Vous êtes ici

Biographies - Eugène Onéguine

.

 

Robert TUOHY, direction musicale

Le chef américano-irlandais Robert Tuohy est Directeur musical de l'Opéra de Limoges depuis 2013, où il a dirigé les productions de Bluebeard's Castle, Carmen, Così fan tutte, Der Freischütz, Eugène Onégine, Madama Butterfly, Les Pêcheurs de perles et Pelléas et Mélisande.

Après ses études au Cleveland Institute of Music, il étudie la direction d’orchestre à la Royal Academy of Music de Londres auprès de Colin Metters, Sir Colin Davis et George Hurst. Il obtient son diplôme avec mention « très bien » et reçoit le Prix de Direction d’orchestre « Ernest Read »,  ainsi que le prestigieux Prix DipRAM. Il participe à des masterclasses avec Sir Colin Davis, Kurt Masur et Martyn Brabbins, et dirige le London Symphony Orchestra, le BBC Scottish Symphony Orchestra, le Scottish Chamber Orchestra et le Royal Scottish National Orchestra. Il a été nommé Chef d'orchestre principal du King's College London Symphony Orchestra de 2007 à 2009, et Chef adjoint de la Cheltenham Music Festival Academy et du National Repertory Orchestra (Breckenridge, Colorado).

De 2009 à 2013, il est Chef d'orchestre adjoint aux côtés de Lawrence Foster à l'Opéra et l’Orchestre national Montpellier Occitanie. Pour l'OONM, il dirige Die Fledermaus, Rusalka, Manon Lescaut et Lakmé ; dans le cadre des saisons symphoniques, deux Concerts du Nouvel An, un spectacle de gala à l'Opéra Royal de Versailles, plusieurs premières représentations mondiales et françaises, ainsi que de nombreux concerts régionaux et de jeunes. À l'Opéra de Montpellier, il a été Chef d'orchestre adjoint sur les productions d'Aida, Il Barbiere di Siviglia, La Bohème, Don Giovanni, Elektra, La Fille du régiment, Mefistofele, Le Nozze di Figaro, Otello, Rigoletto, Samson et Dalila, Semiramide et La Traviata. Il a également travaillé en tant que Chef d'orchestre adjoint sur Die Marquise von O de René Koering à l'Opéra de Monte-Carlo.

Parmi ses récents et futurs engagements : Candide  au Théâtre des Champs-Élysées, Macbeth aux Opéras de Limoges et de Reims ; des concerts avec Nadine Sierra au Théâtre des Champs-Élysées et à l'Auditorium de l'Opéra National de Bordeaux, avec Michael Fabiano et l'Orchestre symphonique d'État «Novaya Rossiya» à la salle Tchaïkovski de Moscou, ainsi que ses débuts au Smetana Hall avec le Prague Radio Symphony Orchestra, des performances au Théâtre du Bolchoï, avec les Orchestres des Arènes de Vérone, du Théâtre Lyrique de Cagliari, Pasdeloup, Victor Hugo Franche-Comté et de l'Opéra de Reims, Ariane auf Naxos, Cendrillon, Eugène Onégine, Lakmé, Macbeth et Les Pêcheurs de perles, de nouvelles collaborations avec l'Opéra de Reims et le Théâtre des Champs-Élysées, ainsi que ses débuts à l'Orchestre national d'Île-de-France, à l'Orchestre symphonique de Prague et à l'Opéra de Toulon.

Robert Tuohy a déjà été invité à l’Opéra de Marseille plus récemment pour Lakmé en 2017 et Candide en 2018.

 

 

Alain GARICHOT, mise en scène

Douze années de régie à la Comédie Française puis treize années au sein de l’École de l’Opéra de Paris à la Direction d’acteurs, couronnées par une mise en scène des Dialogues des Carmélites au Palais Garnier en 1994 ont permis à Alain Garichot la réalisation de plus d’une vingtaine d’œuvres lyriques en France et à l’étranger. Il assure la Direction d’acteurs dans différentes institution, au CMRE auprès de José Vandam et Sophie Koch , à l'Opéra National des Pays-Bas, à la Haute École de Musique de Genève…

Alain Garichot est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Cookie CHIAPALONE, assistante à la mise en scène et chorégraphie

Après dix ans de formation classique au Conservatoire de Nice puis à Paris, notamment avec Alexandre Kalioujny, professeur du Ballet de l’Opéra national de Paris, Cookie Chiapalone choisit la danse contemporaine à l’École du Ballet-Théâtre Joseph Russillo.

Engagée par la Compagnie Théâtre du Silence (chorégraphies de Jacques Garnier, Brigitte Lefèvre, Merce Cunningham, Andy DeGroat, Maurice Béjart), elle travaille aussi avec Jean-Marc Torres, Robert Kovich, Wilfride Piollet et Jean Guizerix.

Elle aborde la danse baroque avec François Raffinot dans Caprices, et avec la Compagnie Ris et Danceries de Francine Lancelot dans Le Malade Imaginaire au Théâtre du Châtelet. Elle danse par ailleurs à l’Opéra national de Paris dans La Chauve-Souris (Strauss), La Vera Storia (Berio), La Traviata (Verdi), Les Noces de Figaro (Mozart), La Dame de Pique (Tchaïkovski) et Idoménée (Mozart), ainsi qu’au Théâtre des Champs-Élysées dans Orphée et Eurydice (Gluck). Elle se produit également dans un film de Jean Rouch, Dionysos.

Par ailleurs, elle est assistante à la mise en scène de Luis Masson dans Barbe- Bleue(Offenbach) à l’Opéra de Metz, et de Christian Gangneron sur les Nouvelles Histoires Sacrées au Théâtre de Caen. Elle reprend également la chorégraphie de L’Italienne à Alger (Rossini) dans la mise en scène d’Andrei Serban, et celle de Manon Lescaut (Puccini) dans la mise en scène de Robert Carsen à l’Opéra national de Paris.

Elle a chorégraphié Les Noces de Figaro (Mozart) mis en scène par Jean-Louis Martinoty au Théâtre des Champs-Élysées et à l’Opéra de Marseille. Puis Eugène Onéguine (Tchaïkovski) au New Israeli Opéra, L’Africaine (Meyerbeer) à l’Opéra national du Rhin, mises en scène de Jean-Claude Auvray, ainsi que Un Bal Masqué (Verdi), Opéras de Rennes, Avignon, Marseille, Nice, La Traviata (Verdi) à l’Opéra de Marseille et Manon Lescaut (Puccini) au New Israeli Opera, pour lesquels elle est aussi assistante à la mise en scène aux côtés de Jean-Claude Auvray. Avec Alain Garichot, elle est chorégraphe de Carmen (Bizet) à l’Opéra de Nancy, chorégraphe et assistante pour Eugène Onéguine (Tchaïkovski) Opéras de Nancy, Avignon, Rennes, Tours, Saint-Étienne, Genève, Angers, Nantes, Véronique (Messager) aux Opéras de Lausanne, Rennes, Nancy, Saint-Étienne, Rouen et assistante pour Pénélope (Fauré) à l’Opéra de Rennes, Madame Butterfly (Puccini) aux Opéras de Rennes, Tours, Saint-Étienne, Pelléas et Mélisande (Debussy) aux Opéras de Rennes, Nancy, Rouen.

Cookie Chiapalone a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, la dernière fois pour Un Bal masqué (chorégraphie et assistante à la mise en scène) en 2008.

 

 

Elsa PAVANEL, décors

Elsa Pavanel fait des études de scénographie à l’ENSATT. Elle commence à travailler pour la scène en 1992, avec les décors et costumes de Louise (Charpentier), I Puritani (Bellini) au Grand Théâtre de Genève et  les costumes de Jeanne au bûcher  (Honegger) au Festival Saïto Kinen de Matsumoto.

Elle signe les décors d’Eugène Onéguine en 1997, représenté dans de nombreux Opéras jusqu’en 2020, et de Tosca en 1998 à l’Opéra de Nancy dans des mises en scène d’Alain Garichot. Citons également les décors et les costumes de La Symphonie fantastique (1997), les costumes de La Chauve-souris (2000), du Barbier de Séville (2002), de Dido and Æneas (2010) de Manon (2012) à l’Opéra national de Paris.

Dans le domaine de la danse, elle crée, entre autres, les costumes des Saltimbanques (1998), Hurlevent de Kader Belarbi (2002) à l’Opéra de Paris, ainsi que ceux des ballets de Jiri Bubenicek Unereichbare örte (2005) à l’Opéra de Hambourg, L’Histoire du soldat (2014), The piano (2015), Doktor Zhivago ( 2016) à l’Opéra de Ljubljana.

Pour le théâtre, elle conçoit, entre autres,  les costumes de La Dame de chez Maxim ( Feydeau) mise en scène de Zabou Breitman (2019) ; Le Conte dhiver  (2008) ; Mangeront-ils ? (Hugo) mise en scène de Benno Besson (nomination aux Molières 2003 dans la catégorie Meilleur créateur de costumes) ; Ondine (Giraudoux) mise en scène de Jacques Weber ; L’École des femmes (2006) mise en scène par Coline Serreau ; Bérénice (Racine), Fin de partie, En attendant Godot (Beckett), L’Échange (Claudel), mises en scène de Bernard Levy. Elle a aussi travaillé avec Godefroy Ségal (Compagnie In Cauda), pour qui elle signe la majorité des décors et costumes de 1992 à 2014.

Dans le domaine du cirque, elle conçoit les costumes de Sang et or pour le cirque Zanzibar, Hip envolée hop et Cirkipop, mis en piste par Coline Serreau. 

Elsa Pavanel est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Claude MASSON, costumes

Claude Masson a tout d’abord travaillé à la restauration de costumes d’époque. En 1977, elle devient décoratrice pour diverses productions de spectacle (théâtre, opéra, télévision, cinéma). En 1984, elle ouvre un atelier de costumes dans lequel elle dirige la conception et la réalisation de ses créations. Elle participe à de nombreuses productions d’opéra.

Au cours de sa carrière, elle a signé, entre autres, les costumes de The Rakes Progress (Stravinsky), Don Giovanni et Les Noces de Figaro (Mozart) à Metz dans des mises en scène de Christian Gangneron, La Clémence de Titus (Mozart), Marie Stuart (Donizetti) et Manon (Massenet) à Genève ainsi que Così fan tutte (Mozart), Pia de’ Tolomei (Donizetti) et Anacreon (Rameau) au Teatro de la Fenice dans des mises en scène de Alain Garichot, Lucia di Lammermoor (Donizetti) et La Traviata (Verdi) avec Robert Fortune et Idomenée (Mozart) avec Jean-Claude Auvray.

Citons par ailleurs des créations contemporaines avec Roland Topor en Avignon.

À Nantes, elle a signé les costumes de Pénélope (Fauré), Armida (Rossini), Ariane à Naxos (Strauss) et du Turc en Italie (Rossini) avec Christian Gangneron et Idomenée (Mozart) et Eugène Onéguine (Tchaïkovsky) avec Alain Garichot.

Claude Masson a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille pour Mârouf, Savetier du Caire en 2000.

 

 

Marc DELAMÉZIÈRE, lumières

Éclairagiste indépendant, Marc Delamézière travaille en Allemagne, au Canada, en Chine, en France, en Grèce, en Italie, en Russie, en Suisse… Au théâtre, il accompagne des metteurs en scène comme Jean-Marie Patte au Festival d’Avignon, Théâtre de la Colline, Théâtre Hebbel de Berlin, et Armand Gatti pour notamment ses spectacles de 72 heures à Marseille, Sarcelles et Strasbourg. Il éclaire également Carnet vénitien au Théâtre Saint-Gervais de Genève, Ecrire I Roma de Marguerite Duras pour l’Odéon Théâtre de l’Europe, Carmen au Grand Théâtre de Shanghai, Gorki, l’exilé de Capri au Théâtre Cosmos de Moscou, des expositions de Roland Barthes et Samuel Beckett au Centre Georges Pompidou.

À l’opéra, il signe les lumières de nombreuses productions : Boris Godounov à l’Opéra National de Lyon, Tosca à Nancy, Les Noces de Figaro à Vichy, Così fan tutte à Avignon, Madama Butterfly à Caen, Pelléas et Mélisande à Rennes, Giovanna d’Arco à Reims, Li zite 'ngalera à Ferrare, Adrienne Lecouvreur à Lausanne, Rodelinda au Festival de Halle, Don Pasquale, La Veuve Joyeuse, Il Barbiere di Siviglia à Tours, Norma en Avignon, Manon à Nice, La Clémence de Titus à Rouen, Le Trouvère à l’Opéra de Tartu-Estonie, Carmen pour les Chorégies d’Orange.

Deux de ses productions ont reçu le prix Claude Rostand décerné par le Syndicat de la critique : Le Pays en 2008 et Bérénice en 2014.

Parmi ses récents et futurs engagements : Eugène Onéguine à l’Opéra de Nice et Saint-Étienne, Otello au Festival de Savonlinna, Urfaust au Théâtre d’Angoulême et au Théâtre de la Tempête, La Bohème à l’Opéra de Massy, Trouble in Tahiti au Théâtre Athénée Louis-Jouvet…

Marc Delamézière a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment pour Faust cette saison et sera de retour pour Eugène Onéguine la saison prochaine.

 

 

Marie-Adeline HENRY, soprano rôle : Tatiana

Marie-Adeline Henry étudie le chant auprès de Maryse Castets, puis intègre l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris.

Son vaste répertoire lui permet d’aborder les opéras baroques (Valletto - L’Incoronazione di Poppea, Poppea - Poppea e Nerone, rôle-titre de Armide de Lully) ; mozartiens (Fiordiligi - Cosi fan tutte, Arminda- La Finta Giardiniera, La Contessa - Le Nozze di Figaro, Donna Elvira - Don Giovanni) ; l’opéra français (Eurydice - Orphée et Eurydice, Micaela - Carmen, Chérubin de Massenet, Angiola - Proserpine, Mélisande - Pelléas et Mélisande) ; mais également l’opéra moderne (Abigail Williams - The Crucible de Robert Ward, la Femme du Forgeron : la Princesse - Faust de Fénelon, Polissena - Gesualdo de Dalbavie, Branghien - Le Vin Herbé, the Governess - The Turn of the Screw).

Elle se produit entre autres au Théâtre du Capitole, aux Opéras de Rennes, Avignon, Montpellier, Bordeaux, Nancy, à l’Opéra National de Paris, au Festival de Spoleto, Drottningholm, au Theater an der Wien, à Zurich, Santiago du Chili…

Parmi ses récents et futurs engagements : le rôle-titre de Comala de Niels Gade à Copenhague et à Paris, Eugène Onéguine (Tatiana) à Rennes et à Nice, Dialogues des Carmélites (Madame Lidoine) à Bruxelles et à Bologne, La Finta Giardiniera (Arminda) à la Scala de Milan, Orfeo ed Euridice (Euridice) à Massy, A Midsummer Night’s Dream (Helena) à Montpellier, Don Giovanni (Donna Elvira) à Saint-Étienne, Phaeton (Libye) à Nice, Jenůfa à Toulouse, Iphigénie en Tauride (Iphigénie) à Angers, Nantes et Rennes.

Marie-Adeline Henry est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Emanuela PASCU, mezzo-soprano rôle : Olga

Née en Roumanie, après des études de piano, Emanuela Pascu étudie le chant à l’Université nationale de Bucarest, d’où elle sort diplômée d’un Master II, se perfectionne auprès de Corneliu Fanatean, et devient en 2015 membre de l’Académie de l’Opéra de Paris.

Elle remporte, en 2011, le Prix spécial du jury au « Master of Lyrical Art Competition » à Bucarest, et en 2016 le Prix du public au Concours international de Chant de Bordeaux.

Elle fait ses débuts sur la scène de l’Opéra national de Bucarest dans le rôle-titre de Carmen, puis y interprète Romeo (I Capuleti e i Montecchi), Zerlina (Don Giovanni).

Elle chante la Messagiera (Orfeo) et Mariana (Il Signor Bruschino) dans le cadre de l’Académie de l’Opéra de Paris, une Femme Grecque et de la seconde Prêtresse (Iphigénie en Tauride) à l’Opéra de Paris, la Suivante de Lady Macbeth (Macbeth) à Toulouse, le rôle-titre de Carmen à Bucarest.

Elle vient d’être acclamée dans le rôle-titre de Hérodiade de Massenet à Saint-Étienne et chante une Nymphe (Rusalka) et Laura (Iolanta) à l'Opéra de Paris, Maddalena (Rigoletto) au Festival de Savonlinna, La Damoiselle élue à l'Auditorium de Radio France, la Comtesse / Madelon (Andrea Chénier) à Nice.

Parmi ses récents et futurs engagements : Cavalleria Rusticana (Santuzza) à Saint-Étienne, Salomé (le Page) au Théâtre des Champs-Élysées…

Emanuela Pascu est invitée pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Doris LAMPRECHT, mezzo-soprano rôle : Madame Larina

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jane Berbié puis à l’École d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris, elle impose rapidement sa présence scénique et vocale dans un très vaste répertoire, qui s'étend de Monteverdi, Bach, Haendel aux compositeurs contemporains.

Aussi à l'aise en italien et en français qu'en allemand, elle s'est faite avec succès l'interprète de Verdi (Rigoletto à Strasbourg, La Traviata à Orange), d'Offenbach (Les Brigands à l'Opéra Bastille, La Belle Hélène à Zürich sous la direction de Nikolaus Harnoncourt, La Périchole à Marseille, La Vie Parisienne à Tours), de Mozart (La Flûte enchantée à Aix-en-Provence, Lyon et Orange), de Berg (Lulu à Metz).

De nombreux rôles jalonnent son parcours : la Sorcière (Hänsel und Gretel) à L’Opéra de Paris, Dame Marthe (Faust) à Amsterdam et Paris, Junon (Platée) à l'Opéra de Paris, Gertrude (Hamlet), Marcellina (Le Nozze di Figaro), Larina (Eugen Onegin) à Strasbourg, Genève, Nice et Munich, Brigitta (Die Tote Stadt) à l'Opéra de Paris, Madame de Croissy (Dialogues des Carmélites) à Nantes et Angers, Madame de la Haltière (Cendrillon) au Liceu de Barcelona, Mme Pichard et Soeur Opportune (Les Mousquetaires au Couvent) à l'Opéra Comique de Paris, Hedwige (Guillaume Tell) à Genève, L’opinion Publique (Orphée aux Enfers) à Nancy et Montpellier, Jacqueline (Le médecin malgré lui) à Genève, Mrs Tschang (Der Kreidekreis) à l'Opéra National de Lyon, la Countess Stasa Kokozow (Der Graf von Luxemburg) à Dusseldorf, Larina (Eugene Onegin) à l'Opéra de Strasbourg, Mme de la Haltière (Cendrillon) au Komische Oper de Berlin, Mary (Der fliegende Holländer) à Nantes, Angers et Rennes, Larina au Festival de Matsumoto au Japon, la Contessa di Coigny (Andrea Chenier) à Toulon…

Parmi ses récents et futurs engagements : Cendrillon (Mme de la Haltière) à Nancy, Katja Kabanova (Kabanicha) à l’Opéra Comique de Berlin…

Doris Lamprecht a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, la dernière fois dans Otello (Emilia) en 2013.

 

 

Cécile GALOIS, mezzo rôle : Filipievna

Après un 1er Prix au Conservatoire National Supérieur de Paris, Cécile Galois entre à l’École d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris, dans la classe de Denise Dupleix.

Pendant trois ans elle chante sur les scènes du Palais Garnier et de l'Opéra-Comique, dans de nombreux spectacles: Norma, L'Ange de feu, Orphée aux enfers, La Damnation de Faust, Le Triptyque, Ariane auf Naxos...

Elle se produit ensuite sur les plus grandes scènes françaises, Capitole de Toulouse, Grand Théâtre de Bordeaux ; Opéras de Nancy, Lille, Angers Nantes Opéra, Marseille, Metz… ; ainsi qu'à l'étranger, en Belgique, Italie, Espagne… dans des répertoires divers, allant de Mozart à Richard Strauss, en passant par l'Opéra français et italien, dans des mises en scène de Jean-Claude Auvray, Pier-Luigi Pizzi, Nicolas Joel, Jean-Louis Martinoty, Peter Busse, Jérôme Savary… et sous la direction de chefs d'Orchestre tels que Pierre Dervaux, Charles Dutoit, Michel Plasson, Myung Whun Chung, Pinchas Steinberg, Mauricio Arena, Steuart Bedford, Laurence Foster...

Elle se consacre également à l'Opérette, La Grande Duchesse de Gerolstein, La Mascotte, Les Saltimbanques...

Depuis quelques années elle consacre une partie de son temps à l'enseignement, à Nantes où elle réside, ainsi qu'au Récital dans le cadre du Duo ARPEGGIA qu'elle crée en 2013 avec la pianiste / concertiste Laurence Chiffoleau, et participe à la Folle Journée de Nantes en février 2016.

Parmi ses récents et futurs projets : Le Triptyque de Puccini (la Frugola / la Zia Principessa / Zita), Eugène Onéguine (Madame Larina) à l'Opéra de Tours, Eugène Onéguine (Filipievna) à Metz et Reims, ainsi qu'une tournée de concerts en Chine, la création française de l'Opéra contemporain anglais Coraline à l'Opéra de Lille, Le Petit Faust et Irma la Douce au Théâtre de l'Odéon à Marseille, Le Comte Ory à l'Opéra de Metz, Faust à l'Opéra de Limoges…

Cécile Galois a déjà été invitée à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Reine de Saba (Saharil) et Barbe-Bleue (Reine Clémentine) cette saison.

 

 

Régis MENGUS, baryton rôle : Eugène Onéguine

Après avoir débuté très jeune l’étude du piano, puis du chant à Metz, Régis Mengus fait ses débuts sur scène à l’Opéra de Metz.

Il chante depuis dans de nombreux théâtres où il aborde entre autres, le rôle de Danilo (La Veuve Joyeuse) à l’Opéra de Nice, l’Opéra de Reims, l’Opéra de Lausanne et à Marseille, Marcello (La Bohème) à l’Opéra de Reims et à l’Opéra de Metz, Sharpless (Madame Butterfly) à l’Opéra de Reims, le Mari (Les Mamelles de Tirésias), Valentin (Faust) et le rôle-titre d’Hamlet à l’Opéra de Lausanne, Karnac (le Roi d’Ys) à l’Opéra de Saint-Étienne, Escamillo (Carmen) à l’Opéra de Rennes.

Parmi ses récents et futurs engagements : Faust (Valentin) à l’Opéra de Massy et à l’Opéra de Saint-Étienne, Werther (Albert) à l’Opéra National du Rhin, Die Zauberflöte (Papageno) au Grand Théâtre de Tours, Carmen (Escamillo) à l’Opéra de Metz, création de Davel, Martyr de la Liberté de Christian Favre (Dave) à l’Opéra de Lausanne, Les Mamelles de Tiresias (le Mari) et L’heure espagnole (Ramiro) à l’Opéra d’Oviedo…

Régis Mengus a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Reine de Saba (Phanor).

 

 

Thomas BETTINGER, ténor rôle : Lensky

Après des études musicales et d’Art Dramatique à Bordeaux, Thomas Bettinger étudie le chant auprès de Lionel Sarrazin dont il continue à suivre l’enseignement.

Il fait ses débuts dans une création de Philippe Fénelon, La Cerisaie, à l’Opéra de Paris dans le rôle de l’Invité du bal.

Invité par la Fondation Bru Zane, il chante dans Herculanum de Félicien David et Le Dernier Jour de Pompeï de Joncières, à Venise et à la Cité de la Musique.

Il chante Lucano et Liberto - Poppea e Nerone de Monteverdi-Boesmans dans une mise en scène de Krzysztof Warlikowski à Montpellier, Cavarodossi - Tosca dans une mise en scène de Louis Désiré à l’Opéra de Saint-Étienne et, plus récemment le rôle-titre de Faust à l’Opéra de Massy, à Saint-Étienne, Reims et à l’Opéra de Metz, Rustighello (Lucrezia Borgia) au Capitole de Toulouse, Des Grieux (Manon) à l'Opéra de Bordeaux.

En concert, il interprète la 9ème Symphonie de Beethoven à l'Opéra de Bordeaux, en Avignon et à Metz, ainsi que Roméo et Juliette de Berlioz à Saint-Étienne.

Parmi ses récents et futurs engagements : Rigoletto (le Duc) à Metz et à Reims, Dialogues des Carmélites (le Chevalier de la Force) au Capitole de Toulouse, Roméo et Juliette (Tybalt) à l’Opéra de Bordeaux, La Traviata (Alfredo) à l'Opéra de Saint-Étienne, Carmen (Don José) à Massy, Reims et Clermont-Ferrand…

Thomas Bettinger est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Nicolas COURJALbasse rôle : Le Prince Gremine

Élève de Jane Berbié, Nicolas Courjal débute à l’Opéra Comique, puis à Wiesbaden et au Festival de Wexford. Il se produit à l’Opéra Bastille, au Châtelet, et dans tous les théâtres français, et également à Venise, Macerata, Séville, au Covent Garden, Japon, Chorégies d’Orange, Genève, Monte-Carlo, Lausanne, Moscou… dans tous les grands rôles de basse du répertoire. Il participe à plusieurs créations contemporaines. Parallèlement il se produit aussi en récital avec Antoine Palloc et en concert avec tous les grands orchestres français, et également avec l'Orchestre Symphonique Tchaïkovski de Moscou, RTVE Madrid, l’Académie nationale Sainte-Cécile, l’Orchestre philharmonique de Bruxelles, le London Philharmonic Orchestra, les Orchestres de Varsovie, Malmoe et Aarhus… sous la direction d’Alain Altinoglu, Serge Baudo, James Conlon, Myung-Whun Chung, Christoph von Dohnányi, Christoph Eschenbach, Vladimir Fedosseïev, Lawrence Foster, Jacques Mercier, Michel Plasson, Antonio Pappano, Léonard Slatkin, Daniel Oren, John Eliot Gardiner, Pinchas Steinberg, Marc Soustrot, François-Xavier Roth, Raphaël Pichon, Esa-Pekka Salonen, Marc Minkovski, Mikko Franck, John Nelson, Michael Tilson Thomas, Evelino Pidò…

Il a participé à plusieurs enregistrements, Herculanum de Félicien David avec le Palazetto Bru Zane, Guillaume Tell et Carmen (Covent Garden), L’Enfant et les sortilèges, L’Heure espagnole et Les Troyens avec l’Orchestre de Strasbourg.

Parmi ses grands succès, Philippe II, Koenig Marke, Mephistopheles (Faust et La Damnation de Faust), les Quatre Diables des Contes d'Hoffmann ou encore Fiesco (Simon Boccanegra) dans une mise en scène de Leo Nucci, le Vieillard Hébreu de Samson et Dalila

Parmi ses récents et futurs engagements : La Damnation de Faust avec l’Orchestre philharmonique de Strasbourg (enregistré par Warner) ; Faust à Nice, Robert Le Diable de Meyerbeer (prises de rôle) à Nice et La Monnaie de Bruxelles, Guillaume Tel aux Chorégies d’Orange, des prises de rôles dans les répertoires de Verdi, Boito, Gounod, Thomas, Bartók, Bellini, en concert avec le London Symphony Orchestra…

Nicolas Courjal a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans Simon Boccanegra (Jacopo Fiesco), Faust (Méphistophélès) la saison passée, La Reine de Saba (Soliman) et I Puritani (Sir George Walton /Giorgio) cette saison.

 

 

Éric HUCHET, ténor rôle : Monsieur Triquet

Éric Huchet mène une carrière sur les scènes lyriques nationales et européennes, interprétant un vaste répertoire entre autres à l’Opéra de Paris où il est régulièrement invité, dans les productions de Die Zauberflöte, Lucia di Lammermoor (Normanno), La Fanciulla del West (Harry), Tosca (Spoletta), Tannhäuser (Heinrich der Schreiber), Arabella (Graf Elemer), Mathis der Maler (Sylvester von Schaumberg), L’Amour des Trois Oranges (Truffaldino), Faust de Fénelon (le Duc et le Capitaine). Il interprète également le rôle du Peintre (Lulu) à l’Opéra national du Rhin, Peter Quint (The Turn of the Screw) à Bordeaux et le Professeur d’Art (Charlotte Salomon de Dalbavie) au Festival de Salzbourg.

Ses talents de comédiens lui permettent d’aborder le répertoire de l’opéra-comique et de l’opérette, citons Piquillo (La Périchole à Chaillot, l’Opéra Comique), Aristée-Pluton (Orphée aux Enfers) à Genève, Lyon, Achille (La Belle Hélène) au Châtelet, le Roi Ouf 1er (L’Étoile) à Angers-Nantes Opéra, au Luxembourg, à Nancy, les Valets (Les Contes d’Hoffmann) à Genève, Monte-Carlo, Opéra de Paris, Alfred (Die Fledermaus) à Liège, Nancy, Falsacappa (Les Brigands) à Bordeaux, au Luxembourg, à l’Opéra Comique), Cantarelli (Le Pré aux Clercs) à l’Opéra Comique, Lisbonne, au Festival de Wexford, Sifroy (Geneviève de Brabant) à Nancy…

Parmi ses récents et futurs engagements : La Périchole (Panatellas) aux Festivals de Salzbourg, Radio France et Montpellier, Bordeaux, Versailles), La Belle Hélène ( Ménélas) à Nancy, Manon (Guillot de Morfontaine) à Zurich, Maître Peronilla au Théâtre des Champs-Élysées, Les Contes d’Hoffmann (Nathanael et Schlemil) à Bordeaux, Madame Favart (le Marquis de Pontsablé) à l’Opéra Comique, Limoges et Caen), Falstaff (Bardolfo) à Montpellier, L’Amour des 3 Oranges (Truffaldino) à Nancy, Manon (Guillot de Morfontaine) à Zurich, Le Soulier de Satin de Marc-André Dalbavie à l’Opéra de Paris...

Éric Huchet a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Reine de Saba (Amrou) cette saison.

 

 

Sévag TACHDJIAN, baryton-basse rôle : Un Capitaine

Né à Beyrouth, c’est à l’âge de onze ans que Sévag Tachdjian fait ses premiers pas sur scène, en intégrant la Maîtrise de l’Opéra de Nice. Il complète sa formation en étudiant le violoncelle durant son adolescence. Après une maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne et une autre de journalisme à Strasbourg, il se consacre au chant au CNSMD de Lyon dans la classe de Françoise Pollet, et se perfectionne à Salzbourg et Munich auprès de Rudolf Piernay et Wolfgang Brendel, et lors de master-classes de Anna Tomowa-Sintow, Helen Donath, Kurt Moll, François Le Roux.

En 2010, le baryton-basse d’origine arménienne intègre le Studio de l’Opéra de Cologne puis celui de l’Opéra du Rhin en 2012 et y interprète sous la direction de grands chefs et metteurs en scène de nombreux rôles tels que Marullo (Rigoletto), Baron Douphol (La Traviata), le Premier Apprenti (Wozzeck), Spencer Coyle (Owen Wingrave), Maître Jean (La Colombe), ou encore Don Annibale (Il Campanello).

Désigné en juin 2011 comme "Meilleur jeune espoir" par le magazine d'opéra allemand « Theater Pur », il est finaliste de nombreux concours de chant et remporte en 2015 les 2ème Prix du Concours international de Canari et du Internationaler Komitas-Wettbewerb à Berlin.

On a pu l'entendre dans les rôles d'Ahmad (Mârouf, savetier du Caire) et du Tuteur d'Oreste (Elektra) à l’Opéra national de Bordeaux, de Zuniga (Carmen) à l’Opéra de Dijon, du Génie de la Lampe (Aladin de Nino Rota) à l'Opéra de Saint-Étienne, d'Alidoro (La Cenerentola) à l'Opéra de Tours, du Capitaine (Don Cézar de Bazan de Massenet) au Théâtre impérial de Compiègne, à l'Opéra de Reims et en tournée, d’Escamillo (Carmen) au Festival de Montepulciano, du Deuxième soldat (Salomé) à l'Opéra national du Rhin, ainsi qu'en concert avec Les Musiciens du Louvre pour le Dixit Dominus de Haëndel, à l'Auditorium de Bordeaux pour la Petite Messe Solennelle de Rossini et au Annecy Classic Festival pour la Krönungsmesse de Mozart avec l'Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg et les Cris de Paris.

Parmi ses récents et futurs engagements : Giovanna d’Arco à l’Opéra de Tours, la Krönungsmesse de Mozart avec l’Orchestre régional de Normandie ou encore la Messe en ut de Mozart, au Festival International d’Art Sacré d’Antibes.

Sévag Tachdjian est invité pour la première fois à l’Opéra de Marseille.

 

 

Jean-Marie DELPAS, baryton rôle : Zaretski

Après des études de chant à Nîmes, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon,

il se perfectionne auprès d’Andrea Guiot, Viorica Cortez et Alain Fondary. Il s’est particulièrement fait remarquer dans des productions mises en scène par Margherita Wallmann, Jacques Karpo, Antoine Selva, Bernard Broca, Jean-Louis Grinda, Nadine Duffaut, Robert Fortune, Paul-Émile Fourny, Charles Roubaud, Frédéric Belier-Garcia, Jean-Claude Auvray, et sous la direction musicale de Paul Ethuin, Alain Guingal, Thomas Fulton, Anton Guadagno, Gianfranco Rivoli, Myung-Whun Chung, Lawrence Foster.

Il s’est distingué sur les scènes du Deutsche Oper am Rhein de Dusseldorf et du Deutsche Oper de

Berlin dans le rôle de Bretigny (Manon de Massenet). Le public a pu aussi l’applaudir au Festival Alfredo Kraus de Las Palmas dans le rôle de Frédéric (Lakmé de Delibes) ainsi que dans celui du Baron Douphol (La Traviata de Verdi) aux côtés de Rolando Villazon.

Il s’est produit sur les scènes des Opéras de Marseille, Toulon, Aix-en-Provence, Avignon, Nîmes, Limoges, Dijon, Rennes, Reims, Lille, Bastia, Metz, Vichy, Massy, Maastricht, au Festival international de Baalbeck et aux Chorégies d’Orange…

Parmi ses récents et futurs engagements : Macbeth, Les Mousquetaires au couvent, La Traviata, Madama Butterfly en Avignon, Hérodiade (Vitellius) à Saint-Étienne, Otello (Montano) à Monte-Carlo, La Forza del destino (Un Alcade) aux Chorégies d’Orange…

Jean-Marie Delpas a déjà été invité à l’Opéra de Marseille, plus récemment dans La Traviata (Baron Douphol) et Rigoletto (Le Comte Ceprano) la saison passée.