Les Hommes du Choeur de l'Opéra de Marseille

Vous êtes ici

Emmanuel Trenque - Hérodiade

08 mars 2018

LE POINT DE VUE D’EMMANUEL TRENQUE, CHEF DE CHŒUR DE L’OPÉRA DE MARSEILLE

Pourriez-vous décrire les effectifs du chœur dans Hérodiade ? Quelle place joue-t-il ? 

Pour cette nouvelle production d'Hérodiade, il y aura 52 Artistes des Chœurs en tout ; répartis en 19 dames et 33 messieurs. Il y a de très nombreux "double-choeur" (et même quelques pages pour triple chœur !) pour les messieurs (nous y reviendrons plus loin) et c'est pour cela que j'ai privilégié cette répartition. Dans cet ouvrage, le Chœur tient une place tout à fait majeure. Il y sera, tour à tour, "Marchands, Soldats, Juifs, Romains, Prêtres, Serviteurs du Temple, Lévites, Pharisiens, Samaritains, etc ..."

 

Comment appréhendez-vous cette difficulté de la multiplicité des visages du chœur ? 

Comme évoqué, le Chœur va donc incarner de très nombreux visages ; et comme fréquemment chez Jules Massenet, nous y trouvons des grandes scènes 'chorales' - dites de "foule" - où de nombreux protagonistes vont interagir et chanter simultanément. Par exemple, au 2ème Tableau du 2ème Acte "La Grande Place de Jérusalem", Jules Massenet a prévu trois sections masculines distinctes (et conjointes) avec 1/ Les Messagers, 2/ Les Pharisiens & Marchands, 3/ Les Soldats & Prêtres. Les 33 Artistes Hommes de la production marseillaise (divisés entre 17 Ténors et 16 Basses) ne sont donc pas 'de trop' pour personnifier et interpréter ces nombreux rôles.

Une production lyrique, qui plus est en création, doit se préparer toujours minutieusement et longtemps à l'avance. C'est pour cela que je suis en contact direct et régulier avec notre metteur en scène, Jean-Louis Pichon, depuis plus de 14 mois pour préparer au mieux les très nombreuses masses chorales. C'est cet important travail en amont qui permet d'avoir une belle efficacité scénique car tout le monde sait déjà précisément quel(s) rôle(s) il / elle va revêtir.

 

Comment décririez-vous les caractéristiques de l'écriture musicale que Massenet consacre au chœur ?

Tout d'abord, que ce soit pour les artistes solistes ou les artistes du Chœur, dont j'ai la charge, Jules Massenet est un compositeur "très lyrique" dans le sens où l'écriture vocale-chorale est souvent soutenue, large, dense appelant et nécessitant un plein engagement physique. L'écriture chorale est très variée dans cette partition d'Hérodiade et c'est ainsi que les frontières de nuances peuvent s'échantillonner d'un pianissimo (dont Massenet renforce sa demande en notant "comme un murmure") quand le Chœur chante "Chemah Israël" depuis le Sanctuaire jusqu'à un assourdissant triple fortissimo "Frappons-les, Frappons ces Romains orgueilleux" par exemple.

L'écriture de Jules Massenet est ainsi très complète car il s'emploie à régulièrement soutenir ses indications musicales et de nuances par de précises didascalies ; parmi lesquelles par exemple : atterrés, calme, comme un murmure, interdits, avec une vive surprise, avec angoisse, frémissant de joie, etc ...

Ces 'instructions' sont donc des précieux 'conseils' et sources d'inspirations dans l'interprétation musicale pure (en attendant les indications scéniques).


Quelles ont été vos préconisations aux artistes du Chœur lors des séances de travail sur Hérodiade ?

Je m'attache toujours à la meilleure intelligibilité possible en faisant un important travail d'élocution, de diction, d'articulation. Notre magnifique langue française permet de nombreuses inflexions et nous devons toujours avoir en tête (même quand on répète un ouvrage depuis de nombreuses semaines ou mois) que le public le découvre. Nous devons donc, nous-même, interpréter nos parties respectives comme si nous découvrions l'action pour être au plus près et au plus juste de l'émotion et du sentiment que nous devons ressentir et transmettre à ce moment-là !

