Vous êtes ici

Biographies - La Flûte Enchantée

.

 

LAWRENCE FOSTER, direction musicale

De 1998 à 2001, Lawrence Foster occupe le poste de Directeur artistique du Festival Georges Enescu à Bucarest. Il a également été Directeur musical de l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne (pendant plus de sept ans), du Festival d’Aspen, de l’Opéra Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon ; des Orchestres Symphoniques de Jérusalem, Houston, Barcelone ; du Philharmonique de Monte-Carlo et de l’Orchestre de Chambre de Lausanne.

Invité des grandes maisons d’opéra à travers le monde, c’est en 2008 qu’il est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille pour diriger Salammbô du compositeur marseillais Ernest Reyer. Il assure ensuite la direction de plusieurs ouvrages : Wozzeck, La Chartreuse de Parme, Le Roi d’Ys, Cléopâtre, Les Troyens, Der fliegende Holländer, Falstaff, Così fan tutte, Hamlet, Don Carlo, Ernani, Faust. En 2013, il est récompensé par l’Orphée d’Or de l’Académie Nationale du Disque Lyrique pour son enregistrement de L’Étranger de d’Indy avec l’Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon. En 2014-2015, il est invité à diriger l’Orchestre National de Lyon, les Orchestres Philharmoniques de Copenhague, de Monte-Carlo et de Hong Kong, les Orchestres

Symphoniques de Dallas et de Montréal, le Danish National Symphony Orchestra…

Dans le cadre des saisons symphoniques de l’Opéra de Marseille, il dirige à nouveau l’Orchestre en de nombreuses occasions (week-end inaugural de MP 2013, cinquantième anniversaire de la disparition de Jean Cocteau et Francis Poulenc, la IXème Symphonie, l’intégrale des Concertos pour piano de Beethoven, concerts du Nouvel An...).

Il a été nommé au poste de Directeur artistique et Chef principal de l’Orchestre Symphonique National de la Radio Polonaise (Narodowa Orkiestra Symfoniczna Polskiego Radia) avec prise de fonctions le 1er septembre 2019.

Récents et futurs engagements : La Chute de la Maison Usher à San Francisco, des concerts aux Festivals de Bad Kissingen, Rheingau, la Roque-d’Anthéron, des enregistrements pour Pentatone avec l’Orchestre Philharmonique de Marseille, Madama Butterfly à Cardiff, Mathis der Maler au Festival Georges Enescu, Le Nozze di Figaro et Peter Grimes à Francfort, Street Scene à l’Opéra de Monte-Carlo…

Lawrence Foster sera de retour pour diriger l’Orchestre Philharmonique de Marseille dans le cadre de la saison symphonique 2019-2020.

 

 

NUMA SADOUL, mise en scène

Né à Brazzaville en 1947.

Au théâtre, Numa Sadoul crée ses propres pièces telles que Oratorio concentrationnaire (Europe, 1968 / 1970), Le Sang des feuilles mortes (Festival de Lyon, 1982), Reflets d'Hélène (Lyon, 1987), Aaron (Nice, 1995), Retour à Nagasaki (Bordeaux, 2003)… Quelques rôles depuis 1966, Antigone d'Anouilh, Othello de Shakespeare, Montserrat de Roblès, Inconnu à cette adresse de Taylor… Quelques mises en scène, Les Bonnes de Genet, Othello de Shakespeare, Le Cirque volant de Monty Python, Le Voyageur sans bagage d'Anouilh, Ondine de Giraudoux, Salomé de Wilde, Le Legs de Marivaux…

Il dirige la troupe des Enfants Terribles, à Saint-Paul de Vence depuis 1999.
Depuis 1997, il anime de nombreux ateliers théâtre en Côte d'Azur.

Il fait ses débuts à l’opéra en 1977, avec Parsifal à Lyon et à l'Opéra du Rhin. Il monte ensuite, entre 1978 et 1995 : Salomé et Le Fou à Lyon et à l'Opéra du Rhin ; Lohengrin et Eugène Onéguine à l'Opéra du Nord ; Turandot par deux fois et L’Incoronazione di Poppea à Marseille ; Hänsel und Gretel à l'Opéra du Rhin ; Die Zauberflöte à Nantes. Dans cette maison, il monte en 2000 la comédie musicale de Hahn et Guitry, Ô mon bel inconnu. La même année, il écrit et réalise à l'Opéra National de Bordeaux, la comédie-opéra Bianca Castafiore Le Récital, qu'il reprend en 2001. Il donne sa première Madama Butterfly à Marseille en 2002, puis à Bordeaux l’année suivante, à Toulon en 2004, à Metz en 2005, et de nouveau à Marseille en 2007. Les Opéras de Toulon et de Metz le réinvitent en 2007 et 2009, respectivement pour une nouvelle production de Orphée et Eurydice et Don Giovanni. Retour à Bordeaux en 2011, Toulon en 2012, pour des reprises de Madama Butterfly. En novembre 2016, nouvelle production de Die Zauberflöte à l’Opéra de Nice.

Écrivain, plus d’une trentaine d'ouvrages parus depuis 1970 en roman, poésie, théâtre, essai, BD, entretien BD. Son autobiographie sort en 2017 : 40 ans à l’opéra, Égo-Dictionnaire de l’art lyrique.

Numa Sadoul a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, la dernière fois pour Madama Butterfly en 2016.

 

 

PASCAL LECOCQ, décors et costumes

Pascal Lecocq est un peintre et scénographe français, auteur d'une thèse de doctorat sur le décor d'opéra (1985), il a travaillé comme assistant-metteur en scène, décorateur et créateur de costumes dans différents opéras en France et en Belgique (Lohengrin, Der Ring, Parsifal, Tosca, La Traviata et en 2016 à l’Opéra de Nice pour La Flûte enchantée mise en scène par Numa Sadoul). Il a également mis en scène Der Freischütz de Carl Maria von Weber à l’Opéra royal de Wallonie à Liège, en Belgique, en 1991. Il poursuit sa carrière de peintre aux USA où il réside depuis 2003.

Pascal Lecocq a déjà été invité à l’Opéra de Marseille pour Valses de Vienne en 1992.

 

 

PHILIPPE MOMBELLET, lumières

Éclairagiste de spectacles vivants, Philippe Mombellet commence sa carrière dans les années 80 auprès de nombreuses compagnies de danse et de théâtre. Il collabore notamment avec Félix Blaska, Maurice Bénichou, Maguy Marin, Jacques Rosner, Claude Brumachon, Jean-Claude Gallota, Pierre Debauche, Richard Fornas, etc.

Il participe à la création lumière d’une soixantaine d’opéras en France et à l’étranger, comme Lucia di Lammermoor, La Bohème, Eugène Onégine, Faust, Le Crépuscule des Dieux, Don Giovanni, La Khovantchina, Parsifal, La Traviata, Boris Godounov, De la Maison des morts, Don Carlo, Lohengrin, Norma, Wozzeck, La Vie parisienne, etc.

A partir de 1992, il œuvre à la mise en place d’une formation de DMA pour régisseur lumière à Nantes, qu'il suivra jusqu'en 2012 en tant qu’intervenant.

En 1998, il crée la société Ponctuelle Light Design pour y appliquer son savoir-faire de concepteur lumière et l’adapter à l’éclairage architectural et muséographique. Convaincu que la magie naît de la rencontre de la lumière et du volume, lui et ses collaborateurs inventent des éclairages destinés à valoriser les espaces.

Parmi les projets importants réalisés au sein de son agence, on peut compter la mise en lumière de la reconstitution de la Grotte Chauvet 2 en Ardèche et du Muséoparc d’Alésia ; mais aussi des projets à plus petite échelle comme le Musée historique de la Ville de Saint-Denis, le Clos Lucé à Amboise, le grand salon des Invalides, ainsi que de nombreuses expositions : Churchill / De Gaulle, Chevaliers et Bombardes, Pie VII face à Napoléon, Napoléon, Images de la légende, Dans les mailles du filet, Gauguin l’alchimiste, Fukami, etc.

Parallèlement à son agence, qui a fêté ses 20 ans, il a toujours gardé un pied dans le monde de l’opéra, production de Madame Butterfly à l’Opéra de Bordeaux, Toulon sous la direction du metteur en scène Numa Sadoul et la création de La Flûte enchantée pour l’Opéra de Nice en 2016.

Philippe Mombellet a déjà été invité à l’Opéra de Marseille pour Madama Butterfly en 2016.

 

 

ANNE-CATHERINE GILLET, soprano rôle : Pamina

Née en Belgique, Anne-Catherine Gillet commence sa carrière très jeune au sein de la troupe de l’Opéra royal de Wallonie. Elle chante ses premiers rôles principaux au Capitole de Toulouse, puis dans les maisons les plus prestigieuses à l’international : Opéra de Lausanne, Bolchoï, Opernhaus de Zurich, La Monnaie de Bruxelles, Opéra royal de Wallonie, Opéra de Monte-Carlo, Théâtre des Champs-Élysées, Opéra de Paris, Opéra de Bordeaux…

Elle a travaillé avec des chefs de renom tels que Alain Altinoglu, Marco Armiliato, Jesús López Cobos, Patrick Davin, John Eliot Gardiner, Emmanuelle Haïm, Philippe Jordan, Jacques Lacombe, Louis Langrée, Jean-Claude Malgoire, Marc Minkowski, Kent Nagano, Günter Neuhold, Kazushi Ōno, Jean-Yves Ossonce, Antonio Pappano, Evelino Pido, Michel Plasson, Georges Prêtre, Carlo Rizzi, Marc Soustrot…

On la retrouve dans les grands rôles baroques (Poppea - L’incoronazione di Poppea, Aricie - Hippolyte et ArIcie) aussi bien que dans le répertoire français (Juliette - Roméo et Juliette, rôles-titre de Cendrillon et Manon, Leïla - Les Pêcheurs de perles, Blanche - Dialogues des Carmélites, Mélisande - Pelléas et Mélisande, Héro - Béatrice et Bénédict), italien (Gilda - Rigoletto, Oscar - Un Ballo in maschera), ou mozartien (Despina - Così fan tutte, Susanna - Le nozze di Figaro, Pamina - Die Zauberflöte)…

Parmi sa discographie, citons notamment le CD de L’Aiglon sous la direction de Kent Nagano (Decca), le CD Barber-Berlioz-Britten enregistré avec l'Orchestre Philharmonique royal de Liège (AEON), Rodrigo de Händel (Naïve)…

Parmi ses projets : La Clemenza di Tito (Servilla) au Liceu de Barcelone, L’Incoronazione di Poppea (Poppea) au Théâtre des Champs-Élysées, Fortunio (Jacqueline) à l’Opéra Comique, Les Pêcheurs de perles (Leïla) au Théâtre du Capitole de Toulouse, Falstaff à la Monnaie de Bruxelles, Les Boréades de Rameau (Alphise) à Berlin mais également La Fille de Madame Angot (Clairette) avec le Palazetto Bru Zane…

Anne-Catherine Gillet a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Le Nozze di Figaro (Susanna) la saison dernière.

 

 

SERENAD UYAR, soprano rôle : La Reine de la Nuit

La soprano franco-turque, Serenad Uyar, est lauréate de plusieurs Concours internationaux (AsLiCo, DEBUT 2006, ALDECA, Leyla Gencer). 

Elle fait partie pendant quelques saisons de la troupe du Deutsche Oper de Berlin, ce qui lui permet d’aborder les grands rôles du répertoire tels que notamment La Reine de la Nuit (La Flûte enchantée), rôle qu’elle reprendra au Staatopser et au Komische Oper de Berlin, à Mannheim, Düsseldorf, Stuttgart, Salzbourg, Liège, Amsterdam, Bruxelles, Rome, Barcelone, Lisbonne, Tirana, Copenhague, Marseille, Vichy, Nantes ; Donna Anna (Don Giovanni) à Bari, Gand, Kiel, Hambourg, Lucia (Lucia di Lammermoor) à Florence, Gozo, Düsseldorf, Toulon, Dijon, Massy, Padoue, Rovigo, Tel Aviv ; Gilda (Rigoletto) à Karlsruhe ; Violetta (La Traviata) à Lecce, Istanbul, Clermont-Ferrand et Sœur Constance (Dialogues des Carmélites).

Son répertoire comprend également des rôles tels que Larissa dans Il Trionfo di Clelia de Glück (Athènes, Bologne), le rôle-titre de Manon de Massenet (Nantes), Juliette dans Roméo et Juliette (Sassari), Mimi dans La Bohème (Ankara), le rôle-titre de Rusalka (Tours), les rôles d’Olympia, Antonia, Giulietta et Stella dans Les Contes d’Hoffmann (Fribourg, Massy, Clermont-Ferrand).

La saison passée elle a chanté Violetta (La Traviata au Festival international d’Istanbul et à Clermont-Ferrand, Laura (Armgard dans la version allemande) dans la création mondiale de la version Française des Fées du Rhin à Tours et à Bienne en Suisse ainsi que La Reine de la Nuit à Düsseldorf.

Parmi ses projets : Leïla (Les Pêcheurs de Perles), Cio Cio San (Madama Butterfly) ou Violetta (La Traviata) en France et en Europe…

Serenad Uyar a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Lucia di Lammermoor (rôle-titre) en 2014.

 

 

ANAÏS CONSTANS, soprano rôle : La 1ère Dame

Diplômée du Conservatoire de Toulouse (classe de Jacques Schwarz), Anaïs Constans étudie au CNIPAL et reçoit plusieurs prix de concours. Elle se produit en concerts et oratorios avec Michel Piquemal, Laurence Equilbey, Anass Ismatt, Hervé Niquet, Gilles Colliard, Rinaldo Alessandrini, Marc Soustrot, Nathalie Stutzmann...

A l’opéra, elle se produit à Saint-Étienne, Nancy, Toulon, Toulouse, au Festival de Saint Céré, Angers Nantes Opéra, Monte-Carlo, Bordeaux et aussi en tournée avec la Compagnie Les Brigands. Elle débute à l’Opéra de Paris dans le rôle de Berta (Il Barbiere di Siviglia)et chante sa première Micaela au Capitole de Toulouse, puis Marie (La Fille du Régiment) au Festival des Folies d’O à Montpellier, La Flûte enchantée au Festival de Peralada, dans Siberia de Giordano au Festival Radio France Occitanie Montpellier.

En récital, elle se produit à Venise, au Palazetto Bru Zane et avec le guitariste Thibaut Garcia, à Montpellier. Elle a récemment participé au Théâtre des Champs-Élysées à un ouvrage d’Offenbach et fut le rôle-titre de Cendrillon de Isouard à Saint-Étienne.

Parmi ses projets : de nouveau Cendrillon à Caen, Paris, Marie et en récital à Avignon, sa première Blanche de La Force (Dialogues des Carmélites) au Capitole, Leila (Les Pêcheurs de perles) à Toulon, La Carmélite de Reynaldo Hahn et Sophie (Werther) à Monte-Carlo...

Anaïs Constans a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Lakmé (Ellen) en 2017.

 

 

MAJDOULINE ZERARI, mezzo-soprano rôle : La 2ème Dame

Majdouline Zerari débute l’apprentissage du chant, à l’âge de neuf ans. Après un DEUG de Musicologie ; le CNM de Lyon (classes de F. Pollet, H. Lucas) ; les cours de M. Honig, Y. Minton, T. Krause et D. Syrus ; le CNIPAL de Marseille ; l’Académie Européenne du Lied et de Musique Contemporaine d’Aix-en-Provence ; le nouvel Opéra Studio de l’Opéra National de Lyon, elle est Finaliste du XIIIème Concours Européen de Chant de Mâcon en 2006 (2ème prix de Mélodie Française et 2ème prix d’Opéra).

Rapidement, elle est invitée à l’Académie Baroque Européenne d’Ambronnay (Architecture – Les Arts Florissants de Charpentier sous la direction de Christophe Rousset, rôle-titre de Dido and Æneas, rôle-titre de Maria-XIXème-Star) ; à l’Opéra National de Bordeaux sous la direction de Pablo Heras Casado et à l’Opéra de Lausanne sous la direction d’Emmanuel Joel-Hornak (Mastrilla et Frasquinella dans La Périchole), avec Opéra Fuoco sous la direction de David Stern (Cornelia – Giulio Cesare et Aglatida- Zanaida de Bach) au Bachfest de Leipzig, au Konzerthaus de Vienne (CD Zig-Zag Territoires) et à Shanghai. On l’entend ensuite dans Berta Il Barbiere di Siviglia à l’Opéra de Vichy sous la direction de Jean-Yves Ossonce) ; La Mère, la Tasse Chinoise et la Libellule (L’Enfant et les sortilèges) et Die dritte Zofe (Der Zwerg) à l’Opéra National de Lyon. Invitée régulière du Festival d’Aix-en-Provence, elle y incarne La Bergère, la Chatte et l’Écureuil (L’Enfant et les sortilèges), Eurite et Verita (Elena de Cavalli sous la direction de Leonardo García Alarcón) ; Ljubica (Svadba d’Ana Sokolović) à l’Opéra de Luxembourg), ainsi que 2nd Witch (Dido and Æneas). Membre de l’Opéra de Rouen, elle se produit dans La Mère (Les Contes d’Hoffmann), La Mère et la Sorcière (Hänsel und Gretel), Tisbé (La Cenerentola), Miyagi (Contes de la lune vague après la pluie de Xavier Dayer - ainsi qu’à l’Opéra-Comique), Alisa (Lucia di Lammermoor), Madame Sharma (Milo et Maya - ainsi qu’au Théâtre de Magdebourg), le rôle-titre de Djamileh (ainsi qu’à Caen), Zobeide (Ali Baba)...

Ces dernières saisons, on a pu l’applaudir dans Mallika (Lakmé) à l’Opéra de Tours ; La Reine (La Princesse légère) à l’Opéra de Lille et l’Opéra-Comique) ; Hermia (Le Songe d’une nuit d’été) sous la direction de Benjamin Pionnier et Laura (Iolanta) à Tours ; Geneviève (Pelléas et Melisande – en version de concert) et Porte 8 à l’Opéra-Comique ; Curra (La Forza del destino) à l’Opéra National de Paris...

En concert, elle se produit avec l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et Péter Eötvös au Festival Présences ; à l'Hostel-Dieu ; avec les Solistes de Lyon-Bernard Tétu ; au Festival Musique en Côte Basque; etc.

Parmi ses projets : de nombreux concerts...

Majdouline Zerari a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans Lakmé (Mallika) en 2017.

 

 

LUCIE ROCHE, mezzo rôle : La 3ème Dame

Lucie Roche est née à Marseille, elle y a suivi le cursus du conservatoire et étudié au CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle des Artistes Lyriques). Elle est depuis invitée pour les rôles de : la Maman, la Tasse chinoise, la Libellule (L’Enfant et les Sortilèges au Festival d’Aix-en-Provence, Angers Nantes Opéra) ; Carmen (Opéra de Daegu – Corée du Sud) ; Nicklausse, la Muse (Les Contes d’Hoffmann à l’Opéra de Saint-Étienne) ; Soeur Mathilde et Mère Jeanne (Dialogues des Carmélites au Théâtre des Champs-Élysées et à l’Opéra de Bologne) ; Waltraute et
Grimgerde (Die Walküre au Grand Théâtre de Genève et à l’Opéra de Marseille) ; Klementia (Sancta Susanna au Festival de Musiques Interdites) ; Dryade (Ariadne auf Naxos à l’Opéra National de Lorraine) ; une Fille fleur (Parsifal à l’Opéra de Nice) ; la Première Magd (Elektra à l’Opéra de Marseille) ; la Troisième Dame (La Flûte Enchantée aux Opéras de Toulon et Marseille) ; Olga (Eugène Onéguine à l’Opéra de Rennes) ; la Princesse Clarice (L’Amour des Trois Oranges aux Opéras de Dijon et Limoges) ; Madame Flora (The Medium au Festival de Sédières) ; Alisa (Lucia di Lammermoor) et Marie (Moïse et Pharaon) à l’Opéra de Marseille… ainsi que pour la recréation de L’Oristeo de Cavalli avec le Concerto Soave. En 2015 elle crée le rôle de la Mère au Festival d’Aix-en-Provence dans Le Monstre du Labyrinthe de Jonathan Dove sous la direction de Sir Simon Rattle. En 2017 Hervé Niquet et Le Concert Spirituel l’invitent pour la recréation des Amants Magnifiques de Molière et Lully, en tournée en France. Elle a interprété lors de festivals et saisons symphoniques : L’Amour Sorcier de De Falla, Elias de Mendelssohn, la Missa Solemnis de Beethoven, le Requiem de Duruflé, la Petite Messe solennelle et le Stabat Mater de Rossini, le Requiem et la Messe du Couronnement de Mozart, le Gloria et le Dixit Dominus de Vivaldi, le Stabat Mater de Pergolese, le Messie et le Dixit Dominus de Haendel, Les Sept dernières paroles du Christ de Haydn… ainsi que les Knaben Wunderhorn de Mahler.
Parmi ses projets : la reprise des Amants Magnifiques avec le Concert Spirituel à Reims et Tourcoing, Dulcinée de Don Quichotte à l’Opéra de Saint-Étienne, La Princesse Clarice de L’Amour des Trois Oranges à L’Opéra National de Lorraine, La Messe du Couronnement de Mozart à l’Opéra d’Avignon…
 
Lucie Roche a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, la dernière fois dans Madame Chrysanthème (Madame Prune) en 2016.

 

 

CAROLINE MENG, mezzo-soprano rôle : Papagena

Après avoir obtenu ses premiers prix de piano et de musique de chambre, Caroline Meng, formée par Malcolm Walker et lancée par David Stern, interprète de nombreux rôles en France et à l'étranger : Zerlina (Don Giovanni) à l’Opéra royal de Versailles, Dorabella - Così fan tutte dirigé par David Stern, Didon - Dido and Æneas au Théâtre des Champs-Élysées ainsi que la 1st Witch, 2nd Witch et 2nd Woman du même opéra au Concertgebouw d’Amesterdam, au Bozar de Bruxelles, aux Opéras de Liège et de Rouen (DVD Alpha), Ismène (Orpheus de Telemann) à la Cité de la Musique et à l’Opéra du Théâtre de Magdebourg, Bellezza et Hero (Egisto de Cavalli à l’Opéra-Comique dans une mise en scène de Benjamin Lazar et sous la direction de Vincent Dumestre) ; L'impératrice Cesonia (Caligula de Pagliardi - Poème Harmonique et Pupi de Palerme de Mimmo Cuticchio), le Renard et le Coq (La Petite Renarde rusée sous la direction de Laurent Cuniot) avec l’Arcal ; Tisbé (La Cenerentola sous la direction d’Edmon Colomer) et Glasa (Katia Kabanova) sous la direction d’Alexander Briger, mise en scène de Nadine Duffaut) à l’Opéra de Toulon...

Engagée dans la création contemporaine, elle collabore avec l'IRCAM à la Cité de la Musique, au BFM de Genève. Elle se produit également dans le répertoire sacré dont récemment La Messe du sacre de Napoléon de Méhul avec Les Siècles (direction François-Xavier Roth) notamment Concertgebouw d’Amesterdam.

En récital, elle se produit avec la pianiste Fériel Kaddour.

Parallèlement à ses prestations d’artiste lyrique, Caroline Meng est chef de chant au CRR de Paris et appartient à l'équipe pédagogique du chœur d'enfants Sotto Voce dirigé par Scott Allan Prouty.

Parmi ses enregistrements : Deux visages avec le saxophoniste Jean Pierre Baraglioli ; Psalm de Machuel avec Laurence Equilbey et Geoffroy Jourdain ; Le Concert royal de la Nuit (Correspondances - Sébastien Daucé, Harmonia Mundi) ; Phèdre (La Belle-mère amoureuse, parodie d'Hippolyte et Aricie de Rameau (CMBV) ; Le Ventre de Paris et Il Était une fois (Palazetto Bru Zane, Quatuor Giarnini, Outhere / Alpha Classics), Mlle Herpin (Les P’tites MichuLes Brigands - Palazetto Bru Zane).

Parmi ses récents et futurs projets : Caligula, le Concert royal de La Nuit en Chine, Il Était une fois à Montréal, des airs de Carmen avec l’Australian World Orchestra en Inde, Octavian (Der Rosenkavalier - version de concert) avec le Sydney Youth Orchestra dirigé par Alexander Briger) ; la 3ème Dame (Die Zauberflöte) à l’Opéra de Lille notamment ; avec le Poème Harmonique pour la tournée et l’enregistrement de Neptune (Coronis de Duron - mise en scène de Omar Porras…

Caroline Meng a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille dans Boris Godounov (Fiodor) en 2017.

 

 

CYRILLE DUBOIS, ténor rôle : Tamino

Cyrille Dubois découvre le chant à la Maîtrise de Caen (Direction Robert Weddle) à sept ans en tant que sopraniste. Après des études scientifiques, il entre au CNSMD de Paris dans la classe d’Alain Buet (1er Prix mention très bien en 2010) puis se perfectionne à l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris. En 2015, il est la « Révélation Artiste Lyrique » des 22èmes Victoires de la Musique.

Rapidement, on peut l’entendre sur les scènes de La Scala de Milan (Nathanaël – Les Contes d’Hoffmann) ; la Monnaie de Bruxelles (Azor – La Dispute de Benoît Mernier) ; du Théâtre des Champs-Élysées (Almaviva - Il Barbiere di Siviglia sous la direction musicale de Sir Roger Norrington) ; Marzio - MITRIDATE avec le Concert d’Astrée dirigé par Emmanuelle Haïm (DVD) ; l’Opéra de Saint-Étienne (Gérald - Lakmé) ; du Festival de Glyndebourne (Gonzalve – L’Heure espagnole) ; des Opéras de Lyon et Monte-Carlo (Belmonte - Die Entführung aus dem Serail) ; l’Opéra National de Paris (Oronte – Alcina, Le Laboureur – Le Roi Arthus de Chausson, Brighella – Ariadne auf Naxos, Lucien de Rubempré - Trompe-la-Mort de Luca Francesconi, Ferrando - Così fan tutte, Tavannes et le 1er Moine – Les Huguenots, Iopas - Les Troyens) ; l’Opéra National de Lyon et du Festival international d’Édimbourg (Don Ramiro – La Cenerentola) ; l’Opéra royal de Wallonie et l’Opéra-Comique (Horace - Le Domino noir) ; l’Opernhaus de Zurich (rôle-titre d’Hippolyte et Aricie)...

Lauréats du Concours Lili et Nadia Boulanger et Triples Lauréats du Concours de Musique de Chambre de Lyon 2013 avec Tristan Raës, son partenaire du Duo Contraste, ils se produisent sur les plus grandes scènes européennes et enregistrent Clairières dans le ciel, un programme autour des musiciens de la Grande Guerre (Hortus éditions, 2014) et O Lieb ! dédié à Liszt (Aparté, automne 2019).

Il collabore également avec Anne Le Bozec, Jeff Cohen, Michel Dalberto et Nicolas Stavy.

En concert, il se produit sous la direction de Thomas Engelbrock (Orchestre de Paris) ; Laurence Equilbey (Insula Orchestra)  ; Ivor Bolton (Sinfonieorchester de Basel) ; Raphaël Pichon (Ensemble Pygmalion)  ; Christophe Rousset (Les Talens Lyriques) ; Philippe Jordan (Vienna Symphonic Orchestra)...

Parmi ses récents et futurs projets : Ruodi - Guillaume Tell (Chorégies d’Orange) ; Nadir - Les Pêcheurs de perles (Opéra royal de Wallonie) ; Fortunio (Opéra-Comique) ; Le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites Festival de Glyndebourne...

Sa discographie comprend déjà près d’une trentaine d’enregistrements.

Cyrille Dubois a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Les Caprices de Marianne (Coelio) en 2015.

 

 

PHILIPPE ESTÈPHE, baryton rôle : Papageno

Philippe Estèphe étudie le chant auprès de Lionel Sarrazin. Invité par l’Orchestre Philharmonique d’Aquitaine, il fait ses débuts avec les rôles de Papageno (Die Zauberflöte), Escamillo (Carmen), Albert (Werther), Don Giovanni, rôle repris avec la Compagnie Opéra Eclaté ainsi que Enée (Dido and Æneas), Frédéric (Lakmé), Bobinet (La Vie parisienne), Belcore (L’Elisir d’amore), Figaro (Le Nozze di Figaro).

Il chante Guglielmo (Così fan tutte) à Limoges, le Comte (Chérubin), Dédale (Le Monstre du Labyrinthe de J. Dove) à Montpellier, Taddeo (L’Italiana in Algeri) à Saint-Étienne, Dandini (La Cenerentola) à Tours et Cologne, Spark (Fantasio) à l'Opéra-Comique, Genève et Rouen, Peer Gynt à Limoges et Montpellier, Gaston (Les P'tites Michu) à Angers Nantes Opéra et au Théâtre de l'Athénée, Raimbaud (Le Comte Ory) à Rennes et Rouen, Brétigny (Manon) à Bordeaux, Neptune / Argus (Isis de Lully) avec les Talens Lyriques au Festival de  Beaune.

Parmi ses futurs projets : Papageno (Die Zauberflöte) à Toulouse, Neptune / Argus (Isis de Lully) avec les Talens Lyriques à Paris, Versailles et Vienne, Gaston (Les P'tites Michu) à Tours, L’Incoronazione di Poppea au Théâtre des Champs-Élysées, Spark (Fantasio) à l'Opéra-Comique...

Philippe Estèphe est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

WENWEI ZHANG, basse rôle : Sarastro

Né à Dailan (Chine), Wenwei Zhang effectue ses études musicales au Centre d’Opéra Théâtre et Danse de Liaoning, puis est admis au CNIPAL à Marseille . Il remporte le 3ème Prix du Concours Operalia / Domingo 2009.

Il participe à la création de Divorzio all’italiana de Battistelli à Nancy. Il obtient un succès public et critique au Festival de Montpellier dans Orosmano (Zaïra de Bellini). Pendant la saison 2009 / 2010, il est membre de l’Opéra Studio de Francfort et chante par ailleurs Le Fauteuil et l’Arbre (L’Enfant et les Sortilèges) à Nancy, Lord Rochefort (Anna Bolena) à Munich.

Entre 2011 et 2017, on a pu l'entendre en Larkens (La Fanciulla del West) et Der 2. Geharnischter (Die Zauberflöte) aux Opéras de Paris et Francfort, Osmin (Die Entführung aus dem Serail), Filippo II dans Don Carlo à Dortmund, Varlaam (Boris Godunov), Daland (Der fliegende Holländer) à Dortmund et Pékin, Sarastro à Bordeaux, Oroveso (Norma) et Colline (La Bohème) à Dortmund, Ferrando (Il Trovatore) à Bordeaux, 5. Jude (Salome) à Monte-Carlo, Le Comte des Grieux (Manon), Ferrando (Il Trovatore) à Dortmund, Il Grande Inquisitore (Don Carlo) à Bordeaux…

Depuis 2014, il est membre de la troupe de l’Opéra de Zurich où il est programmé dans Oroveso (Norma), Wurm (Luisa Miller), Raimundo (Lucia di Lammermoor), Ramfis (Aida), Osmin (Die Entführung aus dem Serail), Basilio (Il Barbiere di Siviglia), Varlaam (Boris Godunov), Lord Valton (I Puritani), l’Ermite (Der Freischütz), Sarastro (Die Zauberflöte), Banquo (Macbeth), Klingsor (Parsifal), Nourabad (Les Pêcheurs de Perles), Timur (Turandot), Pluton et Neptune (Hippolyte et Aricie de Rameau), Il Marchese di Calatrava / Padre Guardiano (La Forza del Destino).

Dans le cadre d’une tournée de la Komische Oper de Berlin, il chante Sarastro à l’Opéra-Comique, ainsi qu’à Séoul.

Parmi ses projets : Sarastro à New-York (Lincoln Center) et Zurich, Sparafucile (Rigoletto) à Lyon,

Ramfis (Aida), Il Commendatore (Don Giovanni) à Zurich…

Wenwei Zhang a déjà été invité à l’Opéra de Marseille dans Boris Godounov (Varlaam) en 2017.

 

 

LOÏC FÉLIX, ténor rôle : Monostatos

Remarqué dès son plus jeune âge au sein des Petits Chanteurs à la Croix de bois, Loïc Félix se consacre à l’art lyrique et étudie au CNSMD de Paris.

Son aisance vocale et scénique lui permet de s’illustrer dans un répertoire très varié sur les plus grandes scènes françaises et européennes : de Mozart à Britten, en passant par la création du Nègre des Lumières du Chevalier de Saint-George. L'opérette est l’un des terrains de prédilection de ce ténor au tempérament d’acteur, il chante dans La Vie parisienne, Les Brigands, La Grande Duchesse de Gerolstein, La Périchole, La Veuve joyeuse, Die Fledermaus

Il chante sous la baguette de L. Morlot, M. Minkowski, P. Arrivabeni, F-X. Roth, D. Parry, P. Auguin, W. Christie, K. Ono… Il collabore avec des metteurs en scène comme D. Mc Vicar, M. Makeïeff, J-F. Sivadier, J-L. Grinda, J-P. Scarpitta, C. Honoré…

Récemment, il a chanté Les Aventures du Roi Pausole à Genève, La Favorite au Théâtre des Champs-Élysées, L’Amour des trois oranges à Florence, Die Zauberflöte à Nice, Valencia et Genève, Lakmé, Le Nozze di Figaro, Turandot, Eugène Onéguine à Montpellier, Eugène Onéguine à Limoges et Tours, Lakmé à Avignon et Marseille, Hippolyte et Aricie, Carmen à Glyndebourne, Dialogues des Carmélites à Lyon, Orphée aux Enfers à Marseille et aux Folies d’O, Barbe-Bleue à Angers Nantes Opéra, Rennes et Le Mans, Tosca à Marseille, Fantasio au Festival Radio-France et Montpellier, à l’Opéra Comique, Roméo et Juliette de Berlioz à Toulouse, Stuttgart, Carmen à Venise, Werther et Barkouf d’Offenbach à Strasbourg, Maître Péronilla d’Offenbach au Théâtre des Champs-Élysées, L’Heure espagnole en tournée avec Les Siècles…

Parmi ses projets : Falstaff à Lille, à Caen et Luxembourg, Les Contes d’Hoffmann à Bruxelles, Yvonne, princesse de Bourgogne à l’Opéra de Paris, Turandot à Steinbruch, Madama Butterfly à l’Opéra National du Rhin…

Loïc Félix a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, la dernière fois dans Turandot (Pang) en 2019.

 

 

FRÉDÉRIC CATON, basse rôle : L’Orateur

Ancien membre de l'Atelier lyrique puis de la troupe de l’Opéra national de Lyon, il y interprète quatre saisons durant de nombreux rôles, tels que Colline (La Bohème), le Moine (Don Carlo), Sarastro et le Sprecher (Die Zauberflöte), Bartolo (Le Nozze di Figaro), Don Fernando (Fidelio)…

Depuis lors, il est régulièrement invité sur les scènes du monde entier : Konzerthaus de Vienne, Theater an der Wien, Barbican Center de Londres, Festival de Ravenne, Opéra de Francfort, Salzburger Festspiele, Concertgebouw d’Amsterdam, Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, Festival d’Édimbourg, le Grand Théâtre du Liceu, Grand Théâtre de Genève, Accademia Santa Cecilia à Rome, Royal Albert Hall de Londres … ainsi que dans la plupart des grandes maisons d’opéras françaises.

Parmi les nombreux enregistrements auxquels il a pris part, citons L’Enfance du Christ avec la Chapelle Royale et Philippe Herreweghe (Harmonia Mundi), Huit scènes de Faust de Berlioz avec Yutaka Sado (Erato), Werther de Massenet, La Damnation de Faust de Berlioz et Docteur Faustus de Busoni (récompensé par un Grammy Award) avec Kent Nagano (Erato), Guillaume Tell sous la direction d'Antonio Pappano (EMI), Phaëton avec les Talens Lyriques (Aparté) ou encore Les Troyens de Berlioz, dirigés par John Nelson.

Parmi ses récents et futurs projets : les rôles de Capulet (Roméo et Juliette) au Teatro alla scala de Milan, de Brander (La Damnation de Faust de Berlioz) à l’Opéra de Monte-Carlo, de l’Orateur (Die Zauberflöte) puis de Zuniga (Carmen) à l’Opéra de Marseille, de Merops (Phaéton de Lully) à l’Opéra de Nice Côte d’Azur, du Deuxième Philistin (Samson et Dalila) aux Chorégies d’Orange, de Lucifer (La Resurrezione de Haendel) avec l’ensemble Les Nouveaux Caractères à l’Opéra royal de Versailles, ou encore la partie de basse solo du Requiem de Mozart avec l’Orchestre de Mulhouse.

Frédéric Caton a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, la dernière fois dans Tosca (Angelotti) en 2005 et sera de retour dans Carmen (Zuniga) cette saison.

 

 

GUILHEM WORMS, baryton-basse rôle : le 1er Prêtre / 2ème Homme armé 

Diplômé des PESM de Dijon (classes de Pierre Mervant, Agnès Mellon et Jean-Paul Fouchécourt, 2016) et du CNSMD de Paris (classe d'Yves Sotin, 2017), Guilhem Worms remporte le Concours Talents Lyriques de Reims, Voix Sacrées marque le début de sa collaboration avec Jean-Claude Malgoire.

Son parcours l'amène à travailler également avec d’autres professionnels reconnus tels que Alain Buet, Étienne Meyer, Dominique Visse, Vincent Vittoz, Alain Altinoglu, Anne le Bozec, Yann Molenat, Olivier Dejours, Yves Lenoir, David Reiland. 

En 2017- 2018 il se fait remarquer dans les rôles de Basilio (Il Barbiere di Siviglia) dans les productions Jeune Public du CFPL aux Opéras de Rouen, Nice à l’Odéon de Marseille et du Théâtre des Champs-Élysées ; Gottfried (Les Fées du Rhin) à l’Opéra de Tours et au Théâtre Orchestre Bienne-Soleure ; Lord Rochefort (Anna Bolena) à l’Opéra National de Bordeaux ; Ein Lakai (Ariadne auf Naxos) au Théâtre des Champs-Élysées

En concert, il se produit notamment sous les directions de Jean Claude Malgoire, Vincent Dumestre, Hugo Reyne, Benoît Haller, Michel Piquemal sur les scènes des Festival Olivier Messiaen, Festival Cervantino de Mexico, Tchaikovsky Concert Hall de Moscou, Konzerthaus de Vienne, Bachfest de Leipzig, Opéra National de Bordeaux...

Parmi ses récents et futurs projets : la Passion selon St-Jean avec La Chapelle Rhénane au Festival de Froville ; des concerts avec l’Ensemble Il Caravaggio ; Helwrig (Fervaal de Vincent d’Indy) au Festival de Radio-France Occitanie Montpellier ; Leporello (Don Giovanni) à l’Opéra de Saint-Étienne) ; Basilio (Il Barbiere di Siviglia) à l’Opéra de Tours) ; ses débuts à l’Opéra National de Paris dans l’Innocent (Yvonne Princesse de Bourgogne de Boesmans, Frère Jean (Roméo et Juliette de Gounod en concert) à l’Opéra de Montpellier, et au TCE) ; Jupiter(Castor et Pollux) à l’Opéra de Munich...

Artiste engagé, il mène depuis plusieurs années un travail régulier auprès des personnes souffrant de pathologies mentales au Conservatoire de Musique des Deux Vallées et enseigne le Human Beatboxing en France et en Inde. Il est également titulaire d’une licence d'Ethnomusicologie à l'Université Paris 8 et a publié un livre "Musique sans frontière".

Guilhem Worms est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

CHRISTOPHE BERRY, ténor rôle : le 2ème Prêtre / 1er Homme armé

Après des études en architecture intérieure à l’École Boulle, Christophe Berry étudie le piano et le chant puis se perfectionne avec Jean-Marie Siougos de l’Opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur scène avec le rôle de Gontran (Les Mousquetaires au Couvent), et de Camille de Rosillon (Die Lustige Witwe).

Depuis, il est régulièrement invité sur les grandes scènes françaises, dont l’Opéra national de Bordeaux (productions d’Anna Bolena, Tristan und Isolde, Turandot, Siebel dans Faust), l’Opéra national de Lorraine (productions de L’Étoile, Wozzeck, A Midsummer Night’s Dream, Arturo - Lucia di Lammermoor, Gardefeu - La Vie Parisienne, Brighella - Ariadne auf Naxos), l’Opéra national de Paris (Rigoletto), le Festival des Chorégies d’Orange (Rigoletto et La Traviata) et à l’Opéra de Tours où il chante entre autres les rôles d’il Duca di Mantova (Rigoletto), Nicias (Thaïs) et le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites).

Parmi les autres rôles qu’il a interprétés, citons Tybalt dans Roméo et Juliette (Opéras de Tours, Lausanne, Monte-Carlo, Mascate à Oman), Camille de Coutançon (Opéras de Tours, Marseille et Lausanne), Gérald dans Lakmé (au Caire, aux Opéras de Saint-Étienne, Lausanne et Santiago du Chili), Cassio dans Otello (Opéra de Massy) et le rôle-titre de Fortunio (à l’Opéra de Limoges et de Rennes).

Récents et futurs engagement : I Masnadieri (Rolla) à l’Opéra de Monte-Carlo, La Veuve joyeuse (Camille de Contançon) et Les Cloches de Cornevilles (Grenicheux) à l’Odéon de Marseille, la création mondiale de Davel (Crousaz) de Christian Favre à l’Opéra de Lausanne, une version de concert de La Damnation de Faust (Faust) à l’Opéra de Saint-Étienne…

Christophe Berry a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, la dernière fois dans Rigoletto (Matteo Borsa) la saison dernière et sera de retour dans I Puritani (Sir Benno Robertson) cette saison.