Vous êtes ici

La Donna del Lago - Biographies

.
 

José Miguel PÉREZ-SIERRA, direction musicale

Il étudie avec C. Metters, G. Gelmetti, G. Ferro et devient ensuite directeur adjoint avec A. Zedda du Centre de Perfectionnement Plácido Domingo Program au Palau de les Arts à Valence.

En 2006, il débute au Festival Rossini de Pesaro dans Il Viaggio a Reims, étant le plus jeune chef de l'histoire du festival, où il dirige de nouveau en 2011 La Scala di Seta.

En 2013, il débute au Festival Rossini de Bad Wildbad dans Ricciardo e Zoraide de Rossini, Maria Stuarda à Bilbao avec Sondra Radvanovsky et au Liceu de Barcelone dans Madama Butterfly avec Roberto Alagna.

Il dirige ensuite la Cenerentola à Metz, Il Trovatore à Pampelune, L’Occasione fa il ladro à Trieste, I Puritani à Bilbao et Santiago du Chili, Madama Butterfly au Festival de Torre del Lago. Il débute au Teatro Real de Madrid lors d’un concert hommage à Montserrat Caballé.

Citons encore à Metz, Il Trittico et Turandot, La Bohème à Reims, Falstaff à Trieste, Il Turco in Italia à Santiago du Chili, La Sonnambula et Il Barbiere di Siviglia à Bilbao… En 2016, Lucrezia Borgia à Bilbao, Adelson e Salvini de Bellini au Teatro Pergolesi de Jesi, Manon Lescaut à Catane, Lucia di Lammermoor à Port Mahon, La Cenerentola à Santiago du Chili et à l’Opéra de Montréal, Il Signor Bruschino à l´Opéra de Strasbourg… ainsi que des concerts avec Mariella Devia, Ainhoa Arteta, Marianna Pizzolato, Maxim Mironov, Leo Nucci…

Sa discographie compte une monographie de Illarramendi (Sony), un DVD de Manon Lescaut enregistré à Catane, Adelson e Salvini (Bongiovanni) et Ricciardo e Zoraide (Naxos).

Parmi ses récents et futurs engagements, Maruxa de Vives au Teatro de la Zarzuela, Turandot à Las Palmas, Il Barbiere di Siviglia à Santiago du Chili, deux concerts Rossini au Théâtre des Champs-Élysées, de retour au Teatro Real en concert avec Mariella Devia, Tancredi à Bari, ses débuts à l’Opéra de Massy dans Rigoletto, Carmen et Tosca à Metz…

José Miguel Pérez-Sierra est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

.
 

Karine DESHAYES, mezzo-soprano Elena

Après avoir débutée sur scène dans la troupe de l’Opéra de Lyon, sa carrière se développe rapidement. Invitée sur toutes les grandes scènes françaises, elle remporte de grands succès à l’Opéra de Paris dans les rôles mozartiens (Cherubino, Dorabella, Donna Elvira), rossiniens (Angelina, Rosina, Elena) et dans ceux de Roméo (I Capuleti e i Montecchi), Charlotte (Werther) et Carmen. Elle aborde récemment les rôles-titres d’Armida de Rossini à Montpellier où elle triomphe, et d’Alceste à Lyon.

Sa carrière s’ouvre également sur les grandes scènes étrangères : Festival de Salzbourg (Die Zauberflöte sous la direction de Riccardo Muti), Teatro Real de Madrid (Adalgisa dans Norma), Liceu de Barcelone (rôle-titre de Cendrillon de Massenet), Metropolitan Opera de New York (Siebel, Isolier, Nicklausse) et le San Francisco Opera (Angelina).

Pour la seconde fois, elle a remporté en 2016 la Victoire de la Musique dans la catégorie « Artiste Lyrique » de l’année.