 

Comment vous-êtes vous entendu avec le chef Victorien Vanoosten sur les pages consacrées au chœur ? Quelles ont été ses propositions, préconisations ? Quelles ont été vos propositions ? 

La Direction Générale de l'Opéra de Marseille, Monsieur Maurice Xiberras, m'attribue un certain nombre d'artistes du Chœur par production lyrique. Ensuite, je suis tout à fait autonome quant à mes répartitions chorales et engagements d'artistes supplémentaires (qui viennent seconder la trentaine d'artistes titulaires dont j'ai la charge quotidienne). Que ce soit avec le Maestro Victorien Vanoosten ou tous les autres Maestri engagés, des échanges sont pris quelques mois à semaines avant chaque production et c'est à ce moment-là que je peux leur indiquer précisément : "vous aurez 52 artistes du Chœur répartis en 19 dames et 33 messieurs". Nous avons déjà collaboré à de nombreuses reprises avec Victorien Vanoosten invariablement autour de la musiques française : Le Portrait de Manon de Jules Massenet ou Madame Chrysanthème de Messager qu'il dirigeait ou encore Hamlet de Thomas dont il avait dirigé une répétition générale et une représentation.

 Nous nous connaissons donc très bien pour avoir collaboré et travaillé souvent ensemble. Il connaît ma méticulosité quant au respect du "texte" musical des compositeurs et nous nous retrouvons toujours sur l'intelligibilité du livret chanté en scène ! A l'heure où je réponds à ces questions, le Chœur n'a, pas encore, répété avec le Maestro Vanoosten et nous attendons cela pour ajuster, si cela est nécessaire, notre préparation chorale.

 

Depuis le début de la saison, les artistes du Chœur de l'Opéra de Marseille ont été sollicités sur l'ensemble des ouvrages et sont, en plus d'Hérodiade,  attendus dans Lohengrin de Wagner (à venir en mai). Comment s'organise le travail sur une saison aussi chargée ? Avez-vous une ligne directrice, des objectifs, une manière personnelle d'aborder l'organisation de la saison ? Que vous évoque cette confiance et cette place importante faite aux  artistes du Chœur ?
 

Nous connaissons, toujours avec une saison d'avance, le planning précis et détaillé d'une saison lyrique. C'est donc dès le mois de Février-Mars 2017 que j'ai conçu et imaginé le déroulé de nos répétitions et apprentissages pour la saison en cours. Comme vous l'évoquez, nous allons enchaîner trois importantes productions 'chorales' avec Hérodiade puis Lohengrin et enfin Ernani. Je m'attache à ce que nous ayons toujours "en boîte" deux ouvrages lyriques d'avance en travaillant conjointement plusieurs opéras. Précisément, vous (cher public) n'avez pas vu le Chœur de l'Opéra de Marseille en Novembre dernier car nous étions en studios de répétitions à apprendre toutes ces partitions à venir. Concernant la production Hérodiade qui nous concerne, le "par cœur" était maîtrisé début janvier (avant même que les hommes ne commencent les mises en scène du Barbier).

C'est un passionnant "jeu" d'organisation et de répartition du travail qui pèse sur mes épaules pour orchestrer le travail de nos deux Pianistes - Chef de Chant, trente artistes du Chœur titulaires, fidèlement soutenu par une régisseuse du Chœur. Enfin, nous sommes conscients (et comblés) de la chance que nous avons, Chœur de l'Opéra de Marseille, de pouvoir être présent sur l'ensemble des productions lyriques proposées et d'être présents sur plus de 30 levers de rideaux et une une dizaine de concerts dédiés !

Entretien réalisé par Sébastien HERBECQ

Programme en pdf


Téléchargez le programme en pdf

Réseaux sociaux

  Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet