Opéra contemporain anglais Coraline à l'Opéra de Lille, Le Petit Faust et Irma la Douce au Théâtre de l'Odéon à Marseille, Le Comte Ory à l'Opéra de Metz, Faust à l'Opéra de Limoges…

Cécile Galois a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Rigoletto (Giovanna) la saison passée et sera de retour dans Barbe-Bleue (Reine Clémentine) et Eugène Onéguine (Filipievna) cette saison.

 

 

Jean-Pierre FURLAN, ténor rôle : Adoniram

Jean-Pierre Furlan est découvert par Gabriel Dussurget lors d’un concert, et débute ensuite sa carrière avec Hoffmann (Les Contes d’Hoffmann) à la salle Gaveau, rôle qu’il reprend sur différentes scènes internationales, au Deutsche Oper de Berlin, aux Opéras de Philadelphie et d’Hambourg, au Savonlinna Opera Festival, à Graz, Malmö, Lisbonne…

En opéra français, il chante entre autres dans Faust (rôle-titre) à La Scala de Milan ; Faust (La Damnation de Faust) à Monte-Carlo, Birmingham, Pékin et Tokyo ; Don José (Carmen) à Liège, Pékin, Séoul, l’Opéra du Rhin, Leipzig, Zurich, Hambourg et au Savonlinna Opera Festival ; Le Cid à Zurich, Samson (Samson et Dalila) à Saint-Étienne et Karlsruhe, Polyeucte de Gounod à l’Opéra de Saint-Étienne.

En opéra italien, il se produit dans Don Carlo (rôle-titre) en version italienne à Copenhague, et en version française à Hambourg, Anvers et au Staatsoper de Vienne ; Radames (Aïda) à Boston, Malmö et Liège ; Cavaradossi (Tosca) à Saint-Étienne et Copenhague ; Calaf (Turandot) à Avignon et à Metz ; Pinkerton (Madama Butterfly) à Hambourg et à La Fenice ; Luigi (Il Tabarro) à Lyon ; Pollione (Norma) à Toronto ; Turiddu (Cavalleria Rusticana) et Canio (I Pagliacci) à l’Opéra Grand Avignon ; La Traviata à Massy ; Lucia di Lammermoor à l’Opéra du Rhin et à Toulon ; Rigoletto à l’Opéra du Rhin et à Malmö.

En concert, il se produit notamment dans Das Klagende Lied à Madrid, Das Lied van der Erde à la Salle Pleyel, Le Requiem de Dvořák (dirigé par Myung-Whun Chung) au Théâtre des Champs-Élysées.

Parmi ses récents et futurs projets : La Juive (Eleazar) à l’Opéra d’Anvers, Otello (rôle-titre) à Massy et Mexico, Les Contes d’Hoffmann (Hoffmann) et Samson et Dalila (Samson) à Metz, Le Baron Tzigane à Genève, Samson et Dalila et la 9ème Symphonie de Beethoven à l’Opéra de Massy…

Jean-Pierre Furlan a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Faust (Vieux Faust) la saison passée et sera de retour dans Nabucco (Ismaele) cette saison.

 

 

Nicolas COURJAL, basse rôle : Soliman

Élève de Jane Berbié, Nicolas Courjal débute à l’Opéra-Comique, puis à Wiesbaden et au Festival de Wexford. Il se produit à l’Opéra Bastille, au Châtelet, et dans tous les théâtres français, à Venise, Macerata , Séville, au Covent Garden, Japon, Chorégies d’Orange, Genève, Monte-Carlo, Lausanne, Moscou… dans tous les grands rôles de basse du répertoire. Il participe à plusieurs créations contemporaines. Parallèlement, il se produit aussi en récital avec Antoine Palloc et en concert avec tous les grands orchestres français, et également avec l'Orchestre Symphonique Tchaïkovski de Moscou, RTVE Madrid, l’Académie nationale Sainte-Cécile, l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles, le Philharmonia Orchestra London, les Orchestres de Varsovie, Malmö et Aarhus… sous la direction de Alain Altinoglu, Serge Baudo, James Conlon, Myung-Whun Chung, Christoph von Dohnányi, Christoph Eschenbach, Vladimir Fedosseïev, Lawrence Foster, Jacques Mercier, Michel Plasson, Antonio Pappano, Léonard Slatkin, Daniel Oren, John Eliot Gardiner, Pinchas Steinberg, Marc Soustrot, François-Xavier Roth, Raphaël Pichon, Esa-Pekka Salonen, Marc Minkovski, Giacomo, Mikko Franck, John Nelson, Michael Tilson Thomas, Evelino Pidò…

Il a participé à plusieurs enregistrements, Herculanum de Félicien David avec le Palazetto Bru Zane, Guillaume Tell et Carmen (Covent Garden), L’Enfant et les Sortilèges, L’Heure espagnole de Ravel et Les Troyens avec l’Orchestre de Strasbourg.

Parmi ses grands succès, Philippe II, Koenig Marke, Mephistopheles (Faust et La Damnation de Faust), les Quatre Diables des Contes d'Hoffmann ou encore Fiesco (Simon Boccanegra) dans une mise en scène de Leo Nucci, le Vieillard Hébreu de Samson et Dalila

Parmi ses récents futurs projets : La Damnation de Faust avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg (enregistré par Warner), Faust à Nice, Robert Le Diable de Meyerbeer (prises de rôle) à Nice et La Monnaie de Bruxelles, Guillaume Tell aux Chorégies d’Orange, prises de rôles d’ouvrages de Verdi, Boito, Gounod, Thomas, Bartók, Bellini, en concert avec le London Symphony Orchestra...

Nicolas Courjal a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Simon Boccanegra (Jacopo Fiesco) et Faust (Méphistophélès) la saison passée et sera de retour dans Les Puritains (Sir George Waalton) et Eugène Onéguine (Le Prince Gremine) cette saison.

 

 

Éric HUCHET, ténor rôle : Amrou

Eric Huchet mène une carrière sur les scènes lyriques nationales et européennes, interprétant un vaste répertoire entre autres à l’Opéra de Paris où il est régulièrement invité, dans les productions de Die Zauberflöte, Lucia di Lammermoor (Normanno), La Fanciulla del West (Harry), Tosca (Spoletta), Tannhäuser (Heinrich der Schreiber), Arabella (Graf Elemer), Mathis der Maler (Sylvester von Schaumberg), L’Amour des Trois Oranges (Truffaldino), Faust de Fénelon (le Duc et le Capitaine). Il interprète également le rôle du Peintre (Lulu - Opéra du Rhin), Peter Quint (Turn of the Screw - Bordeaux) et le Professeur d’Art (Charlotte Salomon de Marc-André Dalbavie - Festival de Salzbourg).

Ses talents de comédien lui permettent d’aborder le répertoire de l’opéra-comique et de l’opérette, citons Piquillo (La Périchole – Chaillot - Opéra-Comique), Aristée-Pluton (Orphée aux enfers – Genève - Lyon), Achille (La Belle Hélène - Châtelet), le Roi Ouf 1er (L’Étoile - Angers-Nantes Opéra – Luxembourg - Nancy), les Valets (Les Contes d’Hoffmann – Genève – Monte-Carlo - Opéra de Paris), Alfred (Die Fledermaus – Liège - Nancy), Falsacappa (Les Brigands - Bordeaux, Luxembourg - Opéra-Comique), Cantarelli (Le Pré aux Clercs – Opéra-Comique – Lisbonne - Festival de Wexford), Sifroy (Geneviève de Brabant - Opéra de Nancy)…

Parmi ses récents et futurs projets : La Périchole (Panatellas) aux Festivals de Salzbourg, Radio France et Montpellier et Bordeaux, La Belle Hélène (Ménélas) à Nancy, Manon (Guillot de Morfontaine) à Zurich, Maître Peronilla (rôle-titre) au Théâtre des Champs-Élysées, Madame Favart (le Marquis de Pontsablé) à l’Opéra-Comique, Les Contes d’Hoffmann (Nathanael et Schlemil) à Bordeaux, Falstaff (Bardolfo) à Montpellier, L’Amour des Trois Oranges (Truffaldino) à Nancy, la création du Soulier de Satin de Marc-André Dalbavie à l’Opéra National de Paris...

Éric Huchet a déjà été invité à l’Opéra de Marseille notamment pour la dernière fois dans la création mondiale de La Chartreuse de Parme (Ludovic / une voix de ténor) en 2012 et sera de retour dans Eugène Onéguine (Monsieur Triquet) cette saison.

 

 

Régis MENGUS, baryton rôle : Phanor

Après avoir débuté très jeune l’étude du piano, puis du chant à Metz, Régis Mengus fait ses débuts sur scène à l’Opéra de Metz.

Il chante depuis dans de nombreux théâtres où il aborde entre autres, le rôle de Danilo (La Veuve joyeuse) aux Opéras de Nice, Reims, Lausanne et Marseille ; Marcello (La Bohème) aux Opéras de Reims et Metz ; Sharpless (Madama Butterfly) à l’Opéra de Reims ; le Mari (Les Mamelles de Tirésias), Valentin (Faust) et le rôle-titre d’Hamlet à Lausanne ; Karnac (Le Roi d’Ys) à l’Opéra de Saint-Étienne ; Escamillo (Carmen) à l’Opéra de Rennes.

Parmi ses récents et futurs projets : Faust (Valentin) aux Opéras de Massy et Saint-Étienne, Werther (Albert) à l’Opéra National du Rhin, Die Zauberflöte (Papageno) au Grand Théâtre de Tours, Carmen (Escamillo) à l’Opéra de Metz, la création de Davel, Martyr de la Liberté (rôle-titre) de Christian Favre à l’Opéra de Lausanne, Les Mamelles de Tiresias (le Mari) et L’Heure espagnole (Ramiro) à l’Opéra d’Ovido…

Régis Mengus est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille et sera de retour dans Eugène Onéguine (rôle-titre) cette saison.

 

 

Jérôme BOUTILLIER, baryton rôle : Méthousaël

Jérôme Boutillier a effectué une formation complète de pianiste, avant de se tourner vers l’accompagnement des chanteurs, puis vers le chant lyrique au CRR de Boulogne-Billancourt.

Choisi comme Révélation Classique de l’ADAMI 2016, il chante Don Sanche dans Le Cid ou Chimène d’Antonio Sacchini en 2017, à l’occasion d’une coproduction de l’ARCAL et du CMBV.

En août 2017, il remporte le 2ème Prix au Concours International de Marmande.

Durant la saison 2017-2018, il chante notamment la partie du Roi dans Le Tribut de Zamora de Gounod à Munich avec le Palazzetto Bru Zane ; il remplace au pied levé André Heyboer dans le rôle de Luddorf dans La Nonne Sanglante de Gounod à l’Opéra Comique, y obtenant un grand succès personnel ; il fait ses débuts au Grand Théâtre de Genève avec le rôle de Morales (Carmen), avant de chanter le rôle d’Urson dans le rare Tarare de Salieri à Paris, Versailles, Caen et Vienne.

En janvier 2019, il remporte le 2ème Prix lors de la 6ème Édition de la Paris Opera Competition au Théâtre des Champs-Élysées.

Récents et futurs engagements : la recréation scénique du Dante (Bardi) et Cendrillon de Nicolo Isouard de Godard (la partie d’Alidor) à Saint-Étienne, Musiques en fête aux Chorégies d’Orange (triomphant dans l’air d’Escamillo tiré de Carmen),  Carmen (le Dancaïre) avec l'Orchestre National de Lille, Fervaal de d’Indy (la partie de Gwellkingubar) au Festival Radio France Occitanie Montpellier ; Sigurd de Reyer (Hagen) à l’Opéra National de Lorraine, la déjà légendaire mise en scène d’Olivier Py des Dialogues des Carmélites de Poulenc (Thierry et le Geôlier) au Capitole de Toulouse, sa prise de rôle de Zurga (Les Pêcheurs de perles) à l’Opéra de Toulon...

Jérôme Boutillier est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Éric MARTIN-BONNET, basse rôle : Sadoc

Éric Martin-Bonnet remporte le Concours Les Voix d’Or 90 et quatre prix dont le Prix du public à Marmande tout en poursuivant ses études musicales à Paris. Il débute à Strasbourg dans Parsifal, à Bordeaux dans Rigoletto, à Avignon dans La Forza del Destino et Un Ballo in maschera, à Nancy dans Les Martyres, aux Chorégies d'Orange dans Tosca (le Geôlier).

Avec une voix à l’émission typiquement française, naturellement sombre et une diction parfaite tels Jules Bastin, Xavier Depraz, il est rapidement invité par les Opéras de Bordeaux, Avignon, Metz, Toulon, Marseille, Toulouse... Son répertoire est très varié, en langue française ( Faust – Mephisto, Hérodiade – Phanuel, Manon – le Père, Pelléas et Mélisande – Arkel… ), allemande ( Die Zaüberflöte – Sarastro et le Sprecher, Entführung aus dem Serail – Osmin, Der fliegende Holländer – Daland…), italienne ( Don Giovanni- Leporello, Don Carlos – le Grand Inquisiteur, Il Trovatore – Ferrando, Aïda – Ramfis et Il Re, Il Barbiere di Siviglia - Bartolo, L’Elisir d’amore – Dulcamara...), russe (Eugène Onégine - Gremin) ; mais aussi un répertoire plus moderne, Les Rois (Minos) création de  Philippe Fenelon à l’Opéra Bordeaux en 2004, Berg (Lulu, Wozzeck)… pour des ouvrages  plus anciens, il participe à une tournée européenne de Zoroastre avec William Christie et Les Arts Florissants, et chante aussi plusieurs Passions de Bach ainsi que Die Schöpfung de Haydn.

À l'étranger, il chante régulièrement à Dublin, Palerme, Bonn, Eindhoven, mais aussi à Berlin où il incarne Mephisto (Faust) au Deutsche Oper, à Séville Le Cid aux cotés de Plácido Domingo, au Festival de Salzbourg (Jeanne au Bûcher)...

Il a participé à la première mondiale de Matteo Falcone (Gouvy), a chanté dans Der fliegende Holländer (Daland) à Saint-Étienne, Falstaff à Toulon, La Damnation de Faust à Angers Nantes Opéra, Rennes, Fortunio à l’Opéra Comique, I Capuleti ei Montecchi à Dublin, Carmen (Festival de Lismore).

Il a participé aux enregistrements discographiques de Léonore II (Don Fernando) de Beethoven sous la direction de Marc Soustrot, ainsi que de Zoroastre (Oromasès et Ariman) de Rameau avec Les Arts Florissants dirigés par William Christie (Erato), ainsi que le premier enregistrement mondial en DVD du Roi d’Ys (Opéra royal de Wallonie).

Récents et futurs engagements : Le Comte Ory (le Gouverneur) au Theater Winterthur ; Le Comte Ory (Le Gouverneur), Owen Wingrave (Spencer Coyle), La Notte di un nevrastenico (Il Portiere), Gianni Schicchi (Simone) et Les Pécheurs de perles (Nourabad) au Théâtre Orchestre Bienne Soleure ; Philemon et Baucis (Vulcain), A Midsummer Night's Dream (Quince) à l’Opéra de Tours, Sigurd (le Barde) à l’Opéra national de Lorraine…

Éric Martin-Bonnet a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Le Dernier jour d’un condamné (L’Aumonier) en 2017 et sera de retour dans Les Puritains (Lord Walton) cette saison.