Parmi ses récents et futurs engagements, citons ses débuts dans le rôle de Marie de l’Incarnation (Dialogues des Carmélites) à la Monnaie et dans le rôle-titre de Semiramide à Saint-Étienne. Elle a également interprété le rôle de Stéphano (Roméo et Juliette) au Metropolitan Opera de New York, ainsi qu’en version de concert, Angelina (La Cenerentola) au Théâtre des Champs-Élysées et Charlotte à Vichy. Elle est Urbain dans la production des Huguenots à l’Opéra de Paris. Durant la suite de cette saison, elle chantera en version de concert, les rôles d’Astasie (Tarare) de Salieri au Theater an der Wien et à l’Opéra de Versailles, Piacere (Il Trionfo del tempo e del disinganno) également à Versailles, Marguerite (La Damnation de Faust) à l’Opéra de Nice, Adalagisa au Tchaikovsky Concert Hall de Moscou et sera Charlotte dans la production de Werther au Théâtre du Capitole de Toulouse. En concert, elle interprétera entre autres Les Nuits d’été à la Philharmonie de Paris, La Damoiselle élue avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse…

Karine Deshayes a déja été invitée à l'Opéra de Marseille plus récemment dans I Capuletti e i Montecchi en 2017.

.
 

Varduhi ABRAHAMYAN, mezzo-soprano Malcolm

Née dans une famille de musiciens, elle fait ses études au Conservatoire d’Erevan.

Lors de la saison 2017-2018 elle effectue la prise de rôle de Mme Quickly dans Falstaff et Ulrica dans Un Ballo in Maschera à l'Opéra Bastille, suivront Alcina (Bradamante) au Théâtre des Champs-Élysées, ses débuts à l'Opéra d'Atlanta et à l’Opéra de Hong Kong dans Carmen. Elle achève la saison avec Carmen à l'Opernhaus de Zürich.

La saison dernière, elle joue le rôle de Polinesso (Ariodante de Haendel) à la Compagnie nationale d’Opéra du Canada et au Teatro Massimo de Palerme dans le rôle-titre de Carmen. Elle chante ensuite Bradamante (Alcina) à l'Opernhaus de Zürich avec Cecilia Bartoli, Carmen et Eugène Onéguine à l'Opéra national de Paris et une version de concert de Rigoletto à Hanovre avec le NDR Radiophilharmonie. Elle chante dans Benvenuto Cellini au Teatro dell’Opera de Rome, Dalila (Samson et Dalila) au Palau de les Arts de Valence (où elle avait débuté en 2015 avec Norma et Nabucco) sous la direction de Roberto Abbado et Plácido Domingo, Carmen au Théâtre du Bolchoï de Moscou et à l'Opéra d'État de Hambourg, Semiramide à la salle de concert Tchaïkovsky de Moscou, La Donna del Lago au Festival Rossini de Pesaro, et se produit dans une série de concerts avec l'Académie nationale Sainte-Cécile sous la direction de Stéphane Denève.

En concert, elle chante le Requiem de Verdi avec Myung-Whun Chung au Festival de Saint-Denis avec l'Orchestre de Paris, le Stabat Mater de Rossini à l'Académie nationale Sainte-Cécile sous la direction de Nicola Luisotti et à la Philharmonie de Paris avec Jesús López Cobos, le Stabat Mater de Pergolesi avec Cecilia Bartoli à Martigny et Lugano, le Wesendonck-Lieder au Festival de la Chaise-Dieu et le Stabat Mater de Dvořák au Festival de Saint-Denis avec l'Orchestre Philarmonique de Radio-France dirigé par Jakub Hrůša.

Au cours des dernières saisons, elle joue le rôle d’Isabella (L’Italiana in Algeri) à l'Opéra de Paris, Ottone (L'Incoronazione di Poppea), Cornelia (Giulio Cesare), ​Pauline (La Dame de pique), Maddalena (Rigoletto) sous la direction de Daniel Oren. De plus, elle a interprété le rôle de Lydia Tchoukovskaïa pour la création de l'opéra Akhmatova de Bruno Mantovani.

Parmi les autres faits saillants de sa carrière, citons les rôles de Malcolm (La Donna del Lago) au Theater an der Wien, Carmen à Toulon, Néris (Médée) et Rinaldo au Théâtre des Champs-Élysées, Arsace (Semiramide) à l'Opéra de Montpellier, Nerestano (Zaira) au Festival Radio France Occitanie Montpellier, Pauline (La Dame de pique) au Capitole de Toulouse, Bersi (Andrea Chénier) avec Pinchas Steinberg, El Amor brujo de Manuel de Falla au Théâtre du Châtelet dirigé par Marc Minkowski, Orphée et Eurydice à Versailles et Saint-Étienne et Polinesso (Ariodante) au Grand-Théâtre de Genève.

Parmi ses futurs engagements, ses débuts à l'Opéra d’Oviedo (Carmen), au Gran Teatre del Liceu (L’Italiania in Algeri), au Royal Opera House de Londres (Faust) et à l'Opéra Las Palmas (prise de rôle d’Eboli dans Don Carlo) ; son retour à la Compagnie nationale d’Opéra du Canada (Eugène Onéguine), à l'Opéra Bastille (La Forza del destino).

Varduhi Abrahamyam a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Semiramide (Arsace) en 2015.

.
 

Hélène CARPENTIER, soprano Albina

Elle est à vingt-deux ans seulement une des artistes lyriques les plus prometteuses de sa génération. Elle se voit décerner en février 2018 le 1er Prix et le Prix de la meilleure interprétation du répertoire français lors du Concours Voix Nouvelles 2018 organisé par le Centre Français de Promotion Lyrique, évènement qui avait auparavant révélé des artistes de renommée internationale, tels que Natalie Dessay, Stéphane Degout ou encore Karine Deshayes ; elle a également été désignée «Révélation Classique 2018» par l’ADAMI.

Elle avait déjà été lauréate de plusieurs concours de chant en 2017, se voyant décerner notamment le 1er Prix "Femme Opéra" du 29ème Concours international de Chant de Marmande et le Grand Prix du 3ème Concours « Opéra Raymond Duffaut Jeunes Espoirs » d’Avignon.

Pianiste et flûtiste de formation, elle découvre le chant à Amiens, sa ville natale ou elle rencontre Marie-Dominique Loyer, avec qui elle apprend la technique respiratoire, vocale, l'approche des différents répertoires et qui la prépare aux concours.

Admise en 2015, dans le chœur d'adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris, puis en 2016 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, elle a depuis été invitée par les Chorégies d’Orange pour l’évènement « Musiques en fête » 2018, par l’Opéra de Rennes dans le cadre d’un « Révisez vos classiques ! », elle s’est produite au Festival de Noël du Bolchoï de Minsk en Russie, aux Festivals "Debussy" à Argenton-sur-Creuse, Les Musicales du Luberon, Volcadiva, au Festival de la Haute-Clarée et au Festival du Forez.

Parmi ses récents et futures engagements, une tournée de concerts avec les lauréats du concours Voix Nouvelles, un programme «Fauré» à l’Auditorium de Bordeaux, Gabriel (La Création de Haydn) avec l’Orchestre national de Lorraine, ainsi que Micaëla (Carmen de Bizet) à l’Opéra de Rouen et au Théâtre des Champs-Élysées.

Hélène Carpentier a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille lors du concert des Lauréats du Concours Voix Nouvelles en octobre 2018.

.
 

Edgardo ROCHA, ténor Giacomo

Né à Rivera, le ténor uruguayen étudie le piano, la direction de chœurs et orchestre ainsi que le chant à Montevideo puis en Italie (J. Ansorena).

Il débute en 2010 dans Gianni di Parigi au Festival de Martina Franca.

Il s’est affirmé dans le répertoire rossinien : La Cenerentola à Stuttgart, Séville, Lausanne, Monte-Carlo ; le film La Cenerentola - Una favola in diretta d’Andrea Andermann et en tournée européenne aux cotés de Cecilia Bartoli ; Il Barbiere di Siviglia à Vienne, Valence, Madrid, Naples, Lausanne, Munich, Dresde, Zurich, Paris, Tel-Aviv, Hambourg, Vérone et Rome ; L’Italiana in Algeri à Vienne, La Scala di Seta, Otello (Jago), Il Viaggio a Reims (Belfiore) et Le Comte Ory à Zurich ; La Gazzetta à Liège, Il Turco in Italia à Turin, Otello (Rodrigo) au Théâtre des Champs-Élysées et au Festival de Salzbourg, Otello (Iago) et La Gazza ladra à La Scala de Milan, La Donna del lago et L’Italiana in Algeri au Festival de Salzbourg, mais aussi Don Pasquale à Florence et Vérone, Così fan tutte à Naples et Turin, Les Pêcheurs de perles à Nancy, I Puritani à Stuttgart, La Juive (Léopold) à Munich.

Il se produit régulièrement en concert notamment avec le Stabat Mater de Rossini (Trieste, Florence, Venise, Saint-Denis, Toulouse, Rai Turin) et en récital (Chorégies d’Orange).

Il collabore avec des chefs d’orchestre tels que G. Sagripanti, R. Frizza, D. Rustioni, O. Meir Wellber, J. Lopez-Cobos, S. Montanari, M-W. Chung, G. Carella, B. de Billy, J. Conlon ; des metteurs en scène tels que E. Scola, D. Michieletto, M. Leiser et P. Caurier, J.Flimm, C. Marthaler, D. Livermore, J. Wieler et S. Morabito, G. Salvatores.

Enregistrements : Gianni di Parigi (DVD - Bongiovanni), Otello (DVD/Blu-Ray - Decca), La Gazzetta (DVD/Blu-Ray - Dynamic).

Parmi ses récents et futurs engagements, L’Italiana in Algeri à Barcelone, Il Turco in Italia et Don Pasquale à Zurich, Anna Bolena à Lausanne, Il Viaggio a Reims à Dresde, Il Turco in Italia à la Scala de Milan, La Cenerentola à Genève et au Wiener Staatsoper.

Edgardo Rocha est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

.
 

Enea SCALA, ténor Roderigo

Né à Ragusa, il étudie le chant au Conservatoire de Bologne auprès de Wilma Vernocchi et Fernando Cordeiro Opa. Il fait ses débuts en 2006 dans Il Matto (Paolo e Francesca de Mancinelli).

Très actif depuis le début de sa carrière dans le domaine du belcanto, il débute avec les rôles de Lindoro (L’italiana in Algeri), Almaviva (Il Barbiere di Siviglia), Elvino (La Sonnambula), Alberto (L’Occasione fa il ladro) au Rossini Opera Festival de Pesaro et Ernesto (Don Pasquale) avec le Glyndebourne Tour Opera. Après ses débuts dans Fritz (L’Amico Fritz), il développe davantage le côté lyrique de sa voix avec les rôles dArnoldo (Guillaume Tell) à Turin et Toronto et Roudi dans la version française à Genève, Palerme, au Staatsoper de Munich et au Covent Garden de Londres ; Gerardo (Caterina Cornaro) à Montpellier, Edgardo (Lucia di Lammermor) à Gênes et à l’Opéra royal de Mascate, Arturo (Puritani) à Turin, ainsi que les rôles de Don Ottavio à São Paulo et Muscat avec l’Opéra national de Lyon ; Belfiore (La Finta giardiniera) à Lille et au Glyndebourne Tour Opera, Egeo (Medea in Corinto) au Festival de Martina Franca, Fadinard (Il Cappello di paglia di Firenze) à Florence et Leopold (La Juive) à Lyon.

Il a collaboré avec les chefs d’orchestre tels que Bisanti, Carignani, Ettinger, Ferro, Gamba, Haïm, López-Cobos, Luisi, Mariotti, Mazzola, Montanari, Noseda, C. Rizzi, Rousset, Runnicles, Rustioni, Sacripanti, Viotti, Zedda ; les metteurs en scène tels que Bauduin, Bernard, Ceresa, Clement, Font, Grinda, Lescot, Michieletto, Pelly, Pountney, Py, Sicca, Vick, Villazon, Vizioli, Wagner, Wake-Walker.

Parmi ses récents et futurs engagements, il chante dans plusieurs œuvres de Rossini les rôles de Rinaldo (Armida) à Gand et Montpellier, Pirro (Ermione) à Moscou et Pilade (Ermione) à Lyon et Paris, Argirio (Tancredi) à Bruxelles, Osiride (Mosè in Egitto) à Naples, Idreno (Semiramide) à la Fenice, le rôle-titre d’Otello à Francfort et Belfiore (Il Viaggio a Reims) à Zurich.

Parallèlement, il poursuit sa carrière avec les héros romantiques de Bellini et Donizetti tels que Henry de Bruges (Le Duc d'Albe) à Gand, Nemorino (L’Elisir d’amore) au Deutsche Oper de Berlin, Ernesto (Don Pasquale) au Théâtre du Bolchoï et aborde le répertoire verdien avec le rôle de Fenton (Falstaff) à Trieste et Monte-Carlo.

Il vient juste de débuter le répertoire allemand avec le rôle d’Alfred (Die Fledermaus) dans une nouvelle production de Berlin et à l’automne 2019 il abordera son premier Hoffmann (Les Contes d'Hoffmann) à Bruxelles.

Enea Scala a déjà été invité à l'Opéra de Marseille, plus récemment dans Maria Stuarda (Roberto) en 2016, il sera de retour dans La Traviata (Alfredo) en décembre prochain et dans Rigoletto (Le Duc de Mantoue) en juin 2019.

.
 

Nicola ULIVIERI, basse Douglas

Nicola Ulivieri a une présence constante sur la scène internationale. Doté d’une voix particulièrement belle et d’une fine technique, il est un interprète exquis du belcanto grâce notamment à sa belle présence scénique.

Il est présent sur les plus grandes scènes italiennes (la Scala de Milan à diverses occasions, le Teatro Regio de Turin, La Fenice de Venise, l’Opéra de Rome, le San Carlo de Naples, l’Accademia di Santa Cecilia de Rome, le Teatro Verdi de Trieste, les Teatro Comunale de Bologne, Florence, le Teatro Massimo de Palerme, le Teatro Carlo Felice de Gênes, le Teatro Filarmonico de Vérone, le Rossini Opera Festival de Pesaro) et internationales (le Metropolitan opera de New York, le Salzburger Festspiele, le Festival d’Aix en Provence, le Theater an der Wien, le Washington Opera, le Teatro Real de Madrid, le Liceu de Barcelona, Festival International d’Edimbourg, La Monnaie de Bruxelles, l’Opéra National de Lyon, le Welsh National Opera, le Los Angeles Opera, le Teatro Colon de Buenos Aires, le Festival Musica de Strasbourg, le Palau de les Arts de Valencia, le Teatro Sao Carlos de Lisbonne, le Staatsoper de Hambourg, Festival de Musique de Dresde, le Wiener Konzerthaus). En concert on a pu l’entendre avec les Royal Philharmonic, Munich Philharmonic, Israeli Philharmonic Orchestras and les orchestres de Radio France.

Il s’est produit sous la direction de chefs tels que Claudio Abbado, Zubin Mehta, Kent Nagano, Daniele Gatti, Nikolaus Harnoncourt, András Schiff, Michele Mariotti, Daniel Harding, Jesús Lopez Cobos, Gianandrea Noseda, Jordi Savall, Fabio Luisi, Lu Jia, Daniel Oren, Marcello Viotti, Alain Lombard, Rinaldo Alessandrini, Roberto Abbado, Carlo Rizzi, Gianluigi Gelmetti, James Conlon.

La critique italienne lui décerne le prestigieux prix Premio Abbiati pour ses interprétations de Mozart.

Récemment, il s’est produit dans Co fan tutte au Teatro Comunale de Bologne et à La Scala, Don Giovanni à Turin, Il Viaggio a Reims à l’Opéra d’Amsterdam, I Puritani au Regio de Turin, Die Zauberflöte à Bologne, La Sonnambula à Paris, Don Giovanni à Trieste, L’Italiana in Algeri à Trévise et Ferrara, Benvenuto Cellini à Rome, Il Barbiere di Siviglia à Bilbao, Norma à Macerata, Rosmonda d’Inghilterra à Florence et Bergame, Il Viaggio a Reims à Copenhague et Rome; I Puritani à Montpellier, Il Barbiere di Siviglia à Dresde, Roméo et Juliette à Barcelone, La Sonnambula à Muscat et Turin, I Puritani à Palerme.

Parmi ses tout derniers et futurs engagements : L’Italiana in Algeri à Trieste, Don Giovanni à Tokyo et Palma de Majorque, Ricciardo e Zoraide à Pesaro, Peter Pan à Stresa, I Puritani à Barcelone, La donna del lago à Marseille, La sonnambula à Turin, Maria Stuarda en concert à Paris...

Nicola Ulivieri est invité pour la première fois à l'Opéra de Marseille.

.
 

Rémy MATHIEU, ténor Serano / Beltram

Né à Nice, il devient membre du chœur des Petits Chanteurs de Monaco à l'âge de sept ans.
Il fait ses études au Conservatoire de Nice et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Françoise Pollet et Hélène Lucas. Dans le cadre du programme d'échange Erasmus, il intègre la classe de Francisco Araiza à Stuttgart.

Au cours de son cursus, il a participé à de nombreuses masterclass avec Alain Garichot, Christian Himmler, Udo Reinemann, Françoise Leroux, Rosemary Joshua, Jean Paul Fouchécourt et encore Thomas Moser.

Il fait ses premiers pas comme soliste avec l’Ensemble Justiniana dans Renard de Stravinsky (Le Coq). Il se produit par la suite dans West side story (Tony) de Bernstein avec les Solistes de Lyon - Bernard Tétu. Il participe à de nombreux concerts autour des passions et des cantates de Bach avec les ensembles « Musica » et « Les Surprises ».

Il a été membre du Studio de l’Opéra de Lyon avec lequel il a fait ses premiers pas sur la grande scène lyonnaise avec les rôles de Moustique dans La Petite renarde rusée de Janáček, Premier personnage / Premier surveillant dans Claude de Thierry Escaich et Robert Badinter (mise en scène d’Olivier Py et dirigé par Jérémie Rhorer), Monostatos dans Die Zauberflöte de Mozart , Le Premier commissaire dans Dialogues des Carmélites de Poulenc, The Tender Land de Copland.

Par la suite il a été engagé pour les rôles d’Eduardo dans La Cambiale di Matrimonio de Rossini (Opéra Royal de Versailles) ; il fait ses débuts au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles dans le rôle de Laërte dans Hamlet d’Ambroise Thomas, sous la direction de Marc Minkowski et dans une mise en scène d’Olivier Py, Max dans Fantasio et Kekikako dans Ba-Ta-Clan d’Offenbach (Festival Montpellier Radio France), Comte Albert dans Die Tote Stadt à Nantes et Nancy, Roland dans Les Chevaliers de la table ronde (Bordeaux, Nantes, Massy,Toulon), Piquillo dans la Périchole à l’Odéon de Marseille.

Parmi ses récents et futurs engagements, il joue l’Ermite dans Geneviève de Brabant à Nancy, le Messager dans Aida à Massy, Giuseppe dans La Traviata aux Chorégies d’Orange, le Chevalier de la Force dans Dialogues des carmélites à Avignon, La Périchole aux Festivals de Salzbourg et Festival Montpellier Radio France, le rôle de Mochkou dans Kassia à Montpellier, Siébel dans Faust à Reims et Metz…

Rémy Mathieu a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Hamlet (Laërte) en 2016